Comment travailler son lâcher-prise, quand ça va mal au boulot ?

L’envie de changer de travail est souvent faite de plusieurs sources d’insatisfaction qui s’additionnent. Et les issues que connaissent ces envies de changement peuvent être multiples, j’en ai déjà parlé ici.

Les gens que j’accompagne en coaching peuvent changer de métier. 

Parfois ils gardent le même métier, mais changent juste de job.

Et parfois, ils gardent le même job, mais décident de le vivre autrement. 

De travailler autrement.

Ça passe par une prise en main de leur rapport au travail, et par la connaissance de soi.

Ça passe aussi par l’acquisition par exemple d’une capacité à mieux relationner, à mieux équilibrer ses temps de vie, ou encore à lâcher prise sur le présent, pour moins SUBIR sa vie professionnelle.

Lâcher prise pour moins se faire balloter émotionnellement pour un quotidien au travail, parfois ingrat, et parfois peu respectueux de notre rythme, voire de l’Humain au sens large.

Pour te parler de ce lâcher-prise, je te présente Céline Simonnet Lafont, qui va te raconter comment elle est devenue « guide du bonheur au travail », et qui te donnera quelques tuyaux pour mieux vivre l’ici-et-maintenant.

Qui es-tu, Céline ?

« À la question qui es-tu, dans notre culture occidentale, beaucoup répondent en tendant leur carte de visite et en résumant leur CV. Dans d’autres cultures dites primitives, on nomme sa lignée. Je suis donc Céline, fille de Jean et Chantal, mariée à Olivier depuis 17 ans et maman de Elio, Rémi et Lenny.

Si nos chemins se sont croisés avec Bérangère, c’est dans le cadre de ma reconversion professionnelle. C’est donc cette histoire que je vais te résumer ici.

Bonne élève, à une époque où intégrer une école de commerce était une voie royale, j’ai fait carrière dans l’industrie en tant que Directrice Marketing International. J’ai longtemps cherché un équilibre entre vie privée et vie professionnelle. J’ai ressenti la joie au travail à travers mon engagement et celui de mes collaborateurs dans des projets passionnants. Mais j’ai aussi ressenti la fatigue de me sentir seule face à mes responsabilités, seule face aux autres, seule face à moi-même.

Un jour, j’ai eu 40 ans, j’ai découvert le yoga et j’ai pris conscience que nous vivions dans mon foyer une vie de fous.

Il a suffit d’une étincelle, un changement de cap stratégique dans mon entreprise, pour que je prenne cette décision : quitter un job que j’aimais, très bien rémunéré, et un chef avec lequel je formais une belle équipe (bon tout n’était pas rose non plus…).

Un risque immense du point de vue des autres : « Tu as tout pour être heureuse, pourquoi tu fais ça ? ». Une nouvelle aventure, une chance, de mon point de vue, soutenue par mon mari et mes enfants (après tout de même de longs débats en famille…).

Bref, j’ai appuyé sur pause.

Deux ans plus tard, je suis « Guide du Bonheur au Travail ».

Je guide les femmes actives à la découverte de leurs ressources (émotions, forces, valeurs), pour apprendre à lâcher-prise et retrouver un bien-être durable dans leur vie professionnelle.

C’est l’expérience qui m’a appris à découvrir les justes outils pour moi : la psychologie positive et la méditation, dont les effets sont scientifiquement validés. Avec de l’entraînement, il est possible de mobiliser ses ressources pour une meilleure qualité de vie.

Quiz spécial maman

« Es-tu (réellement) prête à changer de vie professionnelle ? »

Je fais le test

C’est ma mission aujourd’hui parce que je crois qu’il est possible de réconcilier bonheur et travail.

Qu’est-ce que le lâcher prise, et qui cela concerne-t-il ? 

Nous vivons dans un climat propice à la fatigue et au stress. Un salarié sur deux est confronté à une situation de burn-out. 66% des salariés français se disent souvent fatigués. Nous sommes tous concernés. Pour changer ce climat, nous devons changer nos comportements.

Lâcher prise, c’est apprendre à développer ton optimisme, à réorienter ton attention vers le positif. C’est identifier tes ressources et tes valeurs pour avancer vers ce qui a vraiment du sens pour toi. Et surtout cultiver la bienveillance envers toi-même et envers les autres pour retrouver une relation apaisée à tes émotions.

S’arrêter et observer ce qui se passe en soi et autour de soi…

Seulement observer, sans jugement, sans attente, sans s’accrocher…

C’est ça tout simplement… lâcher prise 😉

Aurais-tu un conseil pour soulager instantanément une situation de crise émotionnelle ?

Je n’ai pas de baguette magique malheureusement, changer son comportement, apprendre à lâcher prise c’est avant tout un entraînement au quotidien. Mais il existe des techniques qui peuvent aider.

Mon conseil pour soulager une situation de crise émotionnelle, c’est d’agir en 3 temps :

Éloigne-toi, prends physiquement de la distance, isole-toi si besoin.

Accepte cette crise émotionnelle, nomme-la si possible (colère, tristesse, peur etc.),

Porte ton attention sur ta respiration, sur chaque inspire… expire, abandonne-toi à la vague du souffle.

Le challenge est de ne plus lutter contre cette crise émotionnelle, mais de lui laisser de la place pour s’exprimer pour mieux la laisser disparaître ensuite comme un flocon de neige sur une pierre chaude. Quand la crise est passée, observe tes sensations physiques, tes émotions, tes pensées, sans jugement et avec beaucoup de bienveillance.

Et pour travailler sa capacité à lâcher prise plus en profondeur, sur le long terme, que conseilles-tu ?

La psychologie positive et la méditation de pleine présence sont riches d’exercices scientifiquement validés à pratiquer au quotidien. Comme on entraînerait ses muscles à la salle de gym, on entraîne son cerveau à dire stop au pilote automatique pour se créer de nouvelles habitudes et changer en profondeur.

On peut tenir un journal de gratitude par exemple ou l’on apprend chaque jour à dire « aujourd’hui je suis content(e) parce que ____________ et j’ai envie de dire merci à ______________ ».

Des exercices t’aident aussi à identifier tes points forts pour les mobiliser aussi souvent que possible et de manière nouvelle.

Quant à la méditation, sa pratique régulière aide à être pleinement présent(e) ici et maintenant. Quand tu prends une douche le matin par exemple, au lieu de penser à tout ce qui t’attend dans cette journée et d’inviter la réunion de 10h dans la douche avec toi, porte plutôt ton attention sur le contact de l’air sur ta peau, la chaleur de l’eau, l’odeur du savon, le son du jet de la douche…

Ce sont les enseignements et les pratiques que je transmets dans mes ateliers en présentiel, dans la région du Grésivaudan, entre Grenoble et Chambéry. Mais aussi à distance.

Quelle est ton actu, et où peut-on te retrouver ?

Tu peux me suivre et profiter de mes conseils sur :

Mon site celinesimonnetlafont.com

Merci Céline, pour ce témoignage, et pour ces quelques conseils simples et riches.

C’est drôle, mais la plupart de mes clients arrivent avec l’idée que la reconversion est un plan A, que le changement de job est un plan B, et qu’apprendre à travailler autrement, serait plutôt la dernière solution pour eux.

Alors que changer de métier ne te protégera pas de cette habitude que tu as peut-être à sur-travailler.

Je veux dire que si tu as fait un burn-out à ton poste de DAF, et que tu décides de devenir ébéniste à ton compte pour ne plus subir cette pression folle du rythme de la grande entreprise…Et bien qui t’empêchera de sur-travailler à nouveau, en étant ébéniste à ton compte ?

Qui t’empêchera de t’épuiser dans ton nouveau métier ?

Nous sommes les seules personnes qui connaissons nos limites, et nous sommes les seules personnes qui sauront les protéger !

Quiz spécial maman

« Es-tu (réellement) prête à changer de vie professionnelle ? »

Je fais le test

Cet article a 5 commentaires

  1. carte senior

    Bonjour, merci pour le partage, votre article est vraiment intéressant!

  2. Denegri

    Bonjour Céline, ce post a été semble-t-il écrit sur-mesure pour moi (Daf, et des penchant pour le travail du bois entre autres);
    Burn out ça c.est fait…
    Je rependrai mon poste avec une demande de délocalisation, vu mon âge…par le médecin du travail.
    L.idée du cahier de gratitude me plait bien…j.ai un travail sur-meme à réaliser….avec l.aide d.un therapeute en hypnose…
    Je reviendrai vers vous aprés ces phases.
    Un pas aprés l.autre, car en burn out tout action est pessante et épuisante. Une chape de plomb m.empeche d.avancer…merci pour vos conseils.
    Yol

    1. Bonsoir Yol, c’est Bérangère 🙂
      Vous avez vraiment raison : Chaque chose en son temps, et le burn-out est une situation temporaire de forte fragilité, pour laquelle la thérapie est prioritaire.
      Un pas après l’autre, comme vous dites :))
      Je transmets votre message à Céline, très bonne journée

    2. Bonjour Yol et merci à Berangere pour le message. Il est indispensable de vous faire accompagner en effet pour sortir de votre burnout et vous verrez il y a bien une lumière au bout du tunnel. Ce que je propose (psychologie positive et méditation) est bien adapté en prévention du burnout ou après en sortie de crise pour repartir de l’avant. Et en effet bien vous connaître, connaître vos forces, vos valeurs vous aidera à faire les bons choix. Prenez bien soin de vous! En ce moment je propose des conférences gratuites et en direct sur internet, n’hésitez pas à venir faire un tour 😉

      Céline

  3. Madeleine

    Message t’es intéressant pour moi qui manque confiance en moi . Je suis consciencieuse mais m écroule pour désobligeant d un client .
    Je n’arrive pas à llâcher prise

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.