Quitter l’Éducation Nationale pour devenir « Metteur en joie »? Il l’a fait !

Quitter l’Éducation Nationale…

What ?

Le sacro-saint « statut de fonctionnaire » ?

Oui. Sauf que le sacro-saint statut de fonctionnaire n’est en fait pas une panacée, et beaucoup en reviennent.

Beaucoup de profs, d’agents territoriaux, hospitaliers, de policiers rêvent de quitter leur job « cage dorée » pour une question de manque de Sens notamment.

Mais peu osent le faire.

Et puis certains se lancent. C’est ce qu’a fait Olivier Bay, que je vous présente ici. Il a quitté son job de prof d’EPS pour devenir « Metteur en joie », et il nous livre son témoignage.

Sacrée prise de risque ? Oui et non. Parce que dans sa nouvelle vie, il a retrouvé…DU SENS !

 

Quelle était votre situation, avant de changer de job ?

Résumer mon parcours atypique peut vite se transformer en une réponse indigeste tant celle-ci risque d’être longue ! Disons que j’ai fait de nombreux métiers (plus de 20 !) mais toujours avec un dénominateur commun qui était l’humain, l’affect, le relationnel, les rencontres… Parmi tous ces métiers, et comme fil rouge (le métier principal) il y a eu ce job de Prof d’EPS (de 1995 à 2015).

Un métier que j’ai « quitté » 4 fois (dispo, mi temps, etc…) avant de carrément démissionner en juin 2015.

Qu’est-ce qui vous posait problème dans votre ancienne situation ?

À défaut de « problème » (j’attache beaucoup d’importance au mots…), je dirai qu’il y avait une perte de sens dans mon métier. Cette notion (le sens) étant TRÈS importante pour moi, c’est comme si je ressentais que je n’étais plus à ma place et que j’avais fait le tour de ce métier où j’ai toujours travaillé, par choix, avec des publics dits « difficiles » estimant que j’avais plus à leur apporter qu’aux élèves dits « classiques ».

Le temps libre relativement important, du métier d’enseignant conjugué à ma curiosité m’ont fait explorer de nombreuses pistes d’activités et de potentiel épanouissement.

Disons que plus je faisais autre chose et plus j’avais envie de faire autre chose ! Et comme j’ai toujours aimé avoir plusieurs casquettes en même temps, cela alimentait un cercle virtueux qui est devenu vicieux au point de me demander de choisir…

Que faites vous aujourd’hui ?

Ma casquette principale est aujourd’hui « Metteur en Joie » ! C’est ce qui apparaît sur ma carte de visite.

De quoi s’agit-il ? J’aurai pu dire « animateur-speaker » mais cela aurait manqué d’originalité. J’occupe cette fonction depuis 1995 et j’aime dire que le mot « animer » vient du mot « anima ». Ce dernier veut dire « donner vie », « mettre en lumière ». Je mets donc en lumière des événements en les présentant, en édifiant les orateurs. Je donne vie à des manifestations.

Il y a aussi dans cette définition la notion « d’âme » que je retrouve dans mon métier de sophrologue, coach de vie où je vais faire en sorte de faire sortir la joie de la personne elle même 🙂

De ce parcours à part, j’en est fait un spectacle dédié à ma mission de vie qui est de « permettre à un maximum de personne d’exprimer son plein potentiel et l’atteinte de son bonheur ».

Le nom de ce spectacle : « La Vie c’est un Portant ! »

 Pouvez-vous nous raconter les étapes de votre transition ?

La transition a été un long cheminement et une réflexion de plusieurs années. Cela ne se fait pas sur un coup de tête. L’avantage du métier de prof c’est que j’ai pu goûter plusieurs fois à autre chose, avant de pouvoir revenir. Cette possibilité m’a permis d’affiner mon projet et en même temps de renforcer mon envie « d’ailleurs »…

Mes étapes ont reposé sur de multiples rencontres et recherches pour progressivement préparer « le post-Éducation Nationale ».

Quelles ont été les difficultés rencontrées ?

Quitter la Fonction publique et la « sécurité de l’emploi » n’est pas quelque chose qui est compris et encore moins valorisée, voire soutenue.

Cette incompréhension devenant facilement un jugement constitue même un frein.

Laisser la « sécurité » pour créer sa « liberté » (2 notions diamétralement opposées) n’est pas anodin dans notre société et trouver du soutien devient une mission…

Sur quoi vous êtes-vous appuyé pour les surmonter ?

L’esprit « entrepreneur » est indispensable pour oser quitter son job et passer à l’acte. Il faut aussi s’entourer des bonnes personnes pour les conseils, les partages d’expériences et l’accompagnement.

Plus que tout, il faut trouver le moyen de nourrir et d’entretenir sa propre motivation, ses convictions, son énergie, son moteur !

Quel conseil pourriez-vous donner à quelqu’un qui aurait la même envie que vous ?

Je conseillerai de prendre le temps de réfléchir, de bien préparer en amont les étapes et toutes les actions qui mènent à la réalisation du projet. C’est là qu’intervient la force et l’importance du coaching pour clarifier le but à atteindre ; ce que j’appelle le « pourquoi » ! Quand il est clair, identifié et accompagné d’une absence de doute (en terme de ressenti), alors le « comment » arrive et s’offre à nous à condition qu’on se mette en action !

Où peut-on vous suivre, et en savoir plus sur vous ?

Comme vous l’avez compris j’aime (et j’ai besoin) d’avoir plusieurs casquettes !

Le « metteur en Joie » animateur est visible sur https://olivierbay.com/ mais aussi sur sa page Facebook 

On me retrouve aussi sur Linkedin avec en plus la casquette du « metteur en Joie » coach de vie qui consulte par téléphone ou Skype en travaillant sur les mots qui provoquent des maux. Un coaching pour devenir autonome en faisant sauter les croyances limitantes et en mettant en place les bonnes actions afin d’atteindre ses propres objectifs.

Toutes ces casquettes sont réunies dans un spectacle de développement personnel : « La Vie c’est un Portant ! ».

Un spectacle à messages qui transforme et fait du bien via des outils et notions vulgarisés.

Après 15 ans de réflexion, l’accouchement est prévu le 27 mai 2017 sur Paris !

Voici la Bande Annonce

La Page Facebook du spectacle

Et pour les réservations c’est ICI

Merci Olivier pour ton témoignage 🙂 

Si vous entamez une réflexion sur votre envie de changement, je vous invite à lire cet ouvrage court et efficace d’Yves Deloison, qui vous permettra de faire un premier tri dans vos idées, et de faire émerger quelques pistes d’action. Voici le lien affilié :

 

2 réflexions au sujet de « Quitter l’Éducation Nationale pour devenir « Metteur en joie »? Il l’a fait ! »

  1. Excellent article très inspirant. Olivier est quelqu’un qui donne confiance avec qui le contact est facile.
    Je vais faire en sorte d’aller voir son spectacle ! Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *