5 principes pour un meilleur équilibre vie pro-vie perso

Occuper un travail dans lequel on se sent bien, pour lequel on se sent reconnu.e, et surtout pour lequel on a très envie de se lever le matin… on en rêve.

Alors imagine maintenant qu’en plus de ces avantages, il te permette d’avoir du temps en famille, te permette d’avoir des loisirs, du temps de cerveau disponible. Qu’il respecte par-dessus tout ton temps personnel, en bref.

Un équilibre vie pro-vie perso réel, en fait.

Ahhh ! C’est LE sujet « tendance », cet équilibre, c’est un peu le Saint Graal auquel on aspire tous.tes, et qui finalement est atteint par si peu de gens…

Pourtant tes services RH semblent de plus en plus sensibles à ce sujet, en théorie au moins.

En effet, de nombreux dirigeants et managers ont désormais compris qu’un salarié équilibré et heureux dans sa vie perso était plus performant, fiable et fidèle.

Chez nos amis Scandinaves, s’assurer que son salarié est bien dans ses baskets et ne doit pas sacrifier sa vie personnelle est carrément culturel.

En attendant que les entreprises mettent en place des mesures fortes (et pas juste cosmétiques) allant dans ce sens, et changent profondément leur vision, je te propose d’appliquer ces quelques conseils. Pour toi-même commencer ce rééquilibrage (et parce que c’est toi, en premier lieu, qui es acteur.trice de cet équilibre, bien sûr) :

Donne-toi le droit de te déconnecter

Tu as passé une semaine intense au travail, ton implication a été forte, car tu as dû boucler des dossiers importants. Et peut être que certains t’attendent encore lundi, au retour du week-end.

Ok, mais maintenant tu es en week-end, c’est un moment qui doit rester sacré pour ta famille, tes amis et évidemment pour toi-même…

Apprendre à déconnecter de son PC, de ses mails ou de ses dossiers papiers est vital.

En effet, d’après une étude publiée en 2015 dans la revue médicale The Lancet , le risque d’AVC augmenterait de 10% en cas de plus de 40 heures de travail hebdomadaires, et de 27% à partir de 49 heures ».

Evidemment, il se peut qu’une fois de temps en temps, tu aies une hausse d’activité ponctuelle, et que cela te demande d’être disponible sur ton temps de repos. Mais cela doit rester exceptionnel, et je te suggère de trouver un moyen pour rétablir la balance. De rattraper ce temps-là, en fait.

La plupart des profils « surinvestis au travail » que j’accompagne en coaching, ont souvent une tendance à donner plus qu’ils ne reçoivent. Ils ne cherchent pas de contrepartie à leur investissement. Probablement parce que les valeurs Travail et/ou Loyauté prennent beaucoup de place dans leur représentation du Travail en général. D’un point de vue purement comptable (débit v/s crédit d’énergie), ce n’est pas sain à long terme 🙂

Tu as besoin de dormir pour récupérer au même titre que tu as besoin de manger pour prendre des forces et bien pour ces deux mêmes raisons, tu dois te déconnecter de ton travail pendant ton week-end. OK ?

Programme des temps pour toi dans ton agenda, et bulle 

As-tu parfois l’impression de ne pas avoir de temps pour toi ?

Que les jours défilent et que tu n’as jamais un instant pour te poser avec un livre, ou simplement pour appeler une copine ?

Que ton agenda débordent et que tes to do list sont incompressibles ?

Se programmer des temps pour soi, c’est une première étape. C’est-à-dire des temps officiels programmés, où tu ne prévois rien.

Et maintenant, que vas-tu faire pendant ton petit temps perso cette semaine ?

Le challenge, quand on a la tête dans le guidon toute la semaine, c’est de savoir apprivoiser le vide, sans culpabiliser.

Tu veux recevoir par mail mes 5 conseils surprenants
pour "trouver ta voie" ?

L’autre jour une cliente me disait : « Je vis tellement dans une culture de productivité au travail, que même quand je prends des temps pour moi pour aller à la piscine, je me fixe un résultat à atteindre sur le nombre de longueurs que je dois nager, pour rentabiliser mon temps. » 

Tu imagines le niveau de stress, de pression ?

Oui, tu as le droit de ne rien faire, ou de buller à des trucs inutiles 🙂 Ça ressource.

Et quand on a l’habitude d’être super productif.ve le reste du temps, et bien les petits temps de bullage peuvent être hyper efficaces. Un peu comme les micro-siestes, tu vois : Quand on a le sommeil perturbé et qu’on dort 4h par nuit (alors qu’on en aurait besoin de 8), et bien on se fait une micro-sieste juste de 15 minutes en début d’après-midi. C’est rien, 15 minutes. Mais c’est suffisant pour repartir du bon pied. Ça remet les compteurs à zéro.

Prends soin de ton hygiène de vie

As-tu remarqué que la rentrée de janvier est physiquement la plus difficile de l’année ?

La faute à quoi ? On dort peut, on mange beaucoup et pas de manière très équilibrée, on est plus sédentaire en hiver. Il n’y a pas de secret, la mauvaise hygiène de vie fatigue notre organisme.

La période des fêtes de fin d’année reste exceptionnelle, mais lorsqu’on reproduit ça dans notre quotidien, et bien on tire sur la corde et elle finit par céder. Résultat, on n’assure plus. Ni au travail, ni dans sa vie perso.

Avoir ses 8 heures de sommeil si besoin, se concocter des plats équilibrés, avoir une activité physique qui nous fait plaisir, sont tant de petites choses qui améliorent notre état général.

Prendre soin de soi, c’est mettre le bon carburant dans sa machine pour qu’elle fonctionne bien et longtemps 😉

Apprends à dire non

Prends l’habitude de te poser les bonnes questions avant de céder aux demandes des autres.

Je pense par exemple à ce livre et film « Le diable s’habille en Prada ». Souviens-toi de cette jeune assistante qui travaille au sein d’un grand magazine de mode, et qui accepte les innombrables missions impossibles ordonnées par sa supérieure, pour gagner sa place et obtenir de la reconnaissance.

ATTENTION SPOILER : Elle en sacrifie ses amis et même sa relation amoureuse, pour se retrouver au final bien seule et pleine de regrets.

Ce que je te suggère, c’est de toujours prendre un temps de réflexion, avant de répondre « oui » à une demande qu’on t’adresse. Pour voir si c’est cohérent, comment tu la sens. Si elle a une place dans ton agenda, et pour analyser au détriment de quelle autre obligation, celle-ci deviendra prioritaire.

Tu n’as pas l’impression qu’on demande plein de trucs toujours aux mêmes personnes ?

Celles qui ne savent pas dire non. Aux bons petits soldats. Celles sur qui on peut compter. Qui ne se plaignent jamais, et qui en plus font le boulot correctement. 

Sauf que parfois, accepter de nouvelles tâches peut te mettre en danger.

Donc pose-toi juste deux questions :

Ai-je vraiment envie de rendre ce service ?

En ai-je vraiment le temps ?

Il est important de ne pas constamment se sacrifier pour les autre, ou pour ton entreprise au détriment de ta propre personne. Tu n’as pas à sauver qui que ce soit 🙂 

Nous devons apprendre à nous respecter davantage, apprendre à dire non pour nous préserver.

Sois moins exigeant.e avec toi-même

Lorsque l’on parle d’équilibre vie pro-vie perso, beaucoup entendent « être au top dans les deux domaines ».

Au contraire, nous ne sommes pas des machines et peut- être qu’il est bon de revoir ses exigences à la baisse, pour gagner en qualité de vie.

Vouloir être l’employé.e modèle qui décroche des augmentations et de nouvelles responsabilités tous les quatre matins, va te demander un surinvestissement professionnel.

De même que les parents parfaits qui sont aussi des champions dans une discipline sportive tout en étant des amis disponibles… et plein d’autres compétences sur-exploitées.

Revois tes exigences à la baisse, car en continuant ainsi tu vas finir par t’épuiser, et devenir un bon candidat au burn-out.

Tu constateras sûrement que là où tu te mets de la pression, ce n’était en fait pas forcément nécessaire, car personne ne verra la différence… Enfin si. Peut-être qu’on te trouvera juste plus détendu.e et plus heureux.se 😉

Quand le manque d’équilibre nous donne envie de changer de travail

Il y a un vrai point de vigilance sur le lien entre l’équilibre vie pro-vie perso, et l’envie de changer de métier.

Je me dis souvent sur ce blog. Une envie de changement peut avoir plusieurs causes.

  • Le manque de Sens et de perspectives
  • La perte de plaisir
  • Des relations dysfonctionnelles au travail
  • Un manque d’équilibre vie pro-vie perso.

Pour résoudre cette envie de changement, tu dois d’abord bien identifier la cause de celle-ci. Car toutes ne se « soignent » pas avec le même remède. Et mal identifier cette cause, pourrait te faire prendre une mauvaise décision.

Quand c’est un manque d’équilibre qui est la cause principale d’une envie de changer de vie professionnelle (je dis « principale », car ces causes peuvent se cumuler, bien sûr) et bien c’est sur ta capacité à rétablir l’équilibre, qu’il te faut travailler en priorité. 

Parce que si tu travailles sur la recherche d’un nouveau projet professionnel en ayant glissé le dossier « équilibre » sous le tapis (je veux dire par là en occultant la réelle cause réelle de ton besoin de changement), et bien tu as de fortes chances que le schéma de déséquilibre se reproduise dans ton prochain job, ou prochain métier.

Et là, bonjour le sentiment d’échec

Besoin d'y voir clair, sur ta situation professionnelle actuelle et à venir ?

Nous t'offrons une séance-déclic de 30 minutes, pour :

  1. Faire le point avec nous sur ta situation
  2. Savoir si nous pouvons t'aider
  3. Repartir quoiqu'il arrive avec un axe de travail prioritaire

Pour réserver c'est ici :

Cet article a 1 commentaire

  1. Damien

    Rien de satil faisant en antériorité vie harmonieuse actuellement c’est le nadir même moins.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu