Quand changer de carrière nous fait trop peur

La notion d’ “engagement des salariés” est à la mode dans les sphères RH et managériales du monde professionnel. L’engagement des salariés, c’est leur « contribution active à la réussite de l’entreprise ».

Seulement, les salariés qui ne se sentent pas épanouis au travail, ou peu (pas) heureux au quotidien dans leur entreprise ont du mal à s’engager pour elle, justement. D’ailleurs, selon une étude U.S. d’Aon Hewitt, le niveau d’engagement des salariés n’a jamais été si bas depuis 2008…Bon, ben quand ça veut pas, ça veut pas…

Les peurs liées au changement de carrière

Si vous êtes ce salarié non épanoui et/ou pas heureux, vous pouvez toujours quitter votre entreprise/poste/métier. Beaucoup y pensent, peu le font. Par peur du changement, le plus souvent. Peur de manquer d’argent, peur de déséquilibrer la famille, peur de prendre trop de risques, peur du qu’en dira-ton, peur de changer pour pire. Parfois, parce qu’on ne sait pas par où commencer pour penser à un plan B.

Le changement de carrière a changé

Seulement, la culture de la carrière n’est plus la même aujourd’hui qu’il y a 30 ans, quand nos parents baby-boomers nés après-guerre cherchaient la stabilité/sécurité/clarté hiérarchique rassurante jusqu’à la retraite. Aujourd’hui, on change de métier, de mission, d’entreprise de nombreuses fois, on travaille plus longtemps, on privilégie notre bien-être et notre épanouissement plutôt qu’une sécurité parfois pesante. On commence à s’appliquer le principe de Tarzan, bref, on s’adapte.

Le changement c’est maintenant ? (Mouais, enfin chacun son rythme…)

Lorsque je travaille avec mes clients sur leur envie de changement de carrière, reconversion professionnelle, mais aussi celle de simplement trouver un emploi dans une autre entreprise, je leur demande d’être ok au préalable avec le principe suivant : « La chose la pire que vous puissiez faire pour vous, votre carrière, votre épanouissement pro et perso, c’est de rester dans une situation qui ne vous rend pas heureux. Donc pensons qu’il est possible de changer et que tout est possible. Mais on y va à votre rythme. ».

En fait, un changement de carrière n’est pas obligatoirement difficile, risqué, angoissant, ou douloureux. Il peut aussi être basé sur des micro-changements, un mini-inconfort temporaire, qui petit à petit vous amène à une nouvelle situation satisfaisante dont vous découvrez le potentiel insoupçonné au bout de la route (en coaching, on appelle ça le « cadeau caché »). Prenez le temps qu’il faut.

Changement de carrière et manque de confiance en soi

Parfois, quand on a passé quelques années dans un poste où l’on s’est plus ou moins éteint, on n’est plus vraiment connecté à ses compétences, parce qu’on pense que c’est la routine, « la moindre des choses, de savoir « communiquer », ou « analyser les données du service » ». Alors on perd confiance en soi, et le changement nous fait peur, on ne se sent pas vraiment capable d’être bon ailleurs, et on a l’impression d’avoir perdu son temps.

Pourtant vos compétences (hard ou soft) font partie des éléments clés de notre valeur, tous comme vos qualités. Elles sont sûrement transférables à un autre métier ou secteur

Un premier petit pas vers le changement ?

Je vous propose un exercice qui fait du bien. On pourrait l’appeler l’exercice de la « pause bisou ». Juste gratuitement et parce que ça donne la pêche, vous allez vous reconnecter avec vos compétences.

Envoyez-moi un mail qui aura pour titre « Mes talents », à l’adresse suivante : berangere@coachingdecarriere.com

Dans ce mail, vous listerez tous les talents que vous mettez en œuvre au quotidien dans votre job : Ce que je fais bien, ce que j’ai appris pour moi, ce que j’apprends aux autres, ce que je fais avec plaisir.

Vous terminerez ce mail en m’expliquant pourquoi aujourd’hui vous vous sentez particulièrement fièr(e) de vous.

Je répondrai à tous les mails ! Au plaisir de vous lire…

Et si vous aimez ce type d’exercice ou de test, vous trouverez plein de choses à faire pour décortiquer votre parcours et votre personnalité dans ce fascicule :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *