Reconversion : Comment savoir si je suis sur la bonne voie ?

L’idée de changer de métier rime souvent avec faire le grand saut dans l’inconnu.

Et nombreux sont celles et ceux qui procrastinent, et qui nourrissent leur non-prise de décision à grandes becquées de « on sait ce qu’on perd, mais on ne sait pas ce qu’on va retrouver !».

Moi je sais qu’un changement de métier PEUT se faire de manière sécurisée et réjouissante.

À condition de se donner la peine de le bosser comme un PROJET.

De décortiquer au maximum les potentielles pistes que vous voulez étudier, pour savoir si ça peut le faire, ou pas. Si ça vaut le coup de changer, ou non.

Ou si des changements plus light peuvent suffire à vous rendre plus heureux.

Mais ça ne se fait pas tout seul. Explorer son envie de changement, c’est un vrai travail de préparation à la prise de décision.

Avec une vraie gestion de projet à la clé, si vous décidez de changer.

Et ceux.celles qui ne font pas ça, ont plus de chances de se planter et d’être déçu.es, que ceux.celles qui poussent suffisament loin l’analyse de leur envie de changement, pour savoir où ils mettront les pieds.

Quoi qu’il en soit, quand on change sa vie professionnelle, il y a toujours des choses qu’on gagne, et des choses qu’on laisse Quand on change sa vie professionnelle, il y a toujours des choses qu'on gagne et des choses qu'on laisse Click To Tweet

C’est le jeu. Il n’ y’a pas de situation parfaite, il n’ y a pas de »voie » parfaite non plus, je vous évite le suspense. Et je vous enlève un peu de pression par la même occasion 🙂

Les plus et les moins d’un changement de vie…

Quand vous passez de directeur de business unit à créateur de startup, il y a de fortes chances que vous perdiez en salaire, les premiers temps. Mais qu’au final, vous soyez libre de piloter et de vous sentir pleinement responsable et autonome, sur les décisions que vous prendrez.

Quand vous étiez analyste financier et que vous vous orientez vers le maraîchage bio pour quitter La Défense à tout prix, le cuir de votre fauteuil pourra vous manquer, parfois. Mais l’odeur des tomates mûres rougies au soleil et le contact avec la terre dans la fraîcheur du matin vous gonfleront d’une énergie pleine de sens et d’utilité.

Si vous avez un job réglé comme une horloge et que vous vous lancez dans la création et le lancement d’un business de bijoux sur Internet, vous allez devoir revoir vos exigences en termes de temps de travail. Mais quel bonheur de vous sentir à votre place, de CRÉER ! Et travailler tôt le matin, tard le soir et le samedi n’est même plus une question qui fâche.

Mais comment savoir exactement ce qui nous attend si on change ?

Comment connaître vraiment la réalité du métier dont on rêve, et que l’on fantasme même parfois ?

Activez la balance, activez la valence

L’essentiel avant de se lancer, c’est d’évaluer les pertes et les gains de cette nouvelle vie le plus finement possible, afin de prendre sa décision dans les meilleures conditions. Et donc d’éviter les grosses déceptions.

Alors comment savoir ?

Confronter vos envies avec votre propre système de valeurs

Pour être bien dans sa vie professionnelle, ce qui est important pour Paul, ne l’est peut être pas pour Jacques. Et comme on dit en coaching « la carte n’est pas le territoire ».

Qu’est ce que ça veut dire ?

Ça veut dire que ce qui compte pour les gens est unique à chacun. Donc que chacun avancera avec ses propres critères de décision.

Peut-être que pour vous, le statut social est important.

Ou c’est votre appartenance à une entreprise connue. Et vous ne seriez pas prêt.e à délaisser ça, même pour un job moins bling bling, mais qui vous laisserait passer plus de temps avec votre famille.

Donc, vous avez un système de valeurs qui est comme ça, et qui hiérarchise ce qui est important pour vous, et rien que pour vous. Ce système, vous devez le connaître, afin d’être en mesure de faire la valence.

Je vous la fais courte, mais la valence, c’est la balance entre deux valeurs. Et ça vous aidera à choisir ce qu’il y a de plus important pour vous en termes de pertes/bénéfices pour un choix donné.

Pour commencer à faire le point sur votre système de valeurs, vous pouvez déjà vous questionner :

Qu’est ce qui est important pour moi dans la vie ?

Et en quoi c’est important pour moi ?

Et en quoi c’est important pour moi (encore) ?

Quelles sont les 5 valeurs qui me définissent le plus ?

Si je devais les hiérarchiser, quelles seraient les plus importantes ?

Et là, vous avez des indices.

Vous allez pouvoir confronter ce qu’il y a dans la piste que vous explorez, avec votre système de valeurs. Sauf que tout n’est pas si simple.

Vous ne pouvez pas découvrir un nouveau métier juste en lisant les détails de sa fiche ROME sur le site de Pôle Emploi (Vous aviez déjà pensé à le faire, ça ?)

Je vous recommande d’aller mettre les mains dans le cambouis. 

Et seulement ensuite, vous pourrez savoir si la réalité, si les valeurs vécues dans ce métier-là, sont en phase avec les vôtres.

S’assurer de connaître un maximum d’infos sur cette nouvelle vie

Pour vous donner un exemple. Je vous ai déjà parlé sur ce blog, de ma cliente cadre qui ne comptait pas ses heures, et qui avait un niveau d’investissement dans ses fonctions tel, que ça faisait d’elle une bonne candidate au burn-out. Elle voulait sortir de ça.

Elle disait :« Lorsque je dépose mes enfants le matin à l’école, j’envie leur maîtresse qui travaille dans un cadre agréable, sans pression aux contacts d’enfants innocents ».

Cette idée avait germé, et elle voulait maintenant changer de vie et devenir professeur des écoles.

Prête à baisser financièrement son niveau de vie, elle avait bien mesuré l’impact que cela allait avoir sur les habitudes de la famille.

Pourtant, que savait-elle de ce métier ?

Elle avait été élève il y a 30 ans, ok, avec son regard d’enfant. Elle en avait un aperçu 3 minutes le matin et 3 minutes le soir, les fois où elle avait la chance de pouvoir déposer et récupérer ses enfants.  Et surtout, elle avait dans l’idée qu’elle allait avoir des horaires fixes, et beaucoup de temps libre.

Sauf que...quand on le pratique, on sait que professeur des écoles, c’est DUR.

C’est parfois des semaines découpées sur 5 classes, sur plusieurs établissements, avec 5 niveaux différents à gérer. Ce sont des affectations géographiques pas toujours cohérentes. Des salaires plafonnés. Des difficultés à gérer avec les familles des élèves. De la fatigue émotionnelle à force de rappels à la discipline. Des conflits avec les parents. Des manques de moyens pour faire ce qu’on trouverait bien de faire pour les enfants. Des lourdeurs administratives avec son ministère de tutelle…

Mais en fonction de votre système de valeurs et de ce qui est important pour vous, ça peut le faire quand même ! Et même super bien !

Donc vraiment. Avant de se lancer, vous devez explorer de fond en comble. MAIS de manière opérationnelle. En allant sur le terrain.

Et de manière méthodique : En commençant par un travail approfondi de connaissance de soi et notamment de vos valeurs. Puis de faire émerger des pistes. De les prendre une par une, pour les décortiquer. De vous y confronter, et enfin de prendre le recul nécessaire pour savoir ce qu’il en est.

Après, quand vous serez sûr.e, vous agirez en ce sens.

Et le « comment » ne sera plus qu’un détail.

Voilà.

Alors ? Qu’êtes-vous prêt à laisser, vous ?

Vous voulez en parler ? Réservez votre séance découverte avec moi (gratuite et sans engagement). Nous prendrons le temps de parler de votre questionnement actuel, nous vérifierons si je suis la bonne personne pour vous aider, et vous repartirez avec une idée claire de vos prochaines actions.

JE RÉSERVE MA SÉANCE DÉCOUVERTE GRATUITE ICI

8 réflexions au sujet de « Reconversion : Comment savoir si je suis sur la bonne voie ? »

  1. bonjour,
    je trouve cet article très intéressant.
    en effet, peser le pour et le contre (selon son propre point de vue), bien se renseigner sur ce que l’on veut faire pour avoir une vision claire, précise, et détaillée, et donc, éviter de se retrouver dans un enfer qu’on s’est créé une fois embarqué…
    très bien l’idée du tableau pour les problèmes de créativité, je prends le risque de dire que les femmes ont moins ce problème car en moyenne plus créatives, mais bon peut être est ce un a priori, un préjugé…
    il y a un point cependant, sur lequel je suis mitigé, il s’agit du soutien des proches, et de « subir ».
    je suis tout à fait d’accord avec le fait que le soutien apporte une énergie qui peut donner des ailes, mais ne pas faire ce qu’on veut, ce que l’on aime, peut nous détruire sur le long terme moralement.
    autant, pour la plupart, on ne fait pas le métier de nos rêves pour diverses raisons, autant, faire un métier qu’on aime au quotidien a son importance, que l’on soit caissier, infirmière, avocat, maçon, professeur, etc…

  2. Bonjour,
    être ou ne pas être…être en connexion avec son moi profond, ou ne pas être…être dans un mouvement rythmé par ses envies, ou ne pas être…être courageux au point de se dire ce n’est pas ce que je veux, ou ne pas être…être audacieux au point de se lancer dans ses rêves, ou ne pas être…être vivant, ou être mort avant d’être vivant…
    Oui, dans chacun de ses moments de vie où je suis il y a ce que je laisse et ce que je gagne, il y a ce qui m’est essentiel, puis ce qui m’est utile et enfin ce dont je peux ou je dois me passer.
    Merci Bérangère.

  3. Il est effectivement important de faire le point sur ce qui compte réellement pour nous, et s’assurer que ces valeurs, ces envies ne vont pas s’estomper dans le temps. Comme dit dans les commentaires précédents, la PASSION est cruciale dans ce choix. Le mieux est de pouvoir tester cette nouvelle vie qui tente tant.

  4. Au commencement bien-sûr, il y a une réflexion approfondie sur tous les aspects de la future vie que l’on envisage : consulter, échanger, se mettre dans le futur costume de la fonction convoitée…
    Puis une fois le pas franchi, il y a tout ce que celle-ci apporte : des confirmations (heureusement), des surprises (bonnes ou moins bonnes) et surtout, de nouvelles perspectives, pas forcément prévisibles justement, et sources de nouvelles réflexions, de nouvelles opportunités.
    Alors réfléchissons, oui, tâchons de garantir ce qui est réellement vital pour nous, pour notre famille. Mais avant tout, soyons prêt à l’aventure car une nouvelle vie recèle toujours une part d’inconnu à laquelle il faudra s’adapter.
    « Croire et Oser ! »

    1. Merci Capitaine pour cet apport 🙂
      C’est bien vrai !
      Je pense que je vais t’interviewer pour mon blog, Jean-Marie. Ton expérience de la reconversion devrait inspirer plus d’un lecteur 🙂
      Je reviens vers toi par mail bientôt
      Grosses bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.