You are currently viewing Comment quitter un CDI pour se reconvertir ?

Tu as un projet dans un coin de ta tête depuis quelques temps, mais tu le repousses parce que tu te dis que ce n’est pas le moment ou que c’est trop risqué ? Pourtant, partir d’un CDI pour se reconvertir est objectivement la position la plus sécure possible. A condition d’être au courant des dispositifs qui existent pour t’accompagner pendant ta transition. Découvre comment lancer ta reconversion en toute sécurité (sans avoir à gagner au loto) !

Quitter un CDI pour se reconvertir : pourquoi sauter le pas ?

Pour beaucoup, quitter un CDI est une folie. Forcément, un salaire qui tombe bien sagement sur le compte à la fin de chaque mois, c’est plutôt rassurant.

Et pourtant, j’ai des dizaines de clientes qui ont fait le choix de quitter leur poste et qui ne le regrettent absolument pas.

Le CDI n’est plus synonyme de sécurité de l’emploi à 100%

Pour être capable de sauter le pas, elles ont toutes dû commencer par dépasser une croyance limitante bien trop répandue. Je t’en ai déjà parlé dans un autre article, mais le CDI ce n’est pas forcément la sécurité. Il faut réussir à s’enlever cette équation de la tête pour accepter de « prendre le risque » de changer.

Sur le plan économique, les entreprises connaissent des turnovers bien plus importants depuis ces dix dernières années. Entre les crises économiques et les fonds de pensions qui rachètent les boîtes pour les optimiser au maximum, la survie de ton poste n’est pas garantie.

Le CDI n’est plus synonyme de sécurité de l’emploi à 100%

Donc tu peux :

  • soit faire l’autruche, attendre que ça arrive et risquer de te retrouver sur le carreau le moment venu
  • soit anticiper et te lancer dès maintenant

Au-delà de ça, le CDI n’est pas forcément le cadre de travail le plus confortable sur les plans humain et émotionnel. Le système productiviste a fait bondir le nombre de burn out et d’arrêts maladies. Beaucoup de salariés ne se retrouvent plus dans ce mode de management qui demande de faire toujours plus avec toujours moins. De mal faire pour faire vite.

Si ce qu’on te demande de faire n’a plus de sens à tes yeux, c’est peut-être qu’il est temps pour toi de travailler autrement.

Se reconvertir vers un métier plus en phase avec tes valeurs

Quand mes clientes viennent me voir pour les accompagner dans leur projet de reconversion, elles arrivent parfois avec une idée « safe » en tête. Un métier qui ne les fait pas forcément rêver, mais qui leur donne l’impression de ne pas prendre trop de risque.

C’est après quelques semaines de travail et de coaching qu’elles s’autorisent à ressortir leur projet coup de cœur du placard pour lui donner sa chance.

Et là, pour moi et pour toute l’équipe qui les accompagne, c’est magique.

Je vois des yeux qui s’illuminent quand on me parle d’un projet zéro déchet ou de l’envie de se consacrer à 100% à la naturopathie. Je vois des femmes qui se libèrent et qui retrouvent de l’énergie à l’idée de faire quelque chose qui leur plaît vraiment.

Ces projets, bien ficelés, peuvent être viables. Et ils peuvent te permettre de retrouver une vie professionnelle qui a du sens. Un métier en adéquation avec tes valeurs et avec le monde que tu veux laisser à tes enfants.

Ce serait dommage de laisser passer cette opportunité à cause d’une croyance limitante n’est-ce pas ? 😉

Quitter son CDI pour développer de nouvelles compétences

Quitter son CDI pour se reconvertir, c’est aussi développer de nouvelles compétences. Et ça, dans le marché du travail tel qu’il fonctionne aujourd’hui, c’est essentiel.

Quitter son CDI pour développer de nouvelles compétences

Mettre à jour tes savoirs et te prouver que tu es capable de t’adapter est une sensation grisante. (Et un super moyen de reprendre confiance en toi d’ailleurs !)

Si ça peut te rassurer, dis-toi que si ton projet venait à ne pas aboutir pour X ou Y raisons, tes futurs recruteurs valoriseront quand même ton expérience.

Créer sa boîte c’est acquérir des compétences de gestion de projet, de comptabilité ou encore de gestion, en plus des compétences liées à ton nouveau cœur métier.

Créer sa boîte c’est aussi développer son réseau localement ou en ligne.

En bref, une reconversion est un atout majeur dans ton parcours, donc si tu en rêves, il faut foncer ! Au pire, si ça ne fonctionne pas, tu pourras valoriser cette expérience en entretien.

Les dispositifs pour quitter son CDI en toute sécurité

Il faut foncer oui, mais pas n’importe comment ! Comme je te l’ai dit au début de l’article, le CDI est le point de départ le plus confortable pour démarrer ta reconversion. C’est le statut qui offre le plus de protection pour laisser le temps à ton projet de voir le jour et de se pérenniser.

L’objectif : sécuriser financièrement ta transition professionnelle

On arrive au moment où tu sais dans quoi tu veux te lancer (et si ce n’est pas le cas, mon équipe et moi pouvons peut-être t’aider à le déterminer).

Tu as une idée assez précise de ton projet et il ne te manque plus que du temps pour travailler dessus. Il te faut donc quitter ton poste actuel.

L’objectif : sécuriser financièrement ta transition professionnelle

Tu pourrais aussi lancer une version de ton projet a minima sous la forme d’un side project comme l’a fait Marie, ou garder un temps partiel le temps de voir si ton idée est viable.

Je te le dis pour info, mais le but de cet article c’est de te parler des deux solutions les plus intéressantes pour quitter ton CDI, à savoir celles qui te permettent de bénéficier de l’ARE.

L’ARE c’est l’Allocation de Retour à l’Emploi versé par Pôle Emploi. Si tu peux faire en sorte de toucher cette indemnité pendant la durée maximale de 2 ans, crois-moi c’est le top pour te lancer sereinement ! 😉

Ça te laisse 2 ans pour faire en sorte que ton entreprise grandisse jusqu’à pouvoir te dégager un revenu.

Après, selon ton projet, ça peut ne prendre que 6 mois ou même moins. Tout dépend dans quoi tu te lances.

Solution n°1 : La rupture conventionnelle

La voie royale, c’est la rupture conventionnelle de ton contrat de travail. Mais elle n’est pas toujours facile à négocier avec ton employeur, qui est en droit de refuser ta demande.

La rupture conventionnelle

C’est quoi ?
Un mode de séparation à l’amiable entre toi et ton employeur, qui donne accès à des indemnités et à l’allocation chômage.

C’est pour qui ?
Les salariés en CDI uniquement

Comment ça se passe ?
Tout est détaillé dans cet article sur la rupture conventionnelle, mais pour faire court ça se passe en 4 grandes étapes :

  • un entretien avec l’employeur pour signer la convention
  • un délai de retractation de 15 jours
  • l’envoi d’un formulaire à la DIRECCTE pour validation
  • la rupture effective du contrat

Solution n°2 : Le dispositif démission-reconversion

L’autre dispositif qui peut t’aider, notamment si ta demande de rupture conventionnelle est refusée, c’est le dispositif démission-reconversion.

C’est quoi ?
Ce dispositif a été créé en 2019 pour permettre aux démissionnaires de bénéficier de l’allocation chômage afin de réaliser un projet de reconversion (formation, création ou reprise d’une entreprise).

C’est pour qui ?
Les salariés en CDI qui ont travaillé en continu depuis 5 ans et qui ont un projet de reconversion reconnu comme « réel et sérieux » (c’est pas moi qui le dit, c’est le site demission-reconversion.fr)

Le dispositif démission reconversion permet de lancer son entreprise en bénéficiant du chômage

Comment ça se passe ?
Là aussi il y a 4 étapes :

  • avant de démissionner, tu prépares ton projet de ton côté
  • toujours avant la démission (c’est important), tu dois demander un Conseil en Evolution Professionnelle pour qu’il t’aide à tout finaliser et te donne une attestation
  • tu envoies ton dossier à une commission (qui va évaluer si ton projet est réel et sérieux justement)
  • ET LÀ, tu peux démissionner et t’inscrire à Pôle Emploi avec un papier magique qui dit que tu as droit à l’ARE

Étude de cas : elles ont quitté leur CDI pour se reconvertir

La théorie c’est bien, la preuve par l’exemple c’est mieux ! Laisse-moi te présenter deux anciennes clientes : Maryline et Anne-Laure.

Quitter son CDI pour devenir sophrologue

Ça, c’était le projet de Maryline.

Maryline travaillait comme responsable marketing dans une multinationale américaine. Sur le papier, job de rêve et surtout salaire de rêve. Sauf qu’au bout d’un moment, elle ne s’est plus reconnue.

Reconversion vers le métier de sophrologue ? Maryline témoigne !
Maryline

« Dans la pratique, je n’étais pas vraiment heureuse parce que ma société, comme beaucoup d’entreprise, passait de restructuration en restructuration. Ça demandait beaucoup d’adaptation, voire de la sur-adaptation à de nouvelles méthodes de management.

Au fur et à mesure, je me suis rendue compte que ce que l’entreprise attendait de moi ne me correspondait plus. C’était une course à la productivité : toujours plus, toujours plus vite, parfois au détriment de la qualité, …

Je ne me reconnaissais plus dans ça, j’étais devenue un petit robot. Je sentais que je m’éloignais de qui j’étais. »

En tant que maman solo, Maryline culpabilisait de vouloir changer de métier et de risquer de mettre sa famille en danger. Au point d’en arriver à un burn out. C’est là qu’elle nous a rejointe dans le Bilan de Confiance® pour redonner du sens à sa vie professionnelle.

Aujourd’hui elle a créé son entreprise Actives et Sereines, et propose des accompagnements autour de la sophrologie en ligne.

Retrouve son témoignage complet

Quitter son CDI pour lancer son entreprise dans le tourisme

Il y a aussi Anne-Laure, qui elle est passé par le dispositif démission-reconversion après le premier confinement en 2020.

Elle travaillait dans l’administration des ventes pour un domaine viticole, puis a eu envie d’un nouveau challenge.

Anne-Laure a voulu créer son activité indépendante, et s'est lancée dans la création d'une conciergerie touristique.
Anne-Laure

« Avant le confinement j’ai commencé à ne plus me sentir bien dans ce travail. Partir le matin, rentrer le soir, les journées plan-plan, pas de stress en dehors des heures de boulot. Mais quand même, je ne voyais jamais mon fils. Je me disais « il faut que je change ».

Ça fait longtemps que j’avais envie de créer ma propre activité et d’être à mon compte mais je ne m’étais jamais lancée. »

Au début de l’hiver, Anne-Laure s’est inscrite au Bilan de Confiance®. Nous l’avons aidé à définir son projet. Suite au refus de rupture conventionnelle par son employeur, elle a envoyé un dossier démission-reconversion puis a démissionné en mars.

Aujourd’hui, elle gère sa propre conciergerie touristique. La Jacquotterie lui a permis de relier son amour pour les vieilles maisons et son envie de valoriser son territoire bourguignon.

Découvre son retour d’expérience sur la création de son entreprise

J’espère que ces exemples t’auront inspirée ou rassurée. En 8 ans dans le coaching, j’ai accumulé un paquet de belles histoires comme celles-ci. N’hésite pas à nous rejoindre pour écrire la tienne 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.