You are currently viewing Comment développer son réseau professionnel quand on est introverti ?

Introverti : Porté à l’introversion. Renfermé, réservé, replié, taciturne.

Développer un réseau professionnel : Utiliser un ou des réseaux sociaux pour développer son réseau de connaissances.”

Développement de réseau professionnel et introversion

A priori, il peut paraître difficile, énergivore et générateur d’anxiété d’être activement engagé dans le développement d’un réseau professionnel lorsque l’on est introverti.

La notion de développement de réseau semble impliquer d’aller vers les autres, de mettre les gens en connexion, d’effectuer des demandes à autrui.

Alors que lorsqu’on est introverti, il semble peu naturel d’aller engager la conversation avec des inconnus, et surtout pas pour leur demander un service…

Oui, effectivement, c’est le cas.

Mais l’introversion n’est pas du tout antinomique avec le développement d’un réseau efficace et générateur d’opportunités (business ou emploi).

Comme tout, ça se travaille. Il suffit d’engager du temps, de l’énergie et du courage pour développer sa confiance en soi, ses capacités de communication et ses compétences réseau.

Comment bien développer son réseau professionnel quand on est introverti ?

Quelques règles simples à suivre. Applique-les à ton rythme. Développer un réseau mutuellement enrichissant doit être une démarche de découverte et de développement génératrice de plaisir.

S’habituer à réseauter juste un peu mais souvent

Si tu es une vraie introvertie, réseauter demande de l’entraînement et de la méthode.

Commence tout petit. On ne te demande pas d’animer une conférence devant du public demain, ni après-demain. Identifie une situation qui ne te parais pas trop inconfortable, mais qui te fasse quand même sortir de ta zone de confort.

Par exemple, accompagne un ami extraverti boire un verre avec des gens que tu ne connais pas. Engage-toi dans la conversation juste un peu plus que d’habitude.

Rien de révolutionnaire, mais juste assez pour être fière de toi. Recommence souvent, de façon à en faire une habitude. Voilà, ta zone de confort est élargie.

Faire parler son interlocuteur

En tant qu’introvertie, tu as une réticence à aborder les gens.

Tu te demandes ce que tu pourrais bien leur dire d’intéressant.

Fais une liste de questions-type qui te permettent d’aborder quelqu’un de façon sympathique et simple.

L’idée n’est pas de parler de toi. L’idée est d’inviter ton interlocuteur à parler de lui. Donc pas de panique.

Se fixer des objectifs

Comme toujours, se fixer des objectifs clairs est motivant et rend les choses plus simples.

Les atteindre te rendra fière de toi.

Par exemple, à ton prochain évènement, fixe-toi d’engager la conversation avec 5 personnes. Peu importe qui ils sont. C’est ton challenge à toi. Développer un réseau porteur demande du temps. Prends le temps qu’il te faut.

L’idée, encore une fois, c’est d’avancer petit à petit, en créant une occasion d’être fière de toi à chaque fois.

Lorsque je suis arrivée à Toulouse il y a 9 ans, je ne connaissais personne.

Je m’étais fixée comme objectif de parler à une nouvelle personne tous les jours. Boulangère, chauffeur de taxi, amis de mon colocataire, etc. « Les petits ruisseaux font les grandes rivières », donc persévère.

Savoir écouter les gens

Savoir écouter les gens est plus important que de parler de soi, en réseau, contrairement aux idées reçues.

Si tu écoutes sincèrement tes interlocuteurs et que tu comprends ce qu’ils font et ce qu’ils cherchent, tu te créeras la possibilité de pouvoir leur rendre un service.

En réseau, il faut rester focalisé sur les besoins des autres.

Plutôt facile, pour un introverti, non ?

Penser que les vrais extravertis sont rares

En bon introverti, on a tendance à penser que le reste du monde est extraverti et a la capacité naturelle d’être relax dans les situations qui représentent un stress social pour toi, du type évènement réseau.

Mais ça n’est pas le cas. Parmi tous ces gens dans cette situation qui paraissent à l’aise, peu le sont en réalité.

Tuyau pour un évènement réseau : Arrive la première, les gens viendront te saluer, tu seras donc en situation d’être abordé, et non l’inverse.

Donner suite aux contacts établis

L’après-évènement est une partie tout aussi importante que l’évènement qui a suscité tes rencontres réseau en lui-même.

Tu dois trouver ton moyen de donner suite à ta rencontre de visu avec la personne. Pour graver le contact dans le marbre, pour lui signifier que tu as entendu son besoin, que cette personne t’intéresse, pour lui apporter une information ou le nom d’un contact dont tu avais parlé, pour la remercier, ou pour lui proposer un nouveau rendez-vous.

LinkedIn, visite directe, email, SMS, trouve le canal qui te convient le mieux, l’essentiel est que tu sois à l’aise.

Utiliser les réseaux sociaux en ligne

Si te rendre à un évènement réseau te parait encore un peu anxiogène, l’usage professionnel des réseaux sociaux en ligne, comme Linkedin, peut déjà t’être d’une aide précieuse pour te sentir plus à l’aise dans sa préparation.

Obtiens la liste des personnes qui seront présentes à cet évènement, et connecte-toi sur LinkedIn avant la rencontre IRL (In Real Life).

Si tu dois t’y rendre seul, connecte-toi online avec 2 ou 3 personnes de cette liste et engage la conversation par écrit. Cela t’aidera à briser la glace le jour J, voire peut-être vous donner RDV pour y arriver ensemble.

Travailler son réseau est indispensable.

Avant toute chose, ce travail de fond doit venir répondre à ton objectif fixé en amont :

Veux-tu réseauter pour trouver un job ?

Pour changer de job et établir de nouvelles connexions dans ton nouveau métier ?

À propos de l'autrice / auteur de cet article

Bérangère TOUCHEMANN

Après 8 ans à la tête de mon cabinet de coaching et transitions professionnelles et de ce blog qui a vu passer plus de 3 millions de lecteurs et lectrices, j’ai décidé de passer la main ! Ce blog appartient maintenant à mon équipe, que j’ai sélectionnée, formée et mentorée.

Cet article a 5 commentaires

  1. Avatar
    Julien

    Bonjour,
    Je découvre votre blog au détour du blog, et en particulier votre article sur les introvertis, très bien fait !
    Je souhaitais préciser que ce qui distingue principament les intrleovertis des extravertis, c’est le fait qu’ils rechargent leurs batteries plutôt dans la solitude et le calme (pour pouvoir se concentrer sur leur être intérieur), contrairement aux extravertis qui ont besoin du contact et de l’action (sans quoi ils s’ennuient).
    C’est important de comprendre cela, car un introverti qui n’a pas eu sa dose de repos dans la solitude aura souvent plus de difficultés à se plonger dans des performances sociales telles que le réseautage. Mais une personne introvertie peut être tout à fait à l’aise dans ce genre d’exercices de réseautages, si elle est en forme et préparée.
    Par contre, si elle se rend par exemple à une rencontre qui dure plusieurs heures, il faudra qu’elle s’écoute et qu’elle optimise son temps pour ne pas rester trop longtemps, car le contact avec le groupe la fatigue, et après quelques heures il est fort possible que sa performance diminue de beaucoup, qu’elle se trouve de nouveau gauche, timide, etc.
    Merci pour votre article et à bientôt !
    Julien du blog http://unmondepourlesintrovertis.fr

    1. Avatar

      Bonjour Julien, merci pour votre apport, il est vraiment top.
      Et je découvre votre blog qui est lui aussi très bien écrit. Bravo pour votre travail !
      Bérangère

  2. Avatar
    cemu

    Voilà un article très clairement écrit par quelqu’un qui ne sait pas ce que c’est !
    “Il suffit de sortir de sa zone de confort”, autrement dit de “se bouger”, tout simplement ? ben voyons… Vous trouvez normal de savoir marcher, n’est-ce pas? Mais est-ce que vous diriez à un paraplégique que tout le monde peut marcher, qu’il suffit de “se bouger”, qu’il suffit de commencer en montant une marche par jour ?
    Vous ne le savez pas, mais de nombreux introvertis NE SAVENT PAS engager une conversation de routine. Car surtout, ils ont besoin de sens (que de vraies informations soient transmises) dans les discussions. Ils sauront tout à fait discuter avec un autre passionné, voire parler dans un groupe. Le problème, c’est que les premières étapes de communication avec un inconnu (“bavardages”) n’ont pas de sens, n’apportent pas d’informations. Et sans ces premières étapes, difficile d’aborder quelqu’un qui ne fonctionne pas pareil.
    Alors, parler à la boulangère ou le monsieur à l’arrêt de bus de la pluie et du beau temps sera bien plus difficile et fatiguant que parler avec un autre pro, avec qui on pourra avoir une discussion constructive.

    Cordialement.

    1. Avatar

      Bonjour Cemu,
      Si je ne pensais pas que chacun a la ressource en lui pour se bouger et atteindre une situation plus confortable pour lui, je ne ferais pas ce métier. Et en ce qui concerne le parallèle que vous tentez, entre un introverti et un paraplégique, je m’abstiendrai de le commenter.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.