8 conseils quand on manage une équipe pour la première fois

«Dis maman, c’est quoi un chef ?»

Pour certaines personnes, et dans la culture de certaines entreprises, obtenir un poste de manager correspond à la définition-même d’une « évolution professionnelle ».

Passer d’experte technique dans son domaine, à encadrante est souvent perçu comme une « suite logique », ou comme une promotion.

(Et puis souvent, de toute façon, il n’y a pas d’autre issue proposée par l’entreprise, pour celles qui veulent bouger.)

N’empêche que Expert et Manager, et bien ce n’est pas le même métier !

Par exemple être une bonne commerciale, ne signifie pas qu’on sera bonne, quand il s’agira d’encadrer une équipe de commerciaux.

Parlons donc de cette évolution verticale.

Plus largement, j’ai envie d’écrire aujourd’hui pour celles qui changent de boulot pour prendre cette évolution « verticale », justement.

Les working-mamans qui vont manager pour la première fois.

Excitant ? Flippant ? En tous cas, pas évident.

Voici donc quelques conseils et réflexion, pour les primo-manageuses (ben oui d’ailleurs, pourquoi on ne féminise pas le mot «manager» ?) et les autres…

Encadrer une équipe pour la première fois : le baptême du feu

Que doit faire une manageuse qui manage pour la première fois ?

Cette réflexion est issue d’abord de mon expérience personnelle : Je suis tombée dans la marmite du management quand j’étais « petite » : j’avais 21 ans et j’étais encore étudiante.

Je conduisais une équipe de 10 étudiants-vendeurs dans une entreprise chouette, qui distribuait des abonnements de presse dans les établissements scolaires («Salut, tu connais l’OFUP ?»)

Et c’était…comment dire…

AFFREUX.

Je conduisais une équipe de 10 étudiants-vendeurs

Une période de sang, de sueur et de larmes pour moi. Je n’y étais pas du tout préparée.

Mais les résultats, et la fierté d’après l’effort furent au rendez-vous (aujourd’hui, je me demande encore comment, d’ailleurs 😉).

Aujourd’hui je coache parfois des working-mamans qui veulent se positionner stratégiquement pour une promotion interne à un poste de management.

Et parfois j’aide aussi des manageuses qui veulent quitter leur job, parce que cette position ne leur convient pas du tout…Et de plus en plus souvent parce qu’on ne leur donne pas les moyens de mener à bien leurs missions.

Quiz spécial maman

« Es-tu (réellement) prête à changer de vie professionnelle ? »

Je fais le test

Hé oui. Le management, ça ne convient pas à tout le monde, et souvent ça revient à devoir dealer avec une position «entre le marteau et l’enclume» !

8 conseils quand on manage une équipe pour la première fois

Donc voici mes 8 conseils pour bien encadrer une équipe, quand on manage pour la première fois :

Vous allez voir qu’il y a beaucoup de parallèle avec la parentalité bienveillante. Loin de moi l’idée d’infantiliser vos collaborateurs ou de prôner le management à la maison, mais la manageuse oscille souvent entre l’adulte et le parent ! Une question de savoir poser le cadre, de bien communiquer, de faire coopérer, etc.

Une bonne manageuse sait donner une vision

C’est simple, les gens ont besoin de Sens. Donc ils ont besoin que vous leur expliquiez à quoi sert ce que vous leur demandez de faire.

Plus précisément, vous devez leur expliquer quelle est la vision de l’entreprise, son Projet avec un P majuscule.

Vos collaborateurs doivent comprendre en quoi le Sens qu’on va faire prendre aux choses est important, et en quoi il sert une vision précise de l’entreprise dans son environnement, un but, une mission inscrite dans le temps.

Vous devez leur expliquer en quoi leur travail quotidien les implique dans l’atteinte de ce but, et en quoi eux-mêmes sont importants pour la réalisation de ce Projet.

En version working-maman : je n’impose pas bêtement une consigne à mes enfants car ça peut provoquer une réaction de rejet, mais j’explique le pourquoi et je valorise le rôle de chacun. Vous voyez ?

Une bonne manager sait être exemplaire

D’ailleurs vous ne devez pas seulement leur expliquer le Projet d’entreprise, mais vous devez incarner vous-même ce projet. Vos collaborateurs ont besoin de cohérence, et de constater tous les jours que vous êtes alignée avec d’une part ce qu’EST l’entreprise, et ce que vous leur demandez.

Par exemple, si votre entreprise est engagée dans une transition digitale et que vous traînez les pieds vous-même pour en utiliser les nouveaux outils, vos collaborateurs le verront, et ils ne le comprendront pas. Donc ils ne suivront pas le projet.

En mode working-maman : je n’ interdis pas les écrans à mon enfant, si moi-même je suis scotchée à mon smartphone

Exigez donc le même niveau de professionnalisme de vous-même, que celui que vous allez attendre de vos collaborateurs.

En mode working-maman : je n’ interdis pas les écrans à mon enfant, si moi-même je suis scotchée à mon smartphone 24h/24…(#incohérence, #zérocrédibilité)

Une bonne manager sait communiquer clairement

Si vous vous préparez à prendre une équipe en main pour la première fois, préparez-vous à être lisible et transparente et à communiquer clairement. Vous devez tenir votre équipe informée de tout objectif, réflexion, décision, changement qu’opère, ou que souhaite opérer l’entreprise.

Il n’y a rien de pire, en tant qu’équipier, d’avoir l’impression d’appartenir à « l’entreprise d’en-bas », alors que le management et le reste appartiendraient à « l’entreprise d’en-haut ».

Tout le monde appartient au même camp. Si le management fait de la rétention d’information, il perdra la confiance des collaborateurs.

Faites également attention aux non-dits dans l’équipe. Favorisez la prise de parole, soyez vous-même affirmée pour faire passer vos idées, vos décisions et consignes pour qu’elles soient comprises et ne soient sujettes à aucune interprétation.

Comme à la maison : si l’information ne vient pas de vous, les «collaborateurs» iront la chercher ailleurs… et dans ce cas, les sources peuvent être litigieuses voire carrément nuisibles (#controleparental !)

Une bonne manageuse sait encourager le feed-back

Un feed-back, c’est un retour d’information.

Vous devez en donner régulièrement à votre équipe et à vos collaborateurs individuellement, pour qu’ils sachent où ils se situent. C’est donner un signe de reconnaissance, et c’est très important.

Vous imaginez une entreprise où les collaborateurs attendraient les entretiens annuels d’évaluation pour savoir si leur travail convient ?

Moi non plus. Pourtant, c’est comme ça que ça se passe la plupart du temps.

Il n’est pas facile pour tout le monde de donner du feed-back de manière assertive.

Vous devez aussi créer des occasions pour votre équipe, de vous donner régulièrement du feed-back en retour.

Votre rôle est d’éviter toute accumulation de frustration, pour que chacun puisse avancer à son poste librement.

Le feed-back ascendant vous permettra de régler les problèmes et de débloquer les situations au fil de l’eau.

Donnez-leur donc un espace d’expression directe, pour que les frustrations et blocages ne s’expriment pas avec vous, mais derrière votre dos, et qu’une mauvaise atmosphère ne s’imprime dans l’équipe.

Une bonne manageuse sait donner des signes de reconnaissance positifs

Donner de la reconnaissance à ses collaborateurs est hyper important, j’en ai parlé plus haut.

On parle ici de signes de reconnaissances positifs, simples et sincères. Considérez-les comme du carburant que vous mettez dans leur réservoir d’énergie.

Pas besoin d’aller vous faire inscrire par votre DRH à la prochaine formation « management bienveillant » à la mode > Commencez juste par vous intéresser sincèrement à vos collaborateurs.

Dites-leur merci.

Dites-leur quand le travail est bien fait.

Dites-leur que vous avez confiance en eux.

Mais attention, ne tombez pas dans l’exagération et dans le signe de reconnaissance manipulatoire pour obtenir davantage d’un collaborateur (comme je le vois trop souvent !!) Quand un signe de reconnaissance est mal donné, il est mal reçu.

Donc restez sincère, et faites de votre mieux. (Simple, basique.)

En tant que working-maman, vous encouragez, vous actez les progrès, vous remerciez. Alors pourquoi ne pas transposer ça au boulot ?

Tous les managers (et êtres humains en général), encore une fois, ne sont pas tous bien disposés à donner des signes de reconnaissance.

En tant que working-maman, vous encouragez, vous actez les progrès, vous remerciez. Alors pourquoi ne pas transposer ça au boulot ?😉

Une bonne manageuse sait donner un cadre

Si les objectifs de l’entreprise sont clairs et que votre vision à moyen-long terme est solide, alors vous n’aurez pas à changer d’avis tous les quatre matins et à changer les consignes. Si vous changez les consignes sans expliquer, vous perdez de la crédibilité. Pire, vous donnez l’impression d’être baladée par votre propre hiérarchie.

Soyez solide et rassurante, en donnant des consignes claires, et restez constante sur votre vision.

Vos collaborateurs ont besoin de permissions, comme nous l’avons dit plus haut : Permission de s’exprimer, permission d’être reconnus, permission de participer aux décisions, de donner des idées.

Ils ont aussi besoin de protections. Autrement dit d’un cadre. Donnez-leur, encore une fois des consignes claires, des deadlines précises, des règles de fonctionnement en équipe qui sont connues de tous et indiscutables.

Ce système de protections/permissions, c’est vous qui en êtes la patronne. Utilisez-le de façon équilibrée, et à bon escient.

Protections/permissions avec les enfants : un truc qui parle à la working-maman en vous, non ? («Tu as le droit de jouer ici mais tu ne dois pas dépasser cet arbre, parce que sinon je ne peux plus te voir, et savoir si tu es en sécurité»)

Une bonne manager sait développer ses collaborateurs

Montrez de l’intérêt pour leur carrière, pour leur évolution.

Considérez-les comme des êtres humains et non comme des instruments qui vous permettent d’atteindre vos objectifs personnels, pour vous-même être bien évaluée (on a tous connu ce manager-là, non ?)

Tout au long de leur passage sur le poste qu’ils occupent, les compétences de vos collaborateurs évoluent, tout comme les vôtres au poste de manager.

Donnez-leur la possibilité de se former, écoutez leur désirs d’évolution, soutenez-les quand vous y croyez, et donnez-leur des pistes d’amélioration pour pouvoir y arriver.

Accepter d’avoir encore à apprendre

On ne naît pas manageuse. Et quand on devient manageuse, on est rarement une manageuse parfaite, alors acceptez-le.

Pour conclure cet article, je vous inviterais à être patiente, indulgente avec vous-même, et à faire de votre mieux. L’expérience et les compétences n’arrivent pas du jour au lendemain, le chemin est long.

Ce qui peut être aidant aussi pour vous, qui arrivez à un poste de management pour la première fois, c’est d’avoir vous-même un manager qui respecte tous les points énoncés ci-dessus, exemplaire, quoi.

Si ça n’est pas le cas, vous risquez de vous trouver en difficulté et de vous sentir seule à un moment donné.

Tu es maman, et tu cherches un accompagnement pour t'aider à choisir ton prochain projet professionnel ?

Nous t'offrons une séance-déclic de 20/30 minutes pour :

  1. Faire le point sur ta situation actuelle
  2. Définir ensemble si le "Bilan de Confiance ®", notre méthode d'accompagnement, peut être ta solution.

Pour réserver c'est ici :

Je réserve ma séance déclic

Cet article a 2 commentaires

  1. yarss

    Bonsoir,
    la première chose avec une équipe c’est à dire des hommes et des femmes, n’est-elle pas le cadre ? Le cadre du jeu c’est à dire le cadre légal ? vous ne faites pas référence à cela. ce n’est pas un détail. C’est majeur, c’est cela qui détermine le reste du jeu. Le manager se doit de connaitre contrat, convention, code du travail, aménagement du temps de travail pour constituer son cadre. Et il doit l’exposer, informer les salariés de leur droit et de leur DEVOIRS. Pourquoi ne pas parler d’abord de cela ? Pourquoi ne pas commencer votre article en disant qu’être un bon manager commence par connaitre le droit du travail ?

    1. Bonsoir Romain,
      Merci pour votre commentaire, il est vrai que la connaissance du droit social est importante, quand on encadre.
      Mais selon moi, ce n’est pas elle qui, prioritairement, fait qu’un manager est bon ou pas.
      Et je n’en parle pas ici, parce que ce n’est pas le propos de l’article.
      Dans la plupart des grandes entreprises, le droit social est le terrain de la fonction RH.
      Quant aux petites entreprises qui n’ont pas de service RH, c’est suivent le cabinet comptable qui intervient en support sur ces questions.
      Nul n’est censé ignorer la loi. Donc l’employeur ET le salarié ont des droits et des devoirs, qu’ils sont censés connaître.
      🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.