Je manque de reconnaissance au travail, que faire ?

(Ou comment travailler avec un gros con, peut changer ta vie en mieux…)

Il est 2h du matin.
Avec ma boîte (grande entreprise du CAC 40 dont beaucoup de cadres rêvent…) nous organisions un évènement en nocturne à Toulouse.
Je m’étais super investie dans la préparation de ce salon avec mon équipe.
Alors à cette heure-là, je suis crevée, mais heureuse que tout se soit bien passé.
C’est le moment de ranger la déco du stand en extérieur, avec mon équipe et mon N+2.
Il a plu, le sol est mouillé.
Je porte un truc super lourd en direction du camion, et je ne vois pas trop où je marche.
D’un coup, toujours avec mon énorme pan de déco qui doit peser au moins 20 kilos, je glisse.
Le gros truc que je porte est en verre.

Ce qui pourrait arriver de pire, c’est que je me coupe profondément avec ce bazar, qui se briserait en 1000 morceaux sur les pavés mouillés.

Mais par miracle, j’arrive à ne pas lâcher le morceau de déco.
Sauf que tout mon poids se réceptionne sur mon genou gauche.
Je me retrouve donc par terre, mon pantalon déchiré, le genou en sang sur le sol trempé.
J’ai très mal, je suis fatiguée de cette journée, j’ai juste envie de pleurer.
Et j’ai une entorse, mais je ne le sais pas encore.

Là, mon N+2 arrive en courant vers moi.
Ouf, il va m’aider à me relever, parce que là, je suis mal barrée.
Mais en fait non, aucunement.

Il me lance un affolé et euphorique «le décor n’a rien, au moins ?»

Je suis restée con.

(Sérieusement, mais il est saoul, ou quoi ?)
Ta collaboratrice blessée à terre en mode accident du travail, et toi tu veux savoir si ton décor factice de M**** n’a rien ??

Là, c’était la fin.
Je me suis dit, «mais qu’est-ce que je fais là ?»
(Pfff… j’étais vraiment trop bien pour ces gens !!!)

Je te livre cette anecdote de mon ancienne vie salariée pour illustrer le sujet du manque de reconnaissance au travail.

Ce sentiment que tu as quand tu réalises que toi, on s’en fout.
C’est ce que tu rapportes qui compte.

Peut-être que toi aussi parfois, tu as le sentiment de ne pas être reconnue ni valorisée dans ton job ?
Ça touche tellement de working-mamans, qu’elles finissent par se dire que c’est normal.

Mais non !

Alors comment faire, quelles questions se poser, et surtout comment agir, quand on souffre d’un manque de reconnaissance au travail ?

C’est quoi la reconnaissance au travail ?

Au fait oui, c’est quoi cette reconnaissance au travail dont tout le monde parle ?

C’est recevoir un feed-back sur tes réalisations professionnelles.
Un retour positif ou négatif, mais un retour : il n’y a rien de pire que d’être ignorée.
Tu sais, quand tu rends un dossier à ton patron, et qu’il ne se passe rien. Silence radio.

Au travail il te faut un feed-back de qualité.

Le besoin de reconnaissance au travail c’est le besoin d’exister dans l’œil de l’autre quand on fournit un travail de qualité.
C’est d’avoir des preuves que ta conscience professionnelle et ton investissement sont bien pris en compte par ta hiérarchie.

Pour cela, il faut un feed back qui soit de qualité, argumenté. Pas un simple «ok, merci». (Quoique parfois, ce serait déjà très bien !)

Le retour, fait par la hiérarchie, doit expliciter le pourquoi c’est bien, ou pas bien.
En faisant ça, il acte qu’il a pris en compte le travail effectué : il te reconnaît.

Envie de trouver ton nouveau projet professionnel, pour plus de sens au travail et d'équilibre au quotidien ?
Reçois mes 5 pistes pour une reconversion réussie
«Spécial working-mamans»

Le manque de reconnaissance, c’est d’avoir un feed back «négatif» pour un truc que tu sais avoir eu l’intention de bien faire.

Pas forcément des reproches, mais un feed-back qui montre que l’autre n’a pas compris la valeur que tu avais délivrée en travaillant.

Quand cette reconnaissance de ton travail est absente, ça engendre un mal-être au travail. Tu ne te sens pas bien dans ce que tu fais.

Et plus la situation perdure, et moins ça va.

Aussi je te conseille de réagir dès que tu sens que ça t’atteint.
Ne laisse pas le malaise s’installer, sinon tu vas finir par y croire.

Pour ça je te livre 3 pistes d’action.

1 – Comment aller chercher la reconnaissance de ton travail ?

Si ton chef ne te dit jamais rien sur ton boulot, et que cela te manque : et bien demande-lui !

Tout simplement, as-tu déjà demandé des signes de reconnaissance ?

Facile à dire, tu vas me dire.

«Moi je ne suis pas comme ça. Je ne veux pas jouer les filles auto-centrées qui veulent qu’on leur dise que tout ce qu’elles font est formidable.»

Ça tombe bien, parce que ça, ce n’est pas de la reconnaissance.

La reconnaissance est une forme de politesse dans la relation que tu as avec ton N+1. Ton manager doit être capable de dire «Merci». Il montre ainsi que tu existes et qu’il considère le travail que tu accomplis.

Alors comment la demander, concrètement, cette fameuse reconnaissance ?

Je te donne une méthode très simple à mettre en œuvre, même si tu es timide.

Tu peux par exemple terminer tes mails par une question ouverte :

«Peux-tu STP, m’accuser réception de cet email et me donner ton avis ?»

Cette question maintient la relation ouverte et incite le N+1 à faire un retour sur ce que tu as livré. De plus, tu peux préciser quelles sont les aspects sur lesquels tu attends plus particulièrement un feed back.

Exemple : «J’ai abordé le sujet sous cet angle pour telle raison : qu’en penses-tu ?»

Tu vois, cette question ouverte montre clairement ton attente. Plutôt que d’attendre que ton hiérarchique devine ce dont tu as besoin : dis-le lui !

Dans mon dernier job salarié, je ne me sentais pas reconnue, mais c’était de ma faute. J’attendais en vain un retour de ma hiérarchie.

Mais comme j’étais en mode bonne élève, hyper engagée, les gens au-dessus de moi avaient complètement intégré mon engagement.

Ils ne voyaient pas l’utilité de faire des feed backs puisque quoiqu’il arrive je restais investie ! Tu remarqueras que dans les boîtes, on s’occupe plus des gens à problème, qui ne fournissent pas ce qu’on attend d’eux.

Alors vas-y…demande du feedback !

2 – Es-tu prête à recevoir cette reconnaissance ?

Il faut être prêt à recevoir de la reconnaissance.

Il est possible que ces signes de reconnaissance n’arrivent pas, parce que tu n’es pas prête à les recevoir.

C’est difficile à entendre, mais combien de working-mamans sont dans cette situation ?

Tu as intégré la croyance que tu n’étais peut être pas à la hauteur de ce qui était attendu par ton employeur. Tu doutes chroniquement de tes compétences.
Et ce, d’autant plus facilement, si tu as au départ un manque d’estime de toi.

Tu ne te reconnais pas suffisamment toi-même pour tout ce que tu es de bien.
Donc ça te semble normal que, dans le cadre professionnel, les autres ne t’apportent pas cette reconnaissance.

Ta sécurité intérieure n’est pas assez élevée pour être indépendante des signes de reconnaissance des autres.

Si tu ne t’accordes pas l’auto-reconnaissance que tu mérites, tu crées et tu restes dans une situation où tu souffres de ne pas avoir de signes de reconnaissance.

Bien souvent, moins on s’estime et plus les autres nous renvoient la même chose, tu vois ?

Par contre, a contrario : plus on est sûre de soi, de sa valeur, de la qualité de son travail et plus notre attitude va attirer la reconnaissance des autres, yes !

Alors, pose-toi la question : aujourd’hui es-tu en capacité d’accueillir ces signes de reconnaissance que tu attends ? À quel point est-ce que tu te reconnais toi-même ?

3 – Que faire quand la reconnaissance n’arrive toujours pas ?

La situation idéale, c’est de ne pas avoir besoin de la reconnaissance des autres. Cela suppose d’avoir une connaissance de sa valeur et une estime de soi élevée.

Ça se travaille !

Mais il est possible (malheureusement) qu’il n’y ait pas de solution au sein de ton milieu professionnel actuel.

Quelle décision prendre ?
Attendre, ou plutôt continuer d’attendre, subir ou décider de se créer une vie professionnelle où la reconnaissance est présente ?

S’il n’y a pas de solution, quitte les gens qui ne savent pas te reconnaître à ta juste valeur

Si je reviens à mon exemple du début. Je me retrouve par terre, une entorse au genou dans l’indifférence générale.

Cette situation a été le déclic pour quitter cette situation, ce job dans lequel je ne m’épanouissais pas.

Le déclic vient souvent d’un événement qui provoque une émotion suffisamment forte pour déclencher le changement : colère, tristesse, humiliation..

S’il n’y a pas de solution, quitte les gens qui ne savent pas te reconnaître à ta juste valeur.

En attendant, soulage-toi en allant la demander, cette reconnaissance. Reprends le pouvoir.
Va la chercher cette reconnaissance, au lieu de l’attendre.
Ça ne dépend que de toi, d’ac ?

Tu veux trouver ton nouveau projet professionnel ?

  • Celui qui conviendra à ta vie de professionnelle active ET à ta vie de maman ?
  • Pour plus de sens, d'équilibre, et de sérénité au quotidien ?

Mais tu manques de temps, d'inspiration, et surtout de méthode ?
Je peux t'aider !

Prenons un instant pour en parler dans le cadre d'une "Séance-déclic", que je t'offre avec plaisir (valeur 150€)
Et définissons ton premier axe de travail, pour engager ton nouveau projet.

Pour réserver ta "Séance-Déclic", c'est ici
Je réserve ma séance

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu