Changer de job : La peur d’échouer vous fait broyer du noir ? Broyez du rose !


👉🏼 Vous voulez trouver un job plus épanouissant, et plus rapidement qu’avec vos bonnes vieilles habitudes de candidature ? Participez au défi « 7 jours pour une candidature au top ». Vous recevrez gratuitement par mail, 7 jours de conseils de pro: CV, lettre de motivation, LinkedIn, réseautage…tout va y passer 😇
Inscrivez votre Prénom et votre adresse e-mail ici pour recevoir le défi dans les jours qui viennent :


La notion d’ “engagement des salariés » est à la mode dans les sphères RH et managériales du monde professionnel. L’engagement des salariés, c’est leur « contribution active à la réussite de l’entreprise ».

Seulement, les salariés qui ne se sentent pas épanouis au travail, ou peu (pas) heureux au quotidien dans leur entreprise ont du mal à s’engager pour elle, justement. D’ailleurs, selon une étude U.S. d’Aon Hewitt, le niveau d’engagement des salariés n’a jamais été si bas depuis 2008…Bon, ben quand ça veut pas, ça veut pas…

Sauf que le changement, beaucoup y pensent, mais certains n’osent pas.

Envie de changement et peur de l’échec

Si vous êtes ce salarié-pas-épanoui, vous POUVEZ quitter votre entreprise/poste/métier, vous savez.

Sauf que ça n’est pas si simple, oui je sais. Parfois la peur d’échouer est paralysante. Alors on reste planté dans un quotidien qui nous déprime, et on broie du noir. Broyer du noir nous maintient dans un état où toutes nos pensées, nos croyances, nos boules aux ventres matinales nous font mariner dans cette situation (in)confortable d’un quotidien professionnel pesant, qui n’a plus de sens.

Souvent, on a peur de changer parce qu’on anticipe ce qui pourrait se passer de pire, si l’on décidait de sauter le pas. Et ces perspectives déprimantes ajoutent de l’anxiété à notre inconfort. Dans les phases de broyage de noir, tout y passe :

Vous avez peur de ne pas réussir à changer. Peur d’engager un changement pour finalement abandonner au milieu du gué…et se sentir encore plus dévalorisé que si vous n’aviez rien essayé.

Vous avez peur de vous tromper, et de découvrir que finalement, votre projet-cible n’est pas NON PLUS fait pour vous. Et que vous ne serez jamais heureux professionnellement. Que vous n’êtes peut-être pas fait pour le monde de l’entreprise.

Vous ne savez pas si vos rêves sont possibles, mais savez que si vous échouez, votre famille pourrait bien subir les conséquences de votre fantaisie : vous vous imaginez quitter la sécurité de votre job actuel, et donc créer des conflits avec votre conjoint, et ne plus réussir à subvenir aux besoins des enfants, à rembourser les traites de la maison…

Vous craignez de ne pas savoir vous adapter dans un nouveau job, et de découvrir que vous pourriez ne pas être compétent pour vos nouvelles fonctions ou votre nouveau métier. Toutes ces années  dans la même boite ou au même poste vous ont fait perdre confiance en vous, et ne vous pensez ne plus être au goût du jour.

Vous vous sentiriez en échec, si vous deviez vous dire que finalement, vous n’êtes pas capable de faire autre chose que ce que vous faites actuellement, et qui ne vous plait pas.

Vous craignez aussi peut-être de reprendre une formation, de retourner sur les bancs de l’école. Vous vous dites que vous êtes sorti du circuit depuis si longtemps, que vous ne savez pas si vous allez y arriver.

Pas très réjouissant, tout ça.

Alors qu’en réalité, souvent, les changements de vie professionnelle bien organisés se passent super bien. Donc vous pouvez broyer du rose, à la place !

 

Le changement se fait graduellement et pas radicalement. Cela veut dire que chaque petite action, information, initiative prise vous fait avancer, vous fait changer. Et ces changements successifs et graduels vous font cheminer vers quelque chose de mieux. C’est valorisant. Un pas en engage un autre, et vous découvrez doucement une meilleure version de vous-même, dans laquelle vous vous sentez de mieux en mieux.

Sur le chemin qui vous mène à votre nouvelle vie, vous développez une écoute et une vigilance toute neuve vis-à-vis de vos besoins, et votre créativité se libère. Des idées et des solutions émergent. Si vous intuitez que ça n’est pas le bon chemin que vous empruntez, vous ajustez.

Votre famille  et votre couple ne sont pas  en danger, en réalité. De toutes manières, si le risque reste trop important après vos investigations, vous ne changerez pas. Et dans 99% des cas, votre conjoint vous soutiendra. Si le projet vous tient à coeur, vous réussissez à dégager les ressources financières nécessaires pour assurer toute votre petite famille pendant ce laps de temps défini. Et puis vous avez un peu de sous de côté. Sans compter sur l’aide de Pôle Emploi qui franchement, vous couvre plutôt bien en France si vous partez sur rupture conventionnelle ou création d’entreprise.

Vous découvrez que vous êtes tout aussi compétent dans un nouveau job, et que vous n’êtes pas si rouillé que ça. C’est juste que vous n’aviez plus l’habitude d’utiliser certaines ressources que vous avez en vous, parce que vous mariniez dans votre zone de confort depuis trop longtemps, en termes de compétences. Vous savez apprendre, vous savez vous adapter. Et en plus vous y trouvez du plaisir.

Vous réussissez à vous (faire) financer tranquillement une formation, dans laquelle vous avez du plaisir à apprendre votre nouveau métier, ou vos nouvelles compétences. Vous vous enrichissez en engrangeant des savoirs, vous rencontrez de nouvelles personnes dans votre nouvel univers. Tout ce que vous apprenez est professionnel, concret, et applicable. Et il vous tarde de tout mettre en pratique.

 

Le changement de carrière a changé

La culture de la carrière n’est plus la même aujourd’hui qu’il y a 30 ans, quand nos parents baby-boomers nés après-guerre cherchaient la stabilité/sécurité/clarté hiérarchique rassurante jusqu’à la retraite. Aujourd’hui, on change de métier, de mission, d’entreprise de nombreuses fois, on travaille plus longtemps, on privilégie notre bien-être et notre épanouissement plutôt qu’une sécurité parfois pesante. Et on apprend à s’adapter. De toutes façons, on n’a pas le choix.

Le changement c’est maintenant ? (Mouais, enfin chacun son rythme…)

Lorsque je travaille avec mes clients sur leur envie de changement de carrière, reconversion professionnelle, mais aussi celle de simplement trouver un emploi dans une autre entreprise, je leur demande d’être ok au préalable avec le principe suivant : « La chose la pire que vous puissiez faire pour vous, votre carrière, votre épanouissement pro et perso, c’est de rester dans une situation qui ne vous rend pas heureux. Donc pensons qu’il est possible de changer et que tout est possible. (Mais on y va à votre rythme!) ».

En fait, un changement de carrière n’est pas obligatoirement difficile, risqué, angoissant, ou douloureux. Il peut aussi être basé sur de micro-changements, un mini-inconfort temporaire, qui petit à petit vous amènent à une nouvelle situation satisfaisante dont vous découvrez le potentiel insoupçonné au bout de la route (en coaching, on appelle ça le « cadeau caché »). Prenez le temps qu’il faut. J’ai écrit un billet là-dessus ICI.

Quelles sont les peurs qui font que vous n’osez pas changer, vous ? Si vous souhaitez trouver de la ressource régulière pour vous donner le courage d’engager le changement qui améliorera votre vie professionnelle, inscrivez-vous à la newsletter  (en haut à droite de cette page) ! Je vous écrirai toutes les semaines pour vous encourager 🙂

(lien affilié)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *