You are currently viewing 4 bonnes raisons d’oser négocier son salaire à l’embauche

Dans un précédent article, j’expliquais « comment » négocier son salaire à l’embauche.

Mais je me suis dit qu’avant d’expliquer le « comment », il était peut-être bon de questionner  le « pourquoi ».

Alors voilà.

Dédramatiser la négociation de sa rémunération

Je remarque que bon nombre d’entre vous se mettent une pression d’enfer à l’idée de devoir négocier leur salaire à l’embauche, surtout ceux.celles qui n’ont pas de « tempérament commercial », comme on dit. Ou encore les timides, les introvertis. Les “bons soldats”.

Alors voici 4 bonnes raisons de dédramatiser l’étape de la négociation de salaire, et de se lancer dans cette démarche dès le processus de recrutement (notamment pour éviter de traîner comme un boulet un salaire frustrant pendant X temps avant d’espérer pouvoir le renégocier au fil des entretiens annuels, une fois que tu seras embauché.e…)

  • Négocie parce qu’il n’y a aucune raison d’avoir peur

Je te l’ai déjà dit. Ça n’est pas parce que tu oses affirmer tes besoins à ce niveau-là, que tu vas être pris pour un voleur, un profiteur ou un braqueur.

À ce stade, normalement, si le recruteur te donne la possibilité d’en discuter (souvent par la question « quelles sont vos prétentions salariales ? »), c’est que justement, il souhaite en discuter.

Logiquement, il ne reviendra pas sur sa décision de t’embaucher, sauf si bien entendu, il y a un gros décalage entre la nature du poste, tes qualifications, et son budget. (Mais si tu as bien pensé ta fourchette de prétentions salariales, ça n’arrivera pas.)

Tu es identifié.e comme le.la bon.ne candidat.e, et l’employeur est identifié pour toi, comme la bonne entreprise. Donc lance-toi.

  • Négocie, parce que tu ne veux pas passer pour la personne trop sympa

Si tu postules pour un poste qui contient, ne serait-ce qu’un tout petit peu de négociation, de gestion de projet, de coordination ou de management ( bref un poste où l’on est censé “vendre” des choses à d’autres parties prenantes comme  des clients, des fournisseurs, des IRP, des équipes projet, des équipes tout court…), alors il paraîtrait bizarre que tu ne démontres pas en entretien un minimum d’intérêt pour la négo de ton salaire.

Enfin si moi j’étais recruteuse, il me rassurerait de sentir que tu as cet intérêt-là…

Le problème, c’est qu’au fil des occasions manquées de t’affirmer vis-à-vis de l’entreprise, tu vas vite-fait être catalogué.e comme la personne “trop sympa”. Docile.

Tu vois de qui je parle ?

…Tu sais, celle qui ne sait pas dire non, celle qui emmène du boulot à la maison le soir et le week-end, qui tient la boutique même pendant ses congés, celle qui accepte les missions en plus et sans contrepartie, ou qui ferme le bureau systématiquement alors que les autres partent à dix-sept-heures-zéro-zéro. Donc affirme-toi, ça fait un bien fou. En commençant par annoncer tes prétentions salariales 🙂

Et ne sois pas cette personne, car la nature humaine ayant horreur du vide : les gens bien intentionnés auront vite fait de combler le vide que tu laisseras en ne posant pas tes limites...

Alors affirme-les dès ton embauche 🙂

  •  Négocie parce que tu en as envie et besoin, de cet argent

La raison bassement terre-à-terre de la série, c’est que si le salaire de base proposé pour le poste ne te permet pas de vivre matériellement comme tu le souhaites, et bien tu vas te retrouver en difficulté.

Tu dois savoir exactement de combien d’Euros tu as besoin pour vivre : Prends le seuil en-deçà duquel tu ne pourras pas payer tes factures.

Tu lui ajoutes la petite marge de confort dont tu as besoin pour vivre la vie qui te rendra bien dans tes baskets (vacances, fringues, loisirs non négociables, budget babioles pour les enfants), et tu obtiens ton objectif de salaire.

Tu l’intègres dans une fourchette, dont tu ne dois pas sortir.

Si la rémunération que tu propose l’employeur est en-dessous de cette fourchette, ne prends pas le risque d’être embauché.e ici, car tu ferais un calcul à très court terme…au risque de te créer du mal-être au travail par frustration et par colère, au bout de quelques mois.

Sans parler de cette idée fixe qui te poursuivra : celle de t’être trompé.e dans le choix de ce poste…

  • Négocie, parce que tu ne veux pas donner raison au système

Mesdames : Vous devez négocier votre salaire pour obtenir ces fameux 25% de rémunération en plus, que les hommes obtiennent d’office sans avoir à négocier, eux 🙂

Jeunes de la génération Y, vous devez négocier votre salaire à l’embauche. Oui, ça n’est pas parce que vous avez peu d’expérience et qu’on vous met dans la tête qu’il n’ y a plus d’emploi, que vous devez vous brader. OK ? Vous avez un potentiel à vendre, une force de travail, une énergie, des compétences numériques spécifiques à votre génération. Vendez-les.

Quant à vous, Messieurs Dames les Seniors, vous devez négocier votre salaire parce que vous avez de l’expérience, un savoir-faire, un certain regard et recul, et parce que penser que vous êtes dépassé.e ou que personne ne voudra plus jamais de vous est faux. Et donc n’est pas une bonne raison d’accepter tout ce qui passe, et à n’importe quel prix.

À propos de l'autrice / auteur de cet article

Bérangère TOUCHEMANN

Après 8 ans à la tête de mon cabinet de coaching et transitions professionnelles et de ce blog qui a vu passer plus de 3 millions de lecteurs et lectrices, j’ai décidé de passer la main ! Ce blog appartient maintenant à mon équipe, que j’ai sélectionnée, formée et mentorée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.