Obtenir une promotion interne en 7 étapes

Promotion interne, ancienneté et ennui

Vous êtes en poste depuis un bon bout de temps dans la même entreprise, et vous avez fait le tour en long et en large de vos missions ?

La nourriture intellectuelle se fait rare, et vous commencez à vous ennuyer ?

Ou alors, vous avez envie de quitter votre service parce que l’environnement relationnel y est irrespirable ?

Ou encore, vous voulez changer de boss parce que vous ne recevez pas la reconnaissance dont vous avez besoin pour votre travail ?

Il existe plusieurs façons de changer de job.

On peut changer de métier, mais tout le monde n’en a pas besoin.

On peut aussi garder le même job, mais changer d’entreprise.

Et on peut bien sûr, avoir envie de rester dans son entreprise pour y topper une mobilité interne, quelle soit verticale ou horizontale.

Et c’est le sujet qui nous intéresse ici.

Mais cet article s’adresse aussi à vous, qui avez besoin de changement alors que vous n’êtes pas à votre poste depuis longtemps : une longue ancienneté ne justifiant en rien le niveau de confort ou d’ennui que l’on puisse ressentir à un poste, la raison de cet ennui étant plutôt une affaire de besoins non comblés, et de valeurs propres à chacun.

Une demande de mobilité interne, ça ne s’improvise pas

Postulat de base : Une promotion interne, ça n’arrive pas juste parce que vous l’avez décidé, ou parce que vous pensez que c’est le moment pour vous.

Une promotion interne, ça vient quand vous avez démontré votre habileté à être bon dans votre poste actuel, et que vous avez créé les conditions nécessaires pour que votre patron pense que vous êtes la personne évidente pour le poste visé.

Donc ne trouvez pas ça injuste et ne cultivez pas l’aigreur parce que personne n’a eu le bon sens de vous proposer autre chose jusqu’à présent : Vos managers et/ou vos RH ne sont pas toujours au courant de ce que vous faites, et de ce que vous voulez. Et parfois, ils ne sont pas forcément compétents pour le voir, donc vous allez les aider à comprendre où vous voulez en venir 🙂

C’est bien vous, qui devez vous faire votre place.

Alors voici les étapes à suivre pour préparer le terrain et mettre les choses en action…

Gagner une promotion interne en 7 étapes

1. Sachez où vous allez

Vous pensez que pour bien faire comprendre à votre N+1 ce que vous voulez, il va vous falloir mieux communiquer.

Bien sûr que la communication est primordiale pour être distinct et visible aux yeux de ceux qui décident. Mais il ne sert à rien d’user de son énergie à communiquer sur soi dans le vide, si vos propres objectifs ne sont pas clairement définis au départ. Donc posez d’abord votre cadre à l’aide des questions suivantes :

Que voulez-vous faire exactement ?

Être promu pour le principe d’être promu ?  Dans ce cas vous avez de grandes chances que le poste “suivant” ne soit pas à la hauteur de vos attentes.

Vous voulez juste obtenir plus de reconnaissance à ce poste en étant mieux payé ? Voilà un objectif déjà plus clair.

Demandez-vous quand et comment vous voulez être promu. Avec qui vous voulez travailler. Sur quel type de mission, et avec quel type de responsabilités. Combien de temps vous vous voyez sur le poste suivant, etc.

2. Connaissez à fond le poste désiré

Une fois que vous avez identifié le poste que vous voulez vraiment, vous devez en connaître tous les tenants et les aboutissants dans les détails.

Vous devez connaître les détails de la mission, mais aussi ses différentes tâches et leur répartition, ainsi que les différentes compétences auxquelles le poste fait appel.

Pourquoi ? Et bien pour identifier les compétences manquantes pour l’obtenir, et de commencer à les affûter d’une manière ou d’une autre.

N’hésitez pas à aller interroger des personnes qui exercent ou qui ont exercé ce niveau de poste ou ce nouveau métier, même dans une entreprise différente, pour prendre la température, et confronter votre idée du poste à la réalité d’un tiers.

Si l’évolution que vous visez se ferait plutôt sous la forme d’une création de poste, votre travail préalable sera plutôt de créer une fiche de poste à soumettre aux parties prenantes. Vous y décririez les missions, mais surtout la valeur que cette création de poste ferait gagner à l’entreprise, de manière chiffrée de préférence (oui, le sonnant et trébuchant, ça sait convaincre plus facilement que les grands principes…)

3. Créez un plan de développement avec votre N+1

Pour obtenir une promotion interne, vous allez devoir vous trouver des alliés.

Qui de mieux que votre N+1 pour vous soutenir, sachant que c’est la personne qui connait le mieux votre travail ? Pouvoir compter sur une recommandation formelle de votre supérieur hiérarchique direct vous sera d’une aide précieuse.

Intégrez-le dans votre projet de mobilité. Montrez-lui sur quoi vous travaillez. Manifestez-lui votre intérêt pour ce projet et soyez demandeur de conseils de sa part. Demandez-lui d’effectuer une revue régulièrement (Voilà ce que le poste demande, voilà sur quoi tu m’avais dit de travailler, voilà ce que j’ai fait, donc qu’en penses-tu ?)

Attention, à manier avec des pincettes si votre projet de mobilité est plutôt lié à l’envie de fuir un N+1 avec qui vous ne voulez plus travailler, bien entendu 🙂

4. Saisissez les opportunités

Une fois que vous avez identifié toutes les compétences requises pour le poste visé, ainsi que vos axes de progrès, soyez dans les starting-blocks pour saisir toutes les opportunités que vous offre votre environnement afin de pouvoir démontrer les capacités en question.

Montrez-vous volontaire pour remplacer un absent sur une tâche. Proposez de soulager la charge de travail d’un collègue ou de votre chef, en en prenant un peu pour vous (en rapport avec le nouveau poste, hein, pas pour faire le travail des autres pour le plaisir !).

5. Faites bien votre travail

Point de vigilance : Ça n’est pas parce qu’on est focalisé sur un nouvel objectif qu’il faut oublier ou négliger son travail habituel. Bienvenue dans la période où vous allez tout faire, et en même temps 🙂  : Excellez dans votre job actuel + brillez sur de nouvelles tâches/responsabilités par intérim (vous connaissez, Shiva ?).

6. Demandez du feed-back

Demander un feed-back, c’est demander un retour à une personne externe, sur quelque chose que vous avez réalisé, afin d’obtenir une appréciation.

Si elle est bonne, on est encouragé et on prend confiance en soi. Si elle est moins bonne, elle donne l’occasion de s’améliorer sur un point.

Ça tombe bien, c’est ce qu’on cherche ici : Améliorer ses compétences afin d’être plus légitime pour prendre du gallon.

Et puis collectionner les appréciations positives (écrites), c’est une belle preuve à avancer le jour où l’on a quelque chose à demander…

Quoiqu’il en soit, à chaque réalisation, posez-vous et débriefez pour prendre acte du chemin parcouru. Et effectuer des ajustements, si nécessaire.

7. Acceptez d’être patient et frustré

D’ailleurs on va se mettre à l’aise tout de suite en acceptant une bonne fois pour toutes que plus aucun chemin n’est linéaire dans la vie professionnelle (oui, même vous, les baby-boomers et la génération X). Tout change. Vous serez en pleine démarche pour obtenir une promotion et hop, votre boss quittera le bateau.

Ou c’est votre boîte qui annoncera une restructuration et vous déplacera (vécu IRL !).

Le chemin de la promotion professionnelle n’est pas un long fleuve tranquille. Peu importe. Tant que vous êtes dans cette démarche de promotion interne, vous affûtez vos compétences.

Vous vous rendez visible, et vous (re)prenez confiance en vous.

Et une fois que vous aurez ça dans votre besace, ben peut-être bien que vous aurez envie d’aller voir ailleurs, parce que le monde est grand, et que si vous n’êtes pas (re)connu dans votre boite actuelle, c’est le voisin vous offrira peut-être des perspectives professionnelles plus excitantes, et plus rapidement (ben quoi? Changer de boite ? Même pas peur !)

Vous l’avez compris, un parcours de promotion professionnelle est une vraie démarche et, comme pour tout, les résultats ne vous tombent pas dessus par chance.

La chance, ça se provoque en y travaillant dur.

(lien affilié)

5 réflexions au sujet de « Obtenir une promotion interne en 7 étapes »

  1. Bonsoir,
    Personnellement j’ai remarqué, que travailler dur et bien ne suffit pas, surtout dans l’administration ou les grosses boites. Cette année les promotions viennent d’être publiées dans ma boite et cela fait 7 ans que je n’ai pas été promu alors que je vois des gens qui ne foutent rien, mais qui vont toujours se plaindre être promus après 4 voire 2 ans. Je suis Chef de Projet Informatique, développeur et concepteur d’applications web appliquées a la recherche scientifique. Des assistants travaillant sur certains de mes projets, n’exécutant que de simples taches, prenant tous les 3 au moins 2 mois de maladie par an et ne faisant pas leur horaire hebdomadaire ont des grades supérieurs au mien, je le répète nous sommes dans l’administration ou la reconnaissance au mérite n’existe absolument pas alors qu’elle est prônée par cette même administration .
    J’ai donc décidé de quitter cette administration après 21 ans. Je pense que de venir travailler le week-end dans une administration, ou travailler dur, cela dérange en fait et ceci à tous niveaux, car les chefs d’unité ou les directeurs ne sont pas des exemples de vrais bosseurs, beaucoup de bla bla via la réunionite, penser à comment dépenser tous le budget pour s’assurer d’un budget N+1 confortable etc..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *