La reconversion c’est pas automatique

Nombreux sont ceux qui pensent à changer de vie professionnelle depuis longtemps, mais ils se disent que ce qui les attend est forcément ÉNORME.
Un peu comme “se retrouver au pied de l’Everest en tongs et en short” (vraie phrase d’un client 😋 )

La reconversion, un phénomène moderne

Pour commencer, sachez que :

Tout le monde veut plus de sens dans son travail,
Tout le monde veut plus de plaisir dans son travail,
Tout le monde veut plus de liberté et d’autonomie dans son travail,
Tout le monde veut être mieux managé, dans une organisation plus authentique et plus humaine.

Et tout le monde va changer plusieurs fois de job ou de métier tout au long de sa carrière.
Parfois ce sera voulu, parfois ce sera forcé.

C’est normal, c’est générationnel, c’est sociétal et surtout pour les cadres.
Jean-Laurent Cassely, journaliste à Slate.fr, nous l’explique bien dans son ouvrage “La révolte des premiers de la classe”. Il nous raconte l’histoire de ces cadres qui plaquent tout pour devenir artisans, restaurateurs et qui veulent faire un truc concret de leurs mains, parce qu’ils ont besoin de créer quelque chose de “réel” dans leur vie professionnelle mais aussi envie de quitter cette économie qui brasse du vent, et dont ils étaient prisonniers.

Ces reconvertis sont alors plus heureux !

Pour moi, ces reconvertis représentent une fraction infime au final, de tous ces gens qui ont un désir de changement, et dont vous faites peut-être partie.

Ils auront mis 2 ans en moyenne pour mener leur “chantier” de reconversion, quitter leur job, trouver les ressources financières qui vont bien, trouver un boulot salarié dans leur nouveau métier, ou monter leur affaire.
2 ans, c’est long, mais si la reconversion est LA solution idéale pour eux, alors c’est 2 ans de plaisir, de perspectives réjouissantes, et d’efforts bien sûr.

Et si la reconversion n’était pas faite pour vous ?

Quand je dis LA solution idéale pour eux, c’est que tout le monde n’est pas fait pour la reconversion professionnelle.

Oui, je sais, l’envie de changement est tellement présente pour vous, et votre job actuel est si pesant, que vous seriez tenté de penser que le virage à 180°est sûrement la solution à tout ça.
Monter un restaurant, ouvrir une chambre d’hôtes, se lancer dans les médecines douces, devenir coach, monter son business de la maison, vivre de sa passion… Juste changer.

Sauf que je ne veux pas plomber l’ambiance, mais peut-être que ça ne fera que déplacer le problème.

Je m’explique,
Imaginez que vous vous sentiez très fatigué et que vous faites alors une prise de sang, et on vous détecte une petite carence en fer.
La solution pour vous sentir mieux, comme vous l’explique votre médecin, c’est donc d’assimiler davantage de fer.
Or, imaginons que la vitamine C soit très à la mode, et qu’elle vous attire irrésistiblement.
Vous choisissez donc de prendre de la vitamine C, mais vous allez toujours être fatigué.
Parce que ça n’est pas de vitamine C dont vous avez besoin, mais de fer.

 

Et bien pour votre envie de changement professionnel, c’est pareil, Il y a différents niveaux, dans le changement de vie professionnelle.

Vous pensez à changer de métier, alors que ce qu’il vous faut peut-être, c’est d’apprendre à vous affirmer et à communiquer autrement avec les autres, pour changer vos relations au travail.
Ou peut-être d’aller pratiquer votre métier actuel, mais dans un secteur d’activité qui aurait davantage de sens pour vous.
Ou d’apprendre à mieux gérer votre rapport entre vie pro et vie perso, en reconsidérant votre rapport au travail.
Et je pourrais vous donner encore 30 autres exemples.

Alors c’est quoi, le secret d’un changement professionnel sain et adapté ?

Vous ne pouvez pas améliorer votre vie professionnelle si vous ne vous attaquez pas à la cause réelle de son dysfonctionnement et c’est ça, c’est le vrai secret.

Donc si vous vous attaquez plutôt aux symptômes, vous n’allez que déplacer ou reporter le problème.

Par exemple, si vous vous trouvez en surcharge de dossiers parce que vous ne savez pas dire non à votre supérieur et à vos collègues, inutile de vous inscrire au yoga pour mieux gérer votre stress et inutile de planifier votre travail avec des matrices d’efficacité personnelle.
Apprenez juste à dire non.
Sinon, la cause de votre surcharge ne sera pas traitée.

Le problème, si vous ne choisissez pas le bon changement, c’est que vous allez provoquer des dégâts sur votre estime de soi, puisque vous vous serez mis en échec et quoiqu’on en dise, l’échec reste un truc désagréable.

Je pense aux gens qui sont passés par le burn out, et qui sont toujours autant surinvestis dans leur job.Ils se disent qu’en montant leur boîte, ils seront plus libres et qu’ils n’auront pas à supporter toute cette charge de travail farfelue.

Sauf que quand ils se reconvertissent et montent leur boîte, ils conservent le même schéma de surinvestissement, et ils se retrouvent avec le burn-out de l’entrepreneur.
Parce que la cause de leur mal-être au travail n’a pas été traitée !

Comment faire pour savoir de quoi vous avez besoin, pour votre changement de vie pro ?

Vous allez commencer par vous poser cette première question.
“Qu’est-ce qui ne va exactement pas dans ma situation professionnelle actuelle ?”.

C’est tout simple, mais c’est la base.
Mes relations ?
Le manque de sens ?
Le manque de plaisir dans mes tâches ?
Mon rapport à l’autorité ?
Ma situation perso ?
Le manque de perspectives ?
Un peu tout à la fois ?

Répondez-y et ensuite je vous invite à me retrouver sur l’atelier « Faire le point pour plus de sens » en cliquant ici 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *