Comment gérer au mieux ton congé maternité

(…pour qu’au travail, ça passe crème) ?

Je n’ai jamais été en congé maternité.
Du moins je n’ai jamais eu à  annoncer à un patron que j’allais m’absenter pour devenir mère, puisque quand j’ai été enceinte de ma première fille, j’avais déjà créé mon entreprise depuis un bout de temps.

Mais peut-être que pour toi, annoncer ça à ton boss, te créé de l’appréhension.

Cette date de départ en congé maternité est un objectif depuis des semaines. Elle veut dire tellement de chose, cette date ! 
Il y a tellement d’attente, d’excitation, de préparation, d’incertitudes quant à ce qui t’attend (surtout quand c’est ton premier enfant et que tu ne sais pas trop à quoi t’attendre…)

Tu as remarqué comme la grossesse est une histoire de dates ?
Comme une histoire d’amour. 
La plus incroyable des histoires d’amour 🙂 

Tu as remarqué comme la grossesse est une histoire de dates ?

La date de la première rencontre.
La date de la conception.
L’enchaînement des dates d’échographies, de rendez-vous médicaux, de bilans sanguins, toussa toussa.  

 

Ensuite on compte en semaines (en semaines d’aménhorrée d’ailleurs, pour que le chiffre soit plus gros, comme pour que le temps passe plus vite^^).
On fête le 1er mois, le 2ème… les 6 mois.

Et enfin arrive ce moment hors du temps : la date du congé mat’. 
Ce fameux congé maternité pendant lequel tu as prévu de faire de tas de trucs, pour préparer le nid. 

À toi la déco de la chambre, la préparation de la valise de maternité.
À toi les achats du matos de puériculture, la préparation de la liste de naissance.
À toi les siestes (celles dont tu aurais eu vachement besoin lors de ton premier trimestre de grossesse, d’ailleurs…)

Tu quittes le boulot pour une tellement chouette aventure.
Et quand tu y reviendras, tu ne seras plus exactement la même^^  

Alors justement, comment on fait ça ? 
Quitter le boulot. Facile à dire.
Mais quand on est une working-girl super investie, comment on fait pour lâcher ses dossiers, ses réunions et son équipe, concrètement ?
Comment faire pour que la maison ne crame pas en ton absence ?
Pour éviter la placardisation à ton retour ? (oui, je t’évite le suspense, ça arrive encore vachement souvent, malheureusement…)

Comment préparer ton congé maternité au travail ?

Parce que même si tes hormones te chahutent dans tous les sens, tu es une pro, et tu veux l’être jusqu’au bout. 
Hors de question donc, pour toi, de partir en douce comme une voleuse sans laisser les dossiers en ordre.
Et tu as raison, parce que si tu veux que ton retour se passe au mieux, c’est ce qu’il faut faire !

Assurer la transmission de tes dossiers

Il est nécessaire de voir avec ton/ta N+1 les tâches à traiter en priorité avant ton départ (un gros contrat à signer, une formation à finir, un bouclage de projet…) Trier ce qui peut attendre ton retour, ce que tu peux déléguer.

À la toute fin, tu pourras un peu lever le pied et être simplement là en support

Si tu es remplacée par une personne en contrat court, c’est simple : 
Tu la formes sur ce qui est vital pour elle d’assurer, pendant les semaines où tu seras absente. 
L’avantage c’est qu’à la toute fin, tu pourras un peu lever le pied pour la laisser gagner en autonomie avant ton départ, et être simplement là pour elle en support.

 

Ça, c’est dans un monde idéal.
Parce qu’il se peut aussi que tes dossiers prévoient d’être partagés entre plusieurs personnes en interne.
Dans ce cas, je t’invite à bien veiller à ce que tout soit clair et s’articule bien entre chacune. 

Il y a aussi des points qui peuvent rester en stand by pendant ton congé. Quoi qu’il arrive, tu dois laisser sa feuille de route à chacun + reporter à ton N+1 ce que chacun a prévu de faire.

Dire au revoir

Préviens tous tes interlocuteur habituels que tu vas être absente. N’attends  pas qu’ils tombent sur ton message automatique de boîte mail ! Certaines personnes pourraient être vexées, ou penser que tu manques de transparence.

Penses-y assez en amont de ton départ, pour n’oublier personne : collègues des autres sites qui n’ont pas forcément vu ton ventre s’arrondir, clients, fournisseurs…bref, tous tes partenaires.

Envie de trouver ton nouveau projet professionnel, pour plus de sens au travail et d'équilibre au quotidien ?
Reçois mes 5 pistes pour une reconversion réussie
"Spécial working-mamans"

Et si jamais il y en a un qui passe entre les mailles du filet, prévois un message d’absence pour ta boîte mail et ton téléphone fixe, en indiquant le back up à contacter à ta place, et hop.  

Faire une visite de courtoisie

Venir présenter son bébé aux collègues fait partie des règles de savoir vivre «tacites» dans pas mal d’entreprises.
C’est là que tu vas raconter toutes les petites histoires sur le choix du prénom, la qualité des repas à la maternité et l’acceptation par le grand frère ou la grande sœur, tout ça^^

Souvent on n’a pas trop envie d’y aller, à cette visite de courtoisie. Remettre les pieds au bureau alors qu’on a complètement déconnecté depuis quelques semaines, ça fait bizarre. 
Mais tu verras, passer 2h à discuter avec des adultes, ça fait un bien fou, quand le seul arbitrage existentiel que tu as à opérer depuis des semaines, c’est de savoir à quel «F» sont dûs ces pleurs («Fesses, Faim, Fatigue, Froid»^??^^)  
Et puis c’est l’occasion de remercier pour les cadeaux et petits mots gentils que tu as reçus pour la naissance, donc ça reste sympa..

Pour que ton retour de congé maternité se passe bien…

Au secours, je «laisse» mon bébé !

Ça y est… c’est pour demain ! 
Tu vas reprendre le boulot après ton congé  maternité.
À la fois heureuse de retourner dans le monde des adultes et de retrouver un autre rythme de vie, une vie active.

Mais aussi stressée ! 

Tu vas devoir trouver le bon mode de garde pour ton enfant.

Sauf que tout peut ne pas se passer comme prévu :
Genre la seule nounou que tu as trouvée avec un agrément de libre, va te coûter un bras, habite à 15 bornes, ne fait pas à manger, ne bosse pas le mercredi, et possède un berger allemand «qui ne ferait jamais de mal à un enfant»^^

Ou la place en crèche pour laquelle tu as déposé une demande (avant même que ta mère ne soit au courant de ta grossesse) te propose un 9h-17h sur 4 jours par semaine, et c’est pas vraiment ce qui t’arrange, si tu veux continuer de bosser comme avant…

Alors en attendant que tout ça se stabilise, il faut se débrouiller avec les congés du Papa, ou Mamie, ou une nounou provisoire. 
Je te passe le contrat de garde partagée, le langage des assistantes maternelles à décrypter, l’urssaf etc… Bref, la charge mentale est bien costaud. 

Si tu allaites, gros dilemme. 

J’arrête, j’arrête pas ? Est-ce que mon patron sera ok avec ça ? S’il est ok, comment je gère pour tirer mon lait au bureau ? Le regard des autres ? toussa toussa.

Ce retour est souvent pour nombre d’entre nous un moment de montagnes russes émotionnelles.

Les droits au retour du congé maternité

Un petit rappel sur ce que prévoit le Code du Travail : 

  1. À ton retour de congé maternité, tu dois retrouver ton poste ou un poste similaire avec une rémunération au moins équivalente.
  2. Tu dois avoir bénéficié des mêmes augmentations de salaire que les collègues, s’il y a eu une augmentation générale ou un accord collectif pendant ton congé.
    Voici toutes les garanties liées à la maternité ou l’adoption
  3. Tu dois avoir un rendez-vous auprès de la médecine du travail (dans les 8 jours après ta reprise)
  4. Ainsi qu’un entretien professionnel (art L.61315-1 du code du travail) :  cet entretien ne porte pas sur l’évaluation de ton travail, mais sur tes perspectives d’évolutions en terme de qualification et d’emploi.
  5. Du temps pour allaiter si tu le souhaites

L’entretien au retour de congé maternité

À ton retour, ton N+1 doit te proposer un entretien pour reprendre là où tu t’étais arrêtée. 
Les changements d’organisation, les nouvelles orientations stratégiques, les nouveaux clients, etc… il faut faire un point sur ce qui a évolué pendant ton absence, histoire de reprendre le train en route.

Tes missions et tes priorités pour cette reprise doivent être claires pour toi (Hello le «match carrière-parentalité» ^^>>mais je t’en reparlerai dans un autre article). Surtout si ton poste a évolué et n’est plus exactement le même qu’avant ton départ. 
Prépare cet entretien en listant toutes tes questions.
Ne te repose pas sur les infos distillées par les collègues. 
Tu dois avoir une vision précise des enjeux de ta mission et de tes objectifs (pros ET persos). 

Il se peut que les choses aient beaucoup changé pendant ces quelques semaines : déménagement, rachat, nouvelle nomination. 

Donc si tu veux rester dans cette boîte, si ton poste te plaît et que tu t’y projettes encore quelques temps, tu n’auras pas d’autre solution que d’accepter le changement, et d’être agile. En gros, de t’adapter, quoi.

T’adapter pour surpasser tous ces petits trucs inconfortables du quotidien qui ont changé en ton absence (changement d’interlocuteur, de process, de fournisseur, ou tout autre truc que tu n’aurais pas choisi) 

Pour pouvoir s’adapter, il faut s’être préparée mentalement. 
«La vie du bureau a continué sans moi. Et oui… je l’accepte.»

Ça, c’est si tu te projettes dans ton job.

Pas envie d’y retourner

Mais peut-être que tu n’as carrément pas envie de reprendre là où tu t’étais arrêtée.
Mais alors pas du tout.

Parfois, le congé maternité est cette période qui te révèle qu’en fait, ton job ne te plait pas et tu n'as pas envie d’y retourner

 

Parfois, le congé maternité est cette période qui te révèle qu’en fait, ton job ne te plait pas. Ne te comble pas, ne te suffit pas. 
Plus envie de jouer cette mascarade, de te forcer.
Là, tu as eu un enfant, et c’est du sérieux.
Maintenant, tu veux travailler pour des trucs qui comptent pour toi : sens, plaisir, être utile au monde, etc.

Ou pendant ta grossesse, tu as peut-être attendu ce congé maternité jour après jour comme une issue de secours. 
Enfin le bout du tunnel pour te projeter dans autre chose. 
Un projet positif, une expérience forte et tellement souhaitée : la naissance du bébé. 
Quand tu es partie dans ces conditions là, l’appréhension et le malaise augmentent au fur-et-à mesure que l’heure de reprendre le travail approche. 

Et parfois, l’envie de changement vient petit à petit.
Parce qu’il y a eu un avant, et un après congé maternité :

Tu reprends ton poste sans trop de souci, hors la garde du bébé.
Et puis au bout de quelques jours / semaines, les questions affluent. 
Tu te rends compte que tu ne vois plus les choses de la même façon.
Tu ne te sens plus à ta place.
Tu ne retrouve pas la confiance en toi et tes talents professionnels d’avant la grossesse.
Tes collègues semblent avoir changé. Ou ils ne t’intéressent plus. Tu n’as plus envie d’aller au café avec eux. Les conversations et les potins du bureau te pèsent.
L’intérêt pour ton job n’est plus là.
Des tâches, que tu accomplissais sans souci avant, deviennent pénibles et vides de sens.

Dans tous les cas, tu te sens mal dans ton travail après ta reprise. 
Baby blues ou autre chose ?

Ne te trompes pas de question !

Le malaise que tu ressens vient-il de la situation actuelle ?

Le changement de rythme, les nuits courtes et la rupture d’équilibre peuvent être à l’origine d’un sentiment de déphasage très désagréable.
Surtout s’il y a eu beaucoup de changements au bureau en ton absence.
L’organisation n’est pas encore calée à la maison.   
Tu dors peu, et mal. 
Tu peux avoir l’impression de ne pas avoir retrouvé ta place. Comme d’être «désalignée». 

Après un arrêt de quelques mois, on perd ses automatismes, donc tes journées sont super fatigantes. Il faut réapprendre de nombreux mécanismes.
Il y a une working-maman qui, en revenant de son congé maternité, avait fait un black out complet sur le logiciel-métier de sa boîte. Le 1er jour, impossible de se souvenir des menus et raccourcis qu’elle utilisait avant sans même y penser ! 
Elle s’est retrouvée face à son écran en se demandant ce qu’elle faisait là. 

Ou bien est-ce un vraie question de fond ?

Ce n’est peut être pas juste la fatigue de la reprise qui te fait te sentir mal. 
Le malaise peut être plus profond.

Peut-être même qu’il est là depuis un bout de temps, et que toute la contrainte que tu subis actuellement (réapprentissages au travail, manque de sommeil, pas au top de ta forme physique…) ne te permet plus d’avoir l’énergie suffisante pour masquer toute cette insatisfaction, ou de te suradapter à une situation professionnelle qui ne te convient en fait pas.

Comme on l’a évoqué au dessus, souviens-toi comment tu as vécu les dernières semaines avant ton départ ? 
OK il y avait la joie d’accueillir bébé. Mais est-ce qu’il n’y avait pas ce fort sentiment de délivrance du boulot ? 

Concrètement, est-ce que la situation n’était déjà pas pourrie bien avant de partir en congé maternité ?^^

Tu ne te l’étais peut être jamais vraiment avoué, et ça se comprend. 
Tu avais un «bon» job, tu gagnes plutôt bien ta vie. 
Tu es en train de construire une famille. Peut être une maison avec le crédit qui va avec.
Une voiture familiale pour transporter la poussette, le lit pliant, les affaires des enfants, les jouets, tout ça… 
Ce n’est vraiment pas le moment de «précariser» les revenus, n’est-ce pas ??
Alors tu ne t’es pas autorisée à  penser que ça n’allait pas
Ne te culpabilise pas, c’est ok (j’ai même envie de dire «c’est normal»)
Les working mamans font souvent (toujours !) passer les autres avant elles.

Pendant cette parenthèse hors du temps professionnel, tu as vécu autre chose. 
Une aventure vraie, une relation intense avec ton enfant. Tu as laissé la place à tes émotions et à ton ressenti.
Tu as des projets pour ce bébé. 
Tu veux lui transmettre tes valeurs
Tu as lu des livres, des blogs sur la parentalité. 
Tu t’es interrogée sur ce qui était important pour toi, pour vous.  
En fait, avec l’arrivée de bébé, tu t’es juste reconnectée à toi.     

…Mais aujourd’hui tu reviens au travail.

Alors au moment de cette reprise du boulot, tu n’as plus envie de faire semblant. 
Ton regard est différent. 
Tu vois ce que tu ne t’autorisais pas à voir avant.
Tu ne supportes plus ces jeux relationnels, ou politiques.

Entre la charge mentale de la reprise et le manque de sommeil, même si tu le voulais, tu ne pourrais plus faire semblant. 
C’est juste impossible.

Mais quoi faire ?
Comment gérer cette situation, ce mal-être ?

Il y a 2 options.

Tu te laisses du temps, pour voir si la crise passe.
Le temps fait bien les choses, parfois. 
Tu vis si en mettant ça sous le tapis, ça peut passer.

Ou deuxième option, tu profites de cette reconnexion, de ce moment unique, pour poser les bases d’un nouveau projet pro
C’est l’occasion de faire un vrai choix de carrière. 
Sans urgence ni précipitation, juste en remettant un peu de clarté et de sens dans ta vie pro.

Tu en dis quoi ?

Tu veux trouver ton nouveau projet professionnel ?

  • Celui qui conviendra à ta vie de professionnelle active ET à ta vie de maman ?
  • Pour plus de sens, d'équilibre, et de sérénité au quotidien ?

Mais tu manques de temps, d'inspiration, et surtout de méthode ?
Je peux t'aider !

Prenons un instant pour en parler dans le cadre d'une "Séance-déclic", que je t'offre avec plaisir (valeur 150€)
Et définissons ton premier axe de travail, pour engager ton nouveau projet.

Pour réserver ta "Séance-Déclic", c'est ici
Je réserve ma séance

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu