5 bonnes raisons de changer de travail

Vous le faites bien, votre job. Au travail, vos résultats sont bons.

Vous êtes unanimement reconnu.e comme un bon élément, toujours bien évalué.e, et vous sentez même que vous en auriez encore sous la pédale, pour montrer ce que vous savez faire.

Jusqu’ici, tout va bien.

Sauf qu’en ce moment, vous êtes agacé.e, voire carrément énervé.e par différentes choses qui se passent dans votre boîte.

Et ces incohérences, ces abus et ces non-sens commencent à avoir de l’effet sur vous : Parfois, vous y allez même à reculons le matin, tant vous vous sentez en décalage avec votre environnement de travail, ce qu’on vous demande de faire, avec la politique de votre entreprise, ou même avec votre boss.

Bref, vous n’avez plus d’envie. Et pourtant un énorme potentiel qui dort.

CMOE, un cabinet de conseil US, a étudié les raisons pour lesquelles les talents sont amenés à quitter leur job. Entendez par les talents, « Vous ».

Les bons éléments de l’entreprise, quoi : Celles et ceux qui bossent dur, et qui demanderaient juste à être mieux motivés pour continuer à faire leur travail correctement, et avec le sourire.

Je vous les présente ici :

Les cinq raisons pour lesquelles les gens de talent quittent leur job

  • Quitter son job pour cause de problèmes relationnels avec son manager

D’après l’étude, c’est la raison principale pour laquelle les « potentiels » quittent le navire.

Oui, parce que travailler avec un control freak, un lunatique, un borderline, un autoritaire, un persécuteur ou autre, ça ne fait rêver personne (d’ailleurs j’ai pas mal écrit sur les relations toxiques au travail, si le sujet vous titille…)

Ces relations dysfonctionnelles sont tellement pesantes parfois, qu’ils.elles sont naturellement tenté.es (même si le pas peut être inconfortable à franchir), d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs.

Partir pour se protéger d’une relation toxique, c’est parfois la seule issue (et c’est souvent la bonne!). 

  • Quitter son job car trop peu de responsabilités (et de perspectives !)

Les talents quittent leur job aussi, parce qu’ils ne se sont pas vus confier assez de responsabilités, et qu’ils ne les voyaient toujours pas venir.

L’horizon est bouché, les perspectives n’existent pas en interne, malgré leurs bonnes évaluations régulières.

Quand on a les compétences qu’il faut, il devient à un moment donné frustrant, voire vexant, de ne pas être sollicité.e pour réaliser des choses « importantes » pour l’entreprise : Prendre des décisions, être au moins consulté.e, devoir faire des choix, résoudre des problèmes, bref, des trucs qui permettent de se sentir reconnu.e, utile, écouté.e « important.e » ! 

Il est fondamental que ce besoin de reconnaissance soit satisfait, s’il pointe le bout de son nez, sinon c’est la dégringolade (confiance en soi, estime de soi, motivation, engagement, etc.)

  • Quitter son job car pas de promotion interne

Parfois, il n’y a juste pas de place dans l’entreprise pour vous proposer d’y gravir les échelons. Les postes sont pourvus, ou seront libres bientôt mais ne seront pas remplacés, etc.

Dans ce cas, certains talents préfèrent aller jouer de leurs compétences ailleurs. Histoire d’obtenir le poste rêvé plus rapidement dans une autre boîte.

Héé oui, c’est la guerre. La guerre des talents 🙂

Envie de trouver votre nouveau projet professionnel, pour plus de sens au travail et d'équilibre au quotidien ? Recevez mes 5 pistes pour une reconversion réussie "Spécial working-mamans"

Vous avez une offre de service à proposer (vos talents justement, votre expérience, vos réalisations, votre personnalité, etc.), et cette offre a de la valeur, et se monnaye. Même si souvent, on a perdu de vue cette valeur sur le marché, à force d’avoir la tête dans le guidon. Alors si vous ne voyez pas cette promo arriver, rien ne vous empêche de sortir du cadre. Le monde est grand.

  • Quitter son job car manque de reconnaissance

On peut aussi quitter un job parce qu’on pense qu’on n’est pas assez payé.e pour le travail que l’on investit dans l’entreprise. Cela s’appelle (aussi) un besoin de reconnaissance qui n’est pas comblé.

Il y a d’autres sources que l’argent pour répondre à ce besoin de reconnaissance : Vous entendre dire que vous avez fait du bon boulot, qu’on vous mentionne dans un mail, qu’on vous remercie, etc. Des trucs normaux, en contrepartie des efforts que vous fournissez, quoi. (Pas normaux pour tout le monde, apparemment, oui je sais…)

  • Quitter son job car l’entreprise est en train de couler

Fuyons ! Pas trop le choix, quand la boîte coule, que de sauter par-dessus bord pour être le.la premier.e à atteindre la rive d’en face. Le tout est de ne pas se faire surprendre, et de l’avoir anticipé.

Vous voulez trouver votre nouveau projet professionnel ?

  • Celui qui conviendra à votre vie de professionnelle active ET à votre vie de maman ?
  • Pour plus de sens, d'équilibre, et de sérénité au quotidien ?
Mais vous manquez de temps, d'inspiration, et surtout de méthode ?
Je peux vous aider !
Prenons un instant pour en parler dans le cadre d'une "Séance-déclic", que je vous offre avec plaisir (valeur 150€)
Et définissons votre premier axe de travail, pour engager votre nouveau projet.

Pour réserver votre "Séance-Déclic", c'est ici
Je réserve ma séance

Cet article a 6 commentaires

  1. Le risque de quitter son emploi est un risque à bien évaluer. Mais je pense que le jeu en vaut la chandelle si ce que l’on a à gagner est l’accomplissement de soi 😉

      1. Pour ma part, mon chemin fut assez pénible aussi. Mais je pense au final qu’un chemin pénible est destiné à chaque personne qui souhaite s’accomplir. Le plus dur n’est pas d’y arriver, mais de se construire sur une confiance en soi. Bâtir chaque jour un mur pour se forger.
        Pour ceux qui on fait des études dans le but de travailler dans une entreprise (autrement dit pour quelqu’un), la quête reste assez rude. Car on se forme en pensant qu’on va travailler POUR UNE PERSONNE. Or, quand on cherche à s’accomplir sur une passion, on se rends compte très vite qu’il faut savoir être autonome et autodidacte (ce qui n’est pas à la porté de tous).

  2. J’aime la métaphore du mur (d’ailleurs il n’ ya qu’à voir mon site/blog…)
    Pour nous, les indépendants, cela peut être vrai.
    Mais chacun sa motivation. Pour certains, la hiérarchie et la présence d’une équipe seront sécurisantes, par exemple.
    L’idée est de bien se connaître, pour trouver le moyen d’agir avec ce qui fait sens pour nous, et nous seul. Avec l’action vient la confiance en soi. Chacun à sa manière ! Je ne peux que vous féliciter d’avoir trouvé la vôtre ! 🙂

  3. merci pour votre article.On peut quitter son poste si on sent qu’on n’est pas entrain d’évoluer et qu’on a perdu tout sens d’apprentissage et de création.Parfois, avec l’habitude, on finit par répéter la même chose sans pour autant s’améliorer d’ou notre décision.

    1. Merci pour votre commentaire, Fabien. Effectivement, le tout est de rester à l’écoute de nos ressentis, pour détecter dans quelle mesure on ne se sent plus dans une situation plaisante dans notre entreprise.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu