You are currently viewing Envie de reconversion, faut-il obligatoirement changer de métier ? Marie témoigne !

Marie était contrôleuse de gestion pendant 10 ans en milieu industriel. Après un burn out, elle a décidé de prendre le temps de réfléchir, pour imaginer sa vie professionnelle d’après. Elle a suivi le programme « Le Bilan de Confiance® », qui aide les mères à trouver leur place professionnelle et la prendre.

Marie était contrôleuse de gestion pendant 10 ans en milieu industriel.

Dans cette vidéo, avec Marie nous parlons de :

  • Sa vie de contrôleuse de gestion, et de son envie de changement professionnel
  • De l’importance de se créer un espace à soi, pour prendre le temps de réfléchir à nos vraies envies et nos vraies valeurs
  • Pourquoi elle n’a finalement pas décidé de se reconvertir
  • Sa recherche d’emploi qui a abouti rapidement

Bérangère : Hello Marie, je suis contente de te recevoir et de pouvoir échanger avec toi dans le cadre de ce témoignage. Tu sors du Bilan de Confiance® et plein de choses ont changé dans ta vie pro. Je voudrais que tu nous partage ton parcours que je trouve assez génial.

Point de départ : contrôleuse de gestion dans le secteur industriel

Ça fait un peu plus de 10 ans que je suis contrôleuse de gestion. J’ai toujours évolué dans des milieux industriels

Marie : Ça fait un peu plus de 10 ans que je suis contrôleuse de gestion. J’ai toujours évolué dans des milieux industriels et là ça faisait quelques lois que j’étais dans une nouvelle usine. En fait, j’ai été un peu dépassée par pas mal de choses. L’usine dans laquelle je travaillais était en plein PSE (plan de sauvegarde de l’emploi), donc avec des problèmes de structure, d’organisation et un sous-effectif au niveau du service.

J’en suis donc arrivée à un burn out lié à la surchage de travail, à un manque d’organisation et une absence de visibilité sur l’avenir. C’est vrai que ça a été une période compliquée pour moi.

Rien que l’idée d’aller au travail m’angoissait.

Le déclencheur : un burn out dans son nouvel emploi

Marie : J’ai fait un burn out et c’est ce qui m’a amenée à me poser des questions sur mon envie de continuer dans ce métier. Parce que forcément j’étais très mal, c’était un bon gros burn-out. Du coup j’ai été arrêtée, je n’étais plus capable de travailler. Rien que l’idée d’aller au travail m’angoissait.

J’ai profité de cet arrêt maladie pour me poser déjà. Pour reprendre des forces.

 J’ai fait un burn out et c’est ce qui m’a amenée à me poser des questions sur mon envie de continuer dans ce métier.

Et puis j’ai essayé de comprendre : est-ce que c’était le métier ou l’environnement qui était mauvais pour moi ?

Étape 1 : se faire aider dans son envie de changement professionnel

Marie : Je me suis demandée ce que j’allais faire et pour m’aider dans cette réflexion je me suis mise à chercher une formation. Et c’est là que je suis tombée sur le Bilan de Confiance®. J’étais une maman célibataire un peu perdue au niveau pro, je me suis dit que ça pouvait m’aider.

Étape 2 : identifier ce qui ne lui convenait plus dans son emploi

Pendant le Bilan de Confiance j’ai vraiment suivi les étapes.

Pendant le Bilan j’ai vraiment suivi les étapes. C’est vrai qu’en me posant, en prenant du temps pour moi et en réfléchissant bien à ce dont j’avais envie, et bien je me suis rendue compte qu’en fait mon métier me plaisait encore.

Même si ça fait plus de 10 ans que je le fais, ça me plaît ! C’est chaque fois autre chose, j’ai beaucoup de contacts avec les gens donc je peux échanger. J’ai réalisé que ce côté-là me plaisait énormément.

Je me suis rendue compte qu’en fait mon métier me plaisait encore.

Du coup, je me suis mise à réfléchir plutôt sur la structure qui me conviendrait. J’ai vraiment compris que c’était ça le fond du problème : ce n’était pas moi, mes compétences ou autre, c’était l’environnement.

Étape 3 : négocier une rupture conventionnelle

Marie : Une fois que j’ai identifié que je n’avais pas envie d’une reconversion totale, j’ai décidé d’agir. Donc j’ai négocié une rupture conventionnelle avec mon ancien employeur. Je suis contente parce que ça s’est bien passé.

Au départ dans ma tête, les premières semaines après mon arrêt maladie, je me disais « envoie tout valser » mais tu ne peux pas. Ça aurait été l’envie primaire mais après je me suis dit qu’il me fallait quand même des ressources pour pouvoir changer. J’en ai parlé à mon directeur d’usine qui a été ouvert à la chose. C’était rassurant d’avoir une oreille de mon côté.

j’ai négocié une rupture conventionnelle avec mon ancien employeur.

J’ai eu envie de tout envoyer valser, mais je me suis dit qu’il me fallait quand même des ressources pour pouvoir changer.

Étape 4 : chercher un emploi dans un autre secteur

Marie : Une fois que j’ai négocié ma rupture conventionnelle, je me suis dit : « qu’est ce qui ne t’a pas convenu dans cette structure-là ? ». Du coup je me suis rendue compte que le côté « industriel » dans le travail ne me convenait pas. Je me suis mise en recherche d’un emploi de contrôleur de gestion mais dans des structures différentes. Et j’ai trouvé !

Bérangère : Et ben ça c’est formidable ! Je rappelle le contexte. Au moment où nous enregistrons cette vidéo on est en mode confinement/déconfinement/fermeture de classes/covid/etc… et toi tu trouves un emploi en 1 mois en fait. Tu as trouvé en très peu de temps.

Comment "trouver sa voie" en 3 étapes ? - spécial maman -

La réponse dans ma conférence-phare, enregistrée pour toi

  tes informations restent confidentielles.

Marie : Ah oui. J’ai été arrêtée fin novembre. Le temps que je me recentre on devait être à peu près en février. En février j’ai commencé ce travail de réflexion en cherchant le type de structure qui me conviendrait et j’ai vraiment postulé en mars. J’ai passé un premier entretien, puis un second et voilà, en un mois environ ça s’est conclu !

Une transition professionnelle en toute autonomie

Je me suis dit que la clé c’était moi.

Bérangère : Génial ! Je l’ai déjà fait mais je voulais encore te féliciter. Parce que tout est allée finalement très vite et surtout tu as été d’une autonomie dingue. Personnellement je ne t’ai jamais vue en coaching collectif, donc tu as réussi à faire tout ça presque toute seule. Dans le Bilan de Confiance® on a quand même 2 classes de coaching collectif par semaine, des masterclasses, et plein d’outils. Et toi tu as décidé tracer en autonomie.

je me suis dit que la clé c’était moi et qu’il fallait que je me recentre sur moi.

Marie : En fait, je me suis dit que la clé c’était moi et qu’il fallait que je me recentre sur moi. Du coup j’ai pris le temps. Enfin, j’ai essayé de prendre le temps, parce que bien sûr il fallait que je jongle avec mes contraintes de maman. J’ai ma fille à gérer toute seule. Mais je me suis dit que j’allais profiter des moments où elle est à l’école pour prendre ce temps pour moi, avancer et réfléchir.

J’y suis allée en fait. Je me suis vraiment dit : « maintenant, c’est le moment, tu as le temps, prends ce temps pour toi et fais-en quelque chose ».

L’analyse de la coach, Bérangère Touchemann

Bérangère : Bravo ! Tu as vraiment eu cette capacité à te créer de l’espace.

Je ne conseille jamais aux membres du programme de quitter leur emploi pour avoir le temps de réfléchir ou au contraire de rester en poste pour avoir la sécurité financière de réfléchir. C’est chaque professionnelle qui sait le mieux ce qui lui convient et qui va lui permettre de cheminer sereinement.

Bérangère Touchemann coach spécialisé dans la transition professionnelle des mamans

Toi en tout cas tu as pris les devants et tu as créé cette bulle d’espace et de temps pour réparer les choses qui n’allaient pas. Un burn-out, c’est très difficile à vivre et épuisant. Tu as su te laisser de la place et de la respiration pour pouvoir faire émerger ta nouvelle vie professionnelle.

Tu t’es mise en recherche d’emploi, tu as eu des résultats très rapidement et tout s’est bien goupillé. Au pire, tu avais ta rupture conventionnelle qui te permettait de te sentir sécure si tu avais eu besoin de te former avant de chercher un emploi. Et puis finalement tu n’avais pas besoin d’une reconversion énorme qui casse les murs pour te sentir mieux et avoir une perspective positive devant toi.

Marie : Ça fait du bien ! Quelque part c’est sécurisant aussi parce que je me lance dans une nouvelle aventure mais je connais les bases. Effectivement, je n’avais pas besoin de tout dynamiter. Ça me va bien comme ça.

Je n’avais pas besoin de tout dynamiter. Ça me va bien comme ça.

Bérangère : Et puis comme tu l’as dit, tu aimes encore ton métier !

Le retour de Marie sur le Bilan de Confiance®

Le Bilan de Confiance®

Marie : Ce qui m’a vraiment aidée dans le Bilan de Confiance®, ce sont les questionnements sur les valeurs. Il y a toute une partie où on doit décrire ce qui ne nous convenait plus et en fait je me suis rendue compte que ce n’était pas mon travail en lui-même qui ne me convenait plus. Au contraire, c’est cet exercice qui a mis en lumière que la base du métier me plaît énormément.


Ses conseils aux mamans qui veulent changer de vie pro

1. S’écouter

C’est simple à dire mais il faut s’écouter. On se connaît en fait.

2. Se dégager du temps

C’est parfois compliqué de se dégager un peu de temps mais c’est hyper salvateur. Il faut arriver à se recentrer sur soi. En tant que maman on a tendance à s’oublier et je pense qu’on est une encore meilleure maman si on est bien dans nos baskets.

3. Chercher un métier qui te rend heureuse au quotidien

Prendre ce temps pour soi c’est vraiment très important, et c’est ce qui permet de retrouver un bonheur au quotidien. Finalement, on est quand même 80% du temps au boulot donc c’est quelque chose d’essentiel.

4. Ne pas toujours écouter son entourage

Je dirais qu’il faut prendre du temps pour soi et ne pas forcément écouter les « bons » conseils des proches qui sont bien intentionnés mais qui ne nous connaissent pas comme nous on peut se connaître.

Bérangère : En tout cas tu as eu cet élan et cette force. Bravo, tu as un parcours qui est vraiment super. Avec ta vie de maman solo qui est très exigeante aussi : tu ne partages pas la charge mentale, il y a peut-être des peurs financières qui sont plus importantes.
Bravo et merci pour ton témoignage. On est super fières de voir des parcours comme le tien dans le Bilan de Confiance® !

Tu es maman, et tu veux "trouver ta voie" ?

Découvre LE programme 100% dédiée aux mères, pour trouver et mettre en œuvre ton prochain projet pro’, sans y perdre ton équilibre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Quiz en ligne

 

« Trouver ta voie », tu en rêves… mais 

« Es-tu (réellement) prête à changer de vie professionnelle ? »

Fais le test pour découvrir ton profil-type et recevoir gratuitement mes conseils personnalisés

Submission received, thank you!

Close Window

Quiz en ligne

 

« Trouver ta voie », tu en rêves… mais 

« Es-tu (réellement) prête à changer de vie professionnelle ? »

Fais le test pour découvrir ton profil-type et recevoir gratuitement mes conseils personnalisés

Submission received, thank you!

Close Window