Comment ton conjoint peut t’aider dans ta carrière de working-maman ?

«Tu n’as pas vidé le lave-vaisselle ?»
«Bah non, fallait me dire que tu voulais que je le vide !»

Voilà un exemple archi-ultra classique de dialogue entre une working-maman qui rentre du boulot et un working-papa qui avait sa journée free.

Parce que, oui, les filles, il faut demander !
Demander à son cher et tendre de t’aider à réussir une vie familiale épanouie ET une carrière comme tu veux.

«Aider» n’est pas le bon mot, car tu n’as pas besoin d’aide. Tu as juste besoin qu’il fasse sa part du job. 

Mais pour beaucoup de papas, il faut bien baliser le terrain. Demander, expliquer, former, négocier et impliquer. 
Lui aussi doit être concerné par le match carrière/parentalité. Ce dilemme n’est pas réservé qu’aux mamans. (Enfin ne devrait pas…😉)

Cette image de la maman #tachesménagères et du papa #boulot semble tout droit sortie des années 50. Pourtant elle demeure une réalité pour beaucoup de working-mamans. 

Mais ce n’est surement pas une fatalité. Si toi aussi, tu fais ce constat, tu vas voir qu’il existe des tas de solutions. Tu en trouveras forcément une (ou plus) adaptée.s à ta situation. 

La femme des années 50 assignée aux tâches ménagères

La participation des conjoints aux tâches ménagères : les chiffres

80% des mamans assurent encore les tâches domestiques.

Un sondage de l’Institut des mamans réalisé en avril 2018 montre que les choses ne changent pas vraiment, même quand maman travaille. 

Certes, dans certains couples, la parité est réelle, mais ce n’est pas la majorité. 

Alors comment mener la même carrière, quand on a moins d’heure à  y consacrer qu’un homme ?

Les inégalités commencent un peu à diminuer chez les moins de 35 ans.
Même s’il y a encore un écart entre le perçu-par-Monsieur, et le réel ! 😂
Mais il reste un domaine encore très inégalitaire : le linge

Une étude IPSOS réalisée pour Ariel en 2018, montre que, dans les tâches ménagères, le tri du linge + lessive sont assurés à 83% par les femmes.
Même les marques commencent à utiliser ces inégalités dans leur pub.

Alors quoi faire devant ce constat ? 

Rassure-toi, il y a des actions à mener qui vont permettre à ton conjoint de te libérer du temps pour que tu puisses aller au bout de tes projets professionnels.

Définir tes priorités professionnelles, ta vision à 5/10 ans

Quand tu deviens maman, ta vie change.
Tu le sais, ton conjoint le sait, tout le monde le sait.

So what ?

Très souvent, le papa et toi êtes tellement concentrés sur l’accueil du bébé, les conditions matérielles, le mode de garde, le changement de voiture, etc…, que vous passez à côté d‘un truc essentiel.
Définir vos priorités. Votre vision partagée du truc, à 5 ou 10 ans.
«Où on va ?»
Vous réfléchissez à ce que vous voulez pour vos enfants, mais pour vous ?

Plutôt carrière ? Plutôt maternage ? Congé parental ? Passage à temps partiel ?

Il n’y a pas que les bouquins sur la parentalité bienveillante, dans la vie. 
Il y a aussi ce que tu veux pour toi. Et quand je dis «toi», c’est toi toute seule, en tant que femme, qu’individu.

A l’arrivée d’un bébé, il y a donc des questions à te poser sur ce que tu veux réaliser dans ta vie professionnelle. Ce choix n’appartient qu’à toi. 

Tu veux recevoir par mail mes 5 conseils surprenants
pour "trouver ta voie" ?

Plutôt carrière ? Plutôt maternage ? Congé parental ? Passage à temps partiel ? 
Pour quel objectif professionnel dans 3 ans ? Changer de métier ? Monter les échelons dans ton entreprise ? Créer ta boîte ?
Tous les choix sont ok et possibles.

Mais il faut que ce soit un choix, justement. 
Pas un truc par défaut qui se fait comme ça, sans réelle réflexion. 

La décision de congé parental, par exemple, ne doit pas être un truc sub, parce que c’est trop galère de trouver une nounou dans le trou paumé la belle campagne où vous vivez et que le salaire de Monsieur est suffisant. 
Naannnn !
Sinon au bout de 6 mois, tu finis par détester tes enfants, ta maison et ton mec ^^
Tu leur en voudras parce que ce n’est pas vraiment ton choix. 
Et ça, c’est vraiment dommage.

Qu’est-ce que je veux dans ma vie professionnelle de working-maman ?
Qu’est-ce qui est important (non négociable) pour moi ?

Autant de questions pour toi, mais aussi pour ton conjoint.
Définissez ensemble le «qui a besoin de quoi» professionnellement et personnellement, de manière à pouvoir simplement le décliner ensuite en décisions et en actions.

Devenir working-maman, c’est d’abord un changement dans ta tête

Une femme, une maman, une professionnelle, une conjointe, une fille, une copine…
Pour chacun de ces rôles, tu as des modèles en tête, conditionnés par ton scénario de vie.
Des modèles dont tu as hérités de tes parents et/ou de ton cercle social.
Ou bien des modèles que tu as construits en opposition à cet héritage.

Tu as en toi tout un tas de croyances sur  :
> ce qu’une femme «doit» être
> ce qu’une mère «doit» être
> et sur ce qu’un père «doit» être. 

Ces représentations font qu’aujourd’hui tu as peut-être du mal à ne pas être «toute puissante», super woman. 
Mais si tu veux tout gérer, tout porter, ben ça va être chaud : travail, enfants, tâches domestiques, intendance, couple, sport…
Tu vas devoir faire des choix, si tu veux tout mener à bien. 

Mais comment faire des choix, quand tu as tes représentations bien ancrées et ta loyauté vis à vis d’elles. Comment faire ces choix sans avoir l’impression de te trahir toi-même.
Ton modèle actuel est épuisant, trop lourd.
Mais pour passer à un autre modèle, tu dois changer ton mindset, je t’assure.

Alors quel autre modèle choisir ? Sur quels critères ? 

C’est là que tu utilises les priorités que tu as définies avec ton conjoint juste avant. 
Ces objectifs, cette vision à 5 ans vont te guider. 
Parce que ces choix vont constituer un moteur pour toi. Ils vont t’aider à faire le tri et à changer certaines de tes représentations.

Attention, tu vas devoir accepter l’imperfection ! (T’inquiète, on va en reparler 😉)
Peut-être, qu’en fonction de tes choix, tu auras une maison un peu moins nickel ou des T-shirts pas repassés (arghh….) !

Le congé paternité

Le congé paternité, c’est super court, c’est juste 11 jours (pour tout le détail législatif, c’est par là).
Depuis 2013, ce droit au congé paternité a été élargi à toute personne vivant maritalement avec la mère. 
Ce congé est porté à 18 jours en cas de naissance de jumeaux ou de triplés (c’est clair que 7 jours de plus changent tout quand tu reviens à la maison avec des triplés, haha !!)

Congé paternité : C'est pour te seconder, te laisser te reposer

Alors ces 11 petits jours ce n’est pas pour aller au golf ou jouer à FIFA, tu vois !
Ces 11 jours, c’est pour te seconder, te laisser te reposer du marathon physique/psychologique/émotionnel/hormonal que tu viens de vivre avec ton accouchement et toute ta grossesse.

Oui, je sais, la grossesse n’est pas une maladie. C’est naturel. Les femmes accouchent depuis des millions d’années, nia, nia, nia…… 

(PS : Le déni c’est sympa, mais ça se paie toujours à un moment, alors autant être à l’écoute de ton corps tout de suite. Il doit y avoir des warnings qui clignotent un peu partout : «Repose-toi» «Repose-toi», Là maintenant, pas aux prochaines vacances.)

Dans certains pays, la femme qui vient d’accoucher se repose pendant des semaines, et toute la famille est à son service, tu vois ? 

Donc je sais que ce n’est pas facile pour toi de décrocher, de lâcher ta merveille.
Mais, STP, offre ça à ton corps. 
Fais toi ce cadeau (dors et ne te réveille que pour donner le sein ou en cas de besoin impérieux, etc.). Tu viens de mettre au monde un nouvel être vivant. C’est juste géant. Alors pendant quelques jours, lâche prise.

Laisse sa place au papa.
Ce congé paternité est l’occasion pour lui de créer un lien fort dès le démarrage. 
Lui aussi il doit démarrer sa vie de parent, prendre ses responsabilités de père, profiter de ce bonheur.
Alors laisse lui ce temps, il ne demande sûrement que ça.

Le congé parental de papa 

Et si papa prenait un congé parental, d’ailleurs ?
S’il s’arrêtait de bosser pour te laisser travailler et gérer ta vie professionnelle ? 

Il est rare que les rôles ancestralement établis se trouvent inversés (mais ça arrive). Souvent les pères sont confrontés à  leurs propres représentations et modèles mentaux sur ce que doit être un père ou un homme au travail. 

Comme toi, ils ont hérités de leurs croyances sur ce qu’est un mec, un vrai ! Et donc, «un mec ramène de l’argent pour faire vivre sa petite famille» !
Donc s’arrêter de bosser pour que madame puisse travailler, c’est déjà affronter ses croyances et son propre regard,

Mais en plus, c’est se confronter à l’œil social et impitoyable de l’entourage perso ET professionnel.

Mais je t‘assure que ça existe. 
J’ai connu un papa, agent de direction dans une belle institution publique, qui a pris un congé parental à la naissance de son fils. Ce temps lui a permis de vivre sa paternité comme il le souhaitait, et de construire le projet pro d’après. 
À la fin du congé parental, il a changé de métier.

On revient là encore aux fameuses priorités que vous avez définies en couple au départ.
Si c’est Monsieur qui est mal dans son boulot ou qui se pose des questions sur son avenir pro, pourquoi ne pas profiter du congé parental pour faire une pause, après tout ? 

Le passage en 4/5ème : papa et/ou maman ?

Il n’y a pas que le congé parental. 
La question peut se poser pour tous les aménagements d’horaires suite à l’arrivée de bébé.

Qui réduit son temps de travail : papa ou maman, ou les deux ?
Tu vois, aux Pays-Bas par exemple, c’est temps partiel généralisé pour tout le monde ou presque, avec une pause-déj très courte qui permet aux papas et mamans de finir tôt, et d’embrayer sur la vie de famille à part égale (et puis de toutes manières, les crèches et nounous sont hors de prix…).

En France, on n’en est pas là.

Le partage du temps d’éducation doit résulter d’un choix, d’une vraie décision en cohérence avec les objectifs définis au départ.
Si c’est papa qui veut passer au 4/5ème, il faut se préparer à la réaction de son patron (et des collègues).
C’est une demande que beaucoup de patrons entendent comme inattendue…pas habitués !

La répartition des to-do lists 

A l’arrivée de bébé, tu vas devoir t’organiser différemment.
Pareil à mesure que les enfants grandissent et que leurs besoins évoluent.

Il va devenir difficilement tenable qu’une seule personne (toi)  gère tout tout tout !
Tu dois revoir l’organisation avec les enfants et ton conjoint.

Jusqu’à présent, tu étais la grande maîtresse de la to-do-list liée à tout ce qui concerne famille, enfant et maison. #tinquiètejegère (Je te renvois plus haut dans l’article sur les représentations que tu as de ce qu’est une bonne maman, conjointe, fille, etc… je ne recommence pas la démonstration mais c’est tout pareil 😉)

Aujourd’hui, tu vas te poser 5 minutes avec un chaï latte (ou un smoothie vert, ou tout ce qui te fait plaisir à siroter). Je te propose de faire un exercice pour prendre conscience de tout ce que tu as à faire, et de la charge de travail que ça représente, en plus de tes heures officielles de travail :

  • laver le linge, repasser, ranger
  • faire les listes de courses, les courses, passer au drive 
  • faire la bouffe
  • les rendez-vous médicaux et loisirs de toute la tribu
  • le réassort vêtements, affaires scolaires
  • le ménage, le réassort économat pour le ménage…
  • la paperasse (factures, impôts….)

(et la liste est encore longue…mais tu ne t’en rends même plus compte)

Donc juste pour voir, fais l’exercice : liste une à une les tâches que tu fais sur une semaine ou sur 15 jours. 
Et là, tu vas voir à quel point tu es indispensable, d’ac ? 

Non. Parce que la deuxième étape de cet exercice, c’est de stabiloter dans ta liste tout ce que tu pourrais déléguer (si tant est que tu acceptes que ça puisse être «imparfaitement» exécuté). 

Et là, surprise, tu vas voir que c’est la totalité de ta liste, qui pourrait ne pas dépendre que de toi, si tu le décidais^^

Alors, comment serait-il plus judicieux de répartir les tâches, pour que tout se fasse dans l’équité et la préservation de l’énergie de chacun(e) ? 

Oser déléguer, oser demander.
Maintenant que tu as identifié tout ce que tu pouvais déléguer à ton cher et tendre, ben tu vas le faire.😉
Tu vas lui demander quelles sont les actions qu’il se sent de prendre dès demain sur ta liste, et tu stabilotes en vert.

  • Celles pour lesquelles il aurait besoin d’une « formation », et tu les stabilotes en jaune.
  • Et celles pour lesquelles il n’a pas la possibilité d’agir, et celles-là ce sont les tiennes, en rose.

Donc au final, monsieur prends le vert et une partie du jaune, et toi il te reste le rose et l’autre partie du jaune. Tu vois ?

Devant cette magnifique œuvre tricolore, vous vous assurez bien que ce nouveau mode de fonctionnement est bien jouable pour tout le monde, et hop, tu l’affiches sur le frigo histoire que tout le monde puisse passer devant plusieurs fois par jour. 

Cet exercice est une bonne manière d’acter que la répartition des tâches est indispensable (pour préserver la santé mentale de tout le monde, et la tienne est importante^^)

Ensuite, pour le reste, tu as le droit de demander des trucs et de ne pas tout porter. 
Du moment que ça se fait tranquillement, et pas en mode reproche. 

On connait toutes la cocotte-minute qui n’a pas d’autre moyen de dégoupiller, parce qu’elle en a marre de passer devant monsieur 30 fois sans réussir à lui faire lever le nez de son appli de l’Equipe…

Quand tu prépares ta semaine à venir, entre les réunions ou déplacements pro et l’organisation familiale, tu vois ce qui ne passe pas en temps. Et là, tu exposes tes contraintes, ton mec, les siennes et vous partagez en bonne intelligence.

Et n’oublie pas de caler quelques créneaux rien que pour toi.

Alors qu’est-ce que tu penses de ma méthode Stabilo ?
Tu commences quand ?
Viens me dire ce que tu as délégué en premier 😉.

Besoin d'y voir clair, sur ta situation professionnelle actuelle et à venir ?

Nous t'offrons une séance-déclic de 30 minutes, pour :

  1. Faire le point avec nous sur ta situation
  2. Savoir si nous pouvons t'aider
  3. Repartir quoiqu'il arrive avec un axe de travail prioritaire

Pour réserver c'est ici :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu