Auto-coaching pour trouver mon « métier-plaisir »

Comment faites-vous pour chercher un job, vous ?

La plupart d’entre nous fait ça :

  • On trouve une offre qui contient (ou qui se rapproche de) nos mots-clés
  • On répond avec notre CV , mais on l’adapte un peu…histoire qu’il colle au mieux à l’offre, tout en tenant sur une page
  • On l’accompagne d’une lettre de motivation-type où l’on change les infos employeurs, pour l’adapter
  • On écrit le petit mail d’accompagnement qu’on a l’habitude d’écrire, on attache les pièces jointes
  • Et hop, on clique sur Envoyer.

STOP ! (La preuve que ça ne marche pas, c’est qu’on y est encore…)

Et si on prenait les choses à l’envers ?

Ce qu’il faut faire, ça n’est pas partir de l’offre que l’on trouve, c’est partir de soi, donc voilà ce que je vous propose pour cet exercice d’auto coaching « Trouver mon métier-plaisir ».

  • Posez-vous donc les bonnes questions

Commencez par vous demander quels sont vos sentiments/émotions par rapport à votre job actuel ou à vos jobs passés.

Qu’est-ce que vous aimiez ?

Qu’est-ce que vous n’aimiez pas ?

Ou si vous préférez, listez les missions et les tâches pour lesquels vous étiez bon, et celles pour lesquelles vous n’étiez pas le meilleur.

Si vous regardez bien, vous vous rendrez compte que les compétences/sujets dans lesquels vous pensiez que vous n’étiez pas « bon », sont en fait des sujets qui ne vous intéressent pas.

Et ce sont exactement ces sujets-là qu’il va falloir éviter de coucher sur votre feuille blanche.

Parce que si on n’a pas de plaisir dans un job, on n’est pas bon. Donc on ne sait pas le vendre à un recruteur, et on n’est pas recruté.

Tiens, si vous n’avez pas été embauché jusqu’ici, c’est que vous avez peut-être cherché un job pour trouver du travail, mais pas pour trouver VOTRE travail. Vous voyez la nuance ?

  • Inventoriez les sentiments que vous aimeriez éprouver au quotidien

Ainsi que ce que vous avez besoin de faire/pratiquer pour les ressentir.

Exemple : « Je veux rentrer à la maison le soir et me sentir fatigué et accompli, car j’aurai réussi à traiter toutes les demandes du jour. Etre occupé et ne pas voir le temps passer dans mon job peut me procurer ce sentiment. »

Autre exemple : « Je suis content quand je me sens utile. Pour cela, j’ai besoin d’aider mon équipe à régler ses problèmes. », etc.

  • Listez ensuite les talents que vous avez envie d’utiliser

A savoir, ce qui vous passionne ou que vous faites facilement et avec plaisir.

Exemple : « J’adore faire des montages photos, je pourrais y passer des heures », ou « je suis particulièrement bon pour rédiger, d’ailleurs j’écris à mes heures perdues et j’ai le sentiment d’exprimer des choses importantes ».

  • Déterminez le type d’environnement qu’il vous faut

Vous êtes plutôt grande entreprise avec gros CE ?

Plutôt startup avec l’esprit en ébullition ?

Plutôt PME pour exprimer votre polyvalence ?

Plutôt créateur parce que vous ne voulez plus de patron ?

Pour être heureux, finalement, qu’est-ce qu’il vous faut ? c’est ça, LA question prioritaire à laquelle répondre.

  • Hiérarchisez vos critères, attribuez des coefficients, si vous voulez, à chaque point, et faites votre classement

L’idée de l’exercice, c’est d’aller chercher des infos à l’intérieur de soi pour se connaitre. Il est vrai que s’adapter continuellement aux offres qui paraissent (alors qu’on n’y croit pas trop) est fatigant.

Une fois que vous avez votre job/projet potentiel, commencez à chercher des offres en ce sens, et voyez comment elles s’y adaptent. Observez ce que vous ressentez…

C’est autre chose, non ?

  • Demandez-vous ensuite dans quels métiers vous pourriez exprimer ces points

Journaliste ? Graphiste ? Webmaster ? Technicien SAV ?

Faites un gros brainstorming et listez tout ce qui vous passe par la tête. Aidez-vous des fiches-métiers de l’APEC, ou de la liste des codes ROME de Pôle Emploi.

Faites un pied de nez à l’autocensure, parce qu’en général c’est à ce moment-là qu’elle arrive. C’est pour cela qu’il vous sera plus facile de faire cet exercice-là avec un coach.

 

  • Inventez le job qui vous ressemble et vendez-le !

Une fois que vous avez votre job « Lettre au Père Noël » couché sur le papier, rien ne vous empêche d’aller le proposer sous forme de fiche de poste à des entreprises qui vous branchent.

Qui sait ?

Avec une approche sympa, un projet ficelé et une bonne connaissance des enjeux de l’entreprise et un interlocuteur bien identifié, méfiez-vous…

Vous pourriez être pris au sérieux 🙂

Vous voulez trouver votre nouveau projet professionnel, mais vous ne savez pas par où commencer, ni à qui vous adresser ?

Parlons-en ! Réservez votre séance découverte ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *