Comment trouver les offres d’emploi du marché caché ?

En 2009, j’ai fait un truc que plein de Parisiens rêvent de faire, j’ai quitté Paris.

Pour retrouver de l’oxygène. J’avais un besoin de province et de vide (Paris m’asphyxiait et m’épuisait).

Après un passage en Alsace, me voilà installée à Toulouse depuis presque 8 ans.

Toulouse a la réputation de fonctionner « en réseau », et on dit souvent que « Toulouse est un village ». Ce qui n’est pas faux, même si c’est la 4ème ville de France.

Il siège dans la capitale de la région Occitanie, toutes sortes d’associations, de cercles, de cénacles, dans lesquels gravitent des milliers d’entrepreneurs et de commerçants, de cadres, de sportifs.

Tout ce petit monde peut donc, le temps d’une soirée ou d’une matinée, se côtoyer et échanger les uns avec les autres, en acteurs dynamiques de l’Ovalie économique (« Ovalie », moi je trouvais ça pas mal, comme nouveau nom de région⚫️🔴🏈).

On se retrouve pour les uns autour d’un cigare, pour les autres autour d’un verre de vin, après un match de rugby, ou plus simplement lors d’un bon petit-déjeuner hebdomadaire, ou autre conférence d’expert suivie d’un apéro-réseautage.

Réseauter pour trouver les offres d’emploi du marché caché

Le fonctionnement en réseau pour développer son activité professionnelle, ça marche.

Et pour trouver un job, ça marche aussi.

Vous avez tous entendu parler du fameux « marché caché ». C’est un marché parallèle où les entreprises ont des besoins de recrutement, mais ne les ont pas exprimées en termes d’annonce sur les job-boards notamment.

Et ceci pour plusieurs raisons, qui se cumulent parfois : Parce que ces offres sont pour l’instant réservées à l’interne, ou parce qu’elles sont soumises à un budget encore incertain, ou alors parce qu’elles ne représentent pas une priorité pour l’instant (même si le besoin existe), ou encore parce qu’elles ne connaissent pas encore leur besoin exact.

Et bien, avoir accès à ces offres-là quand on cherche du boulot, c’est possible quand on met en place une vraie stratégie de réseautage à son niveau.

Comment faire pour débusquer les offres du marché caché ?

Alors je vais attaquer ce paragraphe par une vanne (un peu lourde), que m’a racontée (ou enseignée ?) mon premier chef des ventes, quand j’ai démarré ma carrière commerciale :

« Quel est le plus vieux métier du monde ?

Non non, ça n’est pas ce que tu crois. C’est l’information.

Parce que sans information, tu ne sais pas où est la fille »…

Je vous laisse apprécier la finesse de ce trait d’humour, mais n’empêche que c’est vrai.

Savoir trouver l’information, c’est la base.

C’est en cela que réside le travail sur les offres du marché caché.

Et à moins d’avoir envie de passer du temps à faire du phoning auprès de tous les services RH du coin (un peu douloureux quand on n’a pas la fibre commerciale ou qu’on est plutôt du genre introverti), c’est bien votre réseau, qui va vous fournir l’INFORMATION.

Alors travaillez-le, et avec méthode.

Comment faire pour travailler son réseau ?

Pour travailler son réseau, le schéma est simple, vous devez :

Augmenter le nombre de personnes qui le composent

Faire de votre mieux et sincèrement, pour aider ces personnes en leur apportant ce que vous pouvez (information, écoute, noms de contacts, bras pour déménager (merci encore Olivier D, qui se reconnaîtra 😉 )

Informer votre réseau de votre recherche exacte, et lui expliquer comment il peut vous aider

Le remercier quand l’information tombe, et chercher à lui rendre l’ascenseur

De quoi doit être composé mon réseau pour m’aider à trouver un emploi ?

Ici, nous n’allons qu’aborder le premier point de ce schéma : Vous devez non seulement augmenter le nombre de personnes qui composent votre réseau de « niveau 1 » (en gros, celles qu’il y a dans votre répertoire aujourd’hui)…

…, et vous devez rebondir sur ce niveau 1 pour aller chercher le contact avec votre « niveau 2 », à savoir les contacts de vos contacts.

Jusqu’ici, c’est bon ?

Alors allons plus loin : Non seulement vous devez augmenter votre base-réseau en quantité, mais aussi en qualité.

Effectivement, pour qu’un réseau soit équilibré, il doit être composé de personnalités issues d’horizons divers. Il existe un moyen mnémotechnique pour vérifier si votre « portefeuille » (à savoir l’ensemble de vos contacts LinkedIn, de votre répertoire téléphonique et de votre porte-cartes de visite…) est assez équilibré pour pouvoir répondre à vos besoins.

Suivez donc l’acronyme D.R.E.A.M ! Dans votre réseau, vous devez avoir des :

  • Décideurs

Les décideurs sont les professionnels qui émettent des besoins en termes de compétences, qui décideront si l’entreprise va embaucher, et de qui elle va embaucher. Ce sont les managers opérationnels, N+1 ou N+2, qui vont avoir besoin de renfort dans leur équipe. Ce sont aussi les responsables RH ou des dirigeants de PME qui vont valider le profil du candidat en fonction des besoins de leur entreprise, et ce sont aussi les cabinets de recrutement que ces responsables peuvent mandater pour déléguer une mission de recrutement.

  • Relayeurs

Les relayeurs ne sont pas ceux qui vous embaucheront, mais ils vous connaissent et connaissent votre recherche. Ils sont au courant de l’actualité du recrutement et des mouvements dans leur entreprise ou dans celle de leur conjoint. Ils sont donc capables de vous relayer une offre d’emploi, le nom d’un contact, une information sur une création de poste, un départ à la retraite chez eux ou chez leur concurrent.

  • Experts

Les experts sont des gens qui n’ont pas la même expertise que vous, mais avec qui vous pourrez procéder parfois à un échange de compétences. Par exemple, un expert RH, un expert-comptable, juridique, marketing, etc.

  • Ascendants

Vos ascendants sont les gens que vous avez-vous-même encadrés, formés, tuteurés, parrainés ou accueilli en stage. Ce sont des gens qui connaissent vos qualités, et qui connaissent votre expertise, puisque d’une manière ou d’une autre, vous leur avez transmise.

  • Mentors

A l’inverse, vos mentors sont vos anciens patrons, N+1, maîtres de stage, et connaissent vos qualités et votre parcours parce qu’ils vous ont encadré. Ils sont aussi capables de vous donner des conseils.

Vous trouverez d’autres tuyaux de ce genre dans le « Défi-mail des 7 jours pour une candidature au top🚀 ». Il est gratuit, vous pouvez vous inscrire ICI.

Faut-il réseauter plutôt sur les réseaux sociaux, ou plutôt dans la vraie vie ?

Les deux, mon capitaine. (Sachant que les réseaux sociaux en ligne, C’EST la vraie vie). Pour développer et activer votre réseau, vous devez  :

  • non seulement travailler votre base de contacts en ligne (voilà comment faire avec LinkedIn par exemple), par les réseaux sociaux professionnels notamment,
  • mais vous devez surtout utiliser ces réseaux sociaux en complémentarité avec votre réseau IRL (In Real Life !),
  • voire vous en servir uniquement pour rebondir sur des échanges et des rencontres au téléphone, lors d’évènements réseaux ou lors d’entretiens réseaux, que nous évoquerons dans un prochain article.

OK ?

19 réflexions au sujet de « Comment trouver les offres d’emploi du marché caché ? »

  1. Bonjour Bérangère,

    Je trouve votre post très bien clair et synthétique. Moi-même en recherche active d’un poste de Responsable HSE, je pense devoir utiliser de façon plus poussée les réseaux sociaux afin d’avoir accès au marché caché.

    Encore merci pour tous ces conseils.

    Sincères salutations.

    Laurent ZEMMA

  2. Chère Bérangère, j’ai apprécié de lire votre article! Je suis convaincue que le réseau est « l’essence » des relations humaines pour évoluer dans différents cadres. Après, comme vous l’avez souligné, il est si important de l’entretenir dans le temps et de l’alimenter constamment.
    Sincèrement,
    Farah Houdroge

  3. Bonjour Bérengère
    Merci pour votre poste et vos conseils …que j’applique sur LinkedIn et Viadeo. En recherche active depuis 2 ans je chercher désespérément à revenir en région toulousaine. J’arrive souvent en top 2 ou 3 à la dernière marche du jury de recrutement mais …. est – ce l’âge ? Le parcours atypique ? Je commence à désespérer. Bien à vous

    1. Bonjour Marie-Hélène, merci pour votre témoignage. Oui, c’est vrai, je vous vois sur les réseaux sociaux. Il est vrai aussi qu’être recruté prend du temps, et les démarches réseaux sont longues, et représentent un vrai travail de fond…parfois mal payé sur le court-terme, du coup. Gardez courage, ça va bouger 🙂

  4. Merci Bérangère,
    Ce qui va sans dire, va mieux en le disant ! Toutefois pas toujours facile à mettre en pratique, on n’est pas pas tous des commerciaux dans l’âme…
    En tout cas votre article est très clair. Bravo et merci de partager l’info !
    Bien cordialement.

    1. Merci Christine 🙂
      Je crois que le réseautage, c’est de la visibilité plus informelle que le commercial pur, qui effectivement, ne met pas tous les profils à l’aise. Se vendre n’est pas un exercice simple, c’est clair…

  5. Bonsoir Berangere et bravo
    je temoigne sur la pertinence de votre article relatif aux reseua. jadhere a l’acronyme DREAM notamment le A . jai ete coopté tres recemment par une organisation internationale pour enseigner en tant que Senior grace à un de mes anciens collaborateurs que javis perdu de vue depuis pres de 10 années et qui a recommandé mon expertise.. Seyni du Senegal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *