Être maman, créer son entreprise…et culpabiliser quoi qu’il arrive

Quand ma fille aînée est entrée à la crèche, j’avais déjà créé mon cabinet de coaching.

J’avais eu la chance d’avoir une place en crèche à plein temps, du lundi au vendredi de 8h à 17h.

Un matin où j’y dépose Valentine, je vois une annonce sur le mur des parents : « Nous organisons une sortie à la médiathèque et cherchons des mamans accompagnatrices ».
Immédiatement, je me dis : « Valentine serait trop contente si je venais ! ».

Mais en réalité, que s’est-il passé ?

J’ai accompagné. Valentine a été contente deux minutes de tenir la main de sa maman sur le chemin de la médiathèque, puis arrivés là-bas, elle ne m’a plus calculée. Trop occupée à disperser les livres partout dans la médiathèque avec son pote Noah.

En vrai, pour moi, ce fût une matinée longue et pénible.
Qui m’a mobilisé une demi-journée de non-boulot.

Bien évidemment c’était le jour où j’attendais un mail important, alors j’ai passé la demi-journée mon smartphone à la main, pour mieux sentir la potentielle vibration du message attendu…

Avec du recul, je me dis : « Mon Dieu, mais pourquoi avoir été à la médiathèque accompagner une sortie crèche ?? » Lol.

Hello la culpabilité, quoi qu’il arrive : Si je n’avais accompagné cette sortie, je me serais dit « j’aurais pu faire plaisir à ma fille, quand même… ».

Mais j’ai accompagné, et là, je me suis dit « mince, j’aurais pu bosser, quand même ».

En tant que maman, nous sommes déjà de bonnes clientes pour la culpabilité. Mais la maman entrepreneuse s’en rajoute encore une couche ! Si si.

Je t’explique d’où ça vient, et surtout, comment t’alléger de cette culpabilité, qui peut parfois mettre en péril ta boîte.

Problème°1 : Quand tu as une entreprise, tu culpabilises de ne pas être assez présente pour tes enfants

Quand tu as créé ta boîte, tu avais plein de super ambitions pour le moment où « tu aurais plus de temps pour tes enfants parce que tu bosserais à la maison » .

Ces belles ambitions faisaient même partie de tes principales motivations pour quitter le salariat.
Tu te voyais emmener et aller chercher les enfants à l’école sans être speed  (genre garée en double file et warning en action, si ça te parle^^ )
Tu rêvais déjà de prendre le temps d’aller au marché et de cuisiner pour ne leur faire que du frais.
Tu te voyais même, zen et prenant le temps de lire des bouquins sur l’éducation positive et adopter pour de bon un mode de vie zéro waste.

Bref, tout ce que tu n’avais pas le temps de faire quand tu étais salariée.

Tu voulais une vie avec davantage de sens, et qui correspondait mieux à tes valeurs.
Forte de toutes ces envies, tu as décidé de prendre le temps, et de vivre comme tu l’entendais, conforme à tes valeurs. Tu as créé ta boîte.

Mais en vrai ?

Tu bosses dur, mais tu n’arrives pas à tout faire aussi parfaitement que tu l’avais imaginé.

Et tu dois te rendre à l’évidence, que même en bossant à la maison, tu vas devoir faire des compromis. Genre accepter que … la sauce tomate sur les pâtes est bien un légume comme les autres.😉

Donc tu bosses beaucoup.  De chez toi certes, mais beaucoup. Beaucoup plus qu’avant.

Tu veux recevoir par mail mes 5 conseils surprenants
pour "trouver ta voie" ?

Ton temps physique et mental sont focalisés sur ta boîte, sur la sortie de ton produit, sur ce mail que tu dois écrire ou recevoir.

Le temps passe à une vitesse folle. Alors la sortie au parc, ce sera pour plus tard.
Et après tout, les écrans n’ont jamais tué personne.

Te poser avec un plaid pour lire ce chapitre de ce livre d’Isabelle Filiozat le temps d’un chaï latte fumant ? En vrai, le résumé de ce livre en audio sur Koober en mangeant ta salade Sodébo fera bien l’affaire.

Et tu culpabilises.

Tu te surprends à regarder les films et/ou photos de ton bébé pendant qu’il est chez la nounou. Et finalement,  bien que tu bosses à la maison, ton enfant ne te voit pas assez et tu n’es toujours pas autant présente que tu le voudrais.

Problème n°2 : Quand tu as des enfants, tu culpabilises de ne pas travailler assez de temps pour lancer/développer ta boîte

Quand tu projetais de devenir mampreneur, tu te voyais travailler le soir quand les enfants seraient couchés.
Mais, en vrai, ils font trainer le rituel du sommeil et ta soirée à toi commence réellement à 21h30. Heure à laquelle tu te dis que ton homme, aussi, a droit à un peu de temps, et qu’il ne serait pas cool d’aller finir de rédiger cet article dans ton bureau.

travailler à la maison

Tu voulais aussi travailler pendant la sieste de tes enfants.  Et profiter d’une vraie plage de travail de 2 bonnes heures pour être focus sur une tâche qui te demande de la concentration ? Sauf que ton enfant ne veut pas faire la sieste, et que quand il s’endort enfin, c’est le moment où toi, tu as le coup de barre, et que tu n’arrives à rien. (et je ne t’en parle même pas si tu as 2 ou 3 enfants, qui ne sont jamais raccord sur l’heure du dodo !)

Tu t’étais dit que tu bosserais le samedi matin pendant qu’ils sont (exceptionnellement) devant un Disney. Mais dans la vraie vie, ta fille te dérange toutes les 5 minutes pour « j’veux faire pi-piiiii »  ou « maman, veux pas la mandariiiine », « j’peux venir sur tes genoux ? », «  maman où est ma peluche Elsaaaaaa ? »…(Tu l’as ? 😉)

Remplie d’énergie et de bonnes résolutions à l’idée de cette nouvelle vie pro à la maison, tu t’étais dit que tu t’accorderais un petit supplément de journée en tentant le « Miracle Morning » (mettre le réveil à 5h30, pour t’isoler 1h30 de vrai travail quand tu es sûre que tout le monde dort encore). Sauf que tu es trop KO et que tu snoozes volontiers en te disant que c’est vraiment un truc qui n’est fait que pour les américains…

Donc, tu culpabilises de ne pas bosser comme tu voudrais.  Toujours l’impression d’être « empêchée de ».

Ton entreprise ne se développe pas assez vite à ton goût. Tu n’arrives jamais au bout de tes (trop ambitieuses) to do lists.

Et quand ton alarme sonne à 16h50, tu sursautes et tu te dis : « P….. déjà ! ». Tu files à la crèche récupérer ton fils et en même temps, ben…t’as les boules parce que tu n’as pas avancé comme tu voulais…et que tu aurais bien bossé 2 heures de plus (comme dans ton ancienne vie salariée…).

Comme tu vois que le chiffre d’affaires n’est pas constant au début, tu culpabilises parce que tu payes ta nounou à plein temps.

Dans tous les cas, tu t’en veux.

Explication : c’est quoi cette culpabilité ?

En fait, tu es tout le temps frustrée, et tu te sens tout le temps « pas assez » quelque chose. Que ce soit avec ton boulot ou avec les enfants, il y a toujours un manque.

Ce qui se joue, là, pour toi, c’est le match carrière-parentalité.

Je m’explique.

Il y a deux valeurs qui s’affrontent. Un conflit entre deux visions du monde, qui te tiraille en permanence et te laisse un sentiment de frustration des 2 côtés.

D’une part, le travail, c’est important pour toi. Tu veux te réaliser dans ta vie pro.

D’autre part, c’est hyper important pour toi AUSSI d’être la mère que tu as envie d’être.

Alors peut-on tout avoir ?

Je ne sais pas.

Mais en tous cas, on peut se satisfaire d’une situation imparfaite (ou du moins qui ne coche pas toutes les cases au départ).

Le tout, c’est d’être très au clair sur le fait que tout ne sera pas parfait. Il va falloir faire des choix en fonction de ce qui est le plus important pour toi, et prioriser.

Des choix en fonction de tes valeurs, celles que tu as envie d’honorer en priorité à l’instant T. Et ensuite, tu assumes.

Ce n’est pas facile, parce qu’il y a des valeurs qui t’appartiennent vraiment, et d’autres qui appartiennent au « il faudrait » (#injonction). Et il y a du tri à faire dans tout ça !

La clé : Clarifie ce que tu veux, et crée toi de vrais espaces

Pour arrêter de culpabiliser dans tous les sens, une fois que tu auras clarifié ce que tu veux vraiment (valeurs, priorité, choix), la seconde clé c’est de clarifier ton espace- temps.

Quésako ? Pas un truc Bogdanovien, juste une organisation claire à mettre en place.

Ton espace physique

Tu bosses à la maison, mais il ne faut pas tout mélanger. Il te faut un espace pour le travail (ton bureau, un coin dans ta chambre), et un espace pour la famille (la maison). Aussi réduit soit-il, l’espace “boulot” est clairement identifié.

travail à la maison : délimiter les espaces

Ton temps :

Tu vas devoir délimiter clairement le temps de travail et le temps de famille.

Pour que chaque plage soit focalisée sur ce, à quoi elle est dédiée. Ainsi, tu vas gagner non seulement en efficacité pour ta mamantreprise, mais en bonheur pour ta vie de famille. Tu vas t’autoriser.

Exemple : Je travaille pour ma boîte (et rien que pour ma boite), du lundi au vendredi de 8h30 à 16h30, avec 1 heure de pause déjeuner, soit 35h.

Je prends toutes les petites vacances scolaires, et la moitié des grandes. Quand une louloute malade me mobilise une journée, je reporte mes rendez-vous, et je rattrape sur un samedi. Donc je suis sur un rythme lissé, à environ 20h/semaine.

Parce que c’est important pour moi. C’est la formule qui me convient, pour ressentir zéro culpabilité : je bosse moins que dans mon ancienne vie salariée, je mobilise du temps de présence pour ma boîte, et pour les filles.

Et ces temps sont sanctuarisés. C’est très clair, et pour mon mari aussi.

Tips d’organisation pour ta mamantreprise

Dans l’organisation de ton travail de mampreneuse, il y a vraiment 3 tips à adopter, pour pouvoir produire un max sur un minimum de temps.

Parce que l’idée, c’est bien d’avoir du temps pour être la maman que tu as envie d’être, n’est-ce pas ?

1 – Automatiser

Il y a des tas de tâches qui n’ont pas trop de valeur ajoutée, et dont tu vas pouvoir te dégager en adoptant une application qui te remplace (prise de RDV pour tes clients à l’aide d’un calendrier automatique, outils de planification, etc)

2 – Déléguer

Tout ce qui demande de l’expertise mais qui est chronophage pour toi, ou qui te coûte en termes d’exécution (genre c’est pas du tout ton truc, tu vas pouvoir le déléguer).

J’ai nommé par exemple la compta en prenant un expert-comptable, la rédaction d’articles en prenant un rédacteur web, la création de ton site internet, ou encore la gestion de tes réseaux sociaux.

Ah oui, et puis les tâches ménagères, les courses, la bouffe (à ton homme^^) sont plein de pistes pour te libérer du temps.

demande à ton conjoint de cuisiner

3 – Renoncer

Enfin, il y a les trucs auxquels tu vas devoir renoncer (si, si !)

Des trucs qui ne sont ni urgents, ni importants.

Il va être facile de les identifier, une fois que tu en auras terminé avec certains mythes de la vie d’entrepreneure.

Par exemple le mythe qui dit que pour que tu trouves des clients pour ton activité, il faut que tu sois sur Facebook + Instagram + Pinterest, + Twitter, + Email + Linkedin + Whatsapp + groupe Facebook et j’en passe. 

En fait, trouver des clients, c’est juste de la stratégie et de la méthode.

Donc si tu es très claire sur la manière dont tu veux trouver des clients, et que tu en fais un plan d’action rationnel, réaliste, et bien tu vas pouvoir te concentrer sur les vrais trucs, qui vont te faire atteindre tes objectifs avec efficience.

2 tips état d’esprit mampreneuse pour arrêter de culpabiliser

À dégommer : travailler à la maison va te libérer du temps

1ère croyance à dégommer : arrête définitivement de croire que travailler dans ton entreprise depuis la maison, ça va te libérer du temps.

C’est faux.

Et une fois que tu as compris ça, tu n’auras plus aucune raison de culpabiliser de ne pas savoir te libérer du temps pour (mieux qu’avant) t’occuper de tes enfants.

Avoir une boîte, c’est chronophage. Même si c’est une toute petite boîte que tu fais tourner toute seule.

Ça prend du temps, et c’est exigeant, en termes de disponibilité mentale.
Parce que tu as des décisions à prendre tous les jours.
Des décisions stratégiques et opérationnelles, qui te demandent une prise de recul et une vision claire de tes objectifs.

Et si tu as toujours un enfant sur les genoux (cf. la page d’accueil de mon site internet^^) quand tu t’installes à ton bureau, et bien tu vas difficilement pouvoir t’extraire de ça pour pouvoir le prendre, ton recul.

Donc quand tu crées ta mamantreprise, tu manques de temps, et c’est normal.

À adopter : ton activité à de la valeur

Deuxième croyance, à adopter cette fois, c’est que ton activité a de la valeur.

C’est trop facile de culpabiliser parce que tu n’es (toujours) pas la maman que tu voulais être en termes de disponibilité pour tes enfants, pendant que ton entreprise te prend un max de temps, et démarre en mode diesel.

Oui, c’est vrai que tes enfants sont gardés à plein temps.

Que parfois tu les mets chez mamie le samedi pour finir ton calendrier de publications Facebook.

Que tu n’as pas forcément le temps de faire tes courses au marché pour leur faire « que du frais », parce que ce matin-là, tu avais une proposition commerciale à rendre en urgence à une prospecte.

Que tu bosses beaucoup, et le chiffre d’affaires n’est pas encore là.

etc…

Donc à la maison, ben tu continues de faire tes lessives en journée, de te charger de la paperasse administrative de toute la famille sur ton temps de travail.

Comme si ton temps de travail n’avait pas autant de valeur que quand tu étais salariée. Ou que celui de ton mari, qui gagne bien sa vie (et sur le dos duquel tu as l’impression de vivre à crédit depuis que tu t’es immatriculée…)

Ben sache que ce n’est pas comme ça que tu vas te sentir ok pour accorder à ton entreprise la place qu’elle mérite.

Ton activité a de la valeur. Tu as de la valeur. Et ce n’est pas parce qu’une entreprise n’est qu’à ses débuts, qu’elle ne vaut pas la peine d’être lancée/développée/exploitée.

Et quand tu es ok avec ça, une bonne dose de culpabilité s’envole.

Et je dirais même plus, ne t’oublie pas…

Oui, il y a ce match carrière-parentalité :

  • Entre ta vie de femme professionnelle chargée de créer de la valeur et de développer sa boîte.
  • Et ta vie de maman, chargée de créer de super adultes pour demain, avec des valeurs, heureux, et en bonne santé.

Mais il y a une vie que tu oublies, là. C’est ta vie de femme.

La femme qui a besoin de se sentir belle et heureuse pour elle-même, pour son couple. La femme sociale qui a besoin d’échanger. La femme qui a besoin d’aller au cinéma, chez Body Minute ou s’acheter cette super petite blouse chez Promod.

Et toutes ces petites nourritures vont contribuer à ton équilibre, parce que ton bonheur ne se situe pas seulement dans ce truc binaire famille/travail, ce système de vases communicants qui distribue ton temps entre ta vie de mère, et ton travail.

Mais il y a une vie que tu oublies, là. C'est ta vie de femme

Ces moments pour toi ne sont pas égoïstes. Ils te permettent d’être bien dans tes baskets et de gagner en qualité dans le temps que tu passes en famille ou dans ton entreprise.

Alors, pense à toi !

Tu es maman, et tu cherches un accompagnement pour t'aider à choisir ton prochain projet professionnel ?

Nous t'offrons une séance-déclic de 20/30 minutes pour :

  1. Faire le point sur ta situation actuelle
  2. Définir ensemble si le "Bilan de Confiance ®", notre méthode d'accompagnement, peut être ta solution.

Pour réserver c'est ici :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu