Reconversion professionnelle : Tout ne commence pas par un bilan de compétences!!

Vous voulez engager un changement de vie professionnelle.

Plus précisément : vous voulez engager votre reconversion.

Et pour plusieurs raisons, qui peuvent se cumuler :

  • votre métier ne vous plaît plus,
  • vous ne trouvez plus de sens à ce que vous faites
  • votre job ne vous permet plus d’évoluer
  • travailler dans votre entreprise actuelle est devenu insupportable pour vous,
  • ou parce que vous avez envie de vous épanouir professionnellement, ce qui serait juste normal, mais qui n’est pas votre cas actuellement.

Sauf que le chantier parait IMMENSE :

Comment faire pour trouver une nouvelle voie sans se tromper ?

Comment se documenter ?

Où trouver des idées ?

Comment se faire accompagner ?

Par quoi commencer ?

Quels financements possibles ?

Comment annoncer mon départ à mon patron ?

Et la création d’entreprise, dans tout ça ?

Suis-je capable de reprendre mes études ?

Je vais redevenir junior, alors ?

Comment je vais faire pour continuer à soutenir ma famille financièrement ?

AAAAAH STOP !!

Oui, c’est nébuleux. Oui, ça génère de l’anxiété.

Déjà que votre situation actuelle vous mine tellement, qu’il ne vous reste que peu de temps de cerveau disponible pour vous projeter dans l’après…cette envie de reconversion-Everest, ça semble compliqué, et très confus pour l’instant.

Donc, ce que je vous suggère, c’est de couper la baleine en tranches, au lieu de se dire que vous allez devoir la manger en entier.

Oui, je sais, l’image est très cruelle (Mais rassurez-vous : aucun animal n’a été maltraité pour l’écriture de ce post. Et d’ailleurs, c’est une fléxitarienne qui écrit 😉 )

Ça veut dire quoi, couper la baleine en tranches ? Et bien ça veut dire qu’aujourd’hui je vous invite à commencer à tirer le fil de la pelote pour dénouer tout ça.

Prendre une première réflexion concrète, et entrer dans la réalité de l’observation, plutôt que de voir nager au loin l’ombre d’un très gros poisson indigeste.

Prendre en main son envie de reconversion et engager sa réflexion, c’est simple et méthodique, en fait. Il y a 4 étapes à respecter :

D’abord, on fait le point sur le passé

Ensuite on réfléchit sur le présent

Puis on envisage et on teste l’avenir

Et enfin, on peut prendre sa décision calmement, et se lancer  dans le changement de la manière la plus sécurisée possible.

Faire le point sur le passé : le bilan (et pas QUE de compétences)

(👉🏼 Pour info, si vous cherchez ma méthode en 10 étapes pour réussir votre reconversion professionnelle, elle est ici)

Attention, on n’a pas dit bilan de compétences, hein.

Enfin vous pouvez toujours en demander un, après tout c’est toujours bon à prendre : du moment que ça vous engage à mobiliser du temps pour vous, et pour votre projet, moi ça me va bien :))

Même si avec un bilan de compétences en poche, vous n’aurez travaillé que partiellement : Oui, vous n’êtes pas qu’une expérience professionnelle qui se réinvestit, vous êtes un peu plus complexe que ça :

  • Vous avez un écosystème interne (éducation, histoire, vision de la vie, mission de vie, valeurs, croyances, besoins, comportements…)
  • Qui interagit avec un environnement externe (relations et communication avec les autres, façon d’exercer son métier en entreprise, famille, couple, cercle social, société…).

Et dans ces deux éléments, il y a vos freins et vos moteurs dans la vie.

Mais ça, vous ne le verrez pas en bilan de compétences. Ou rarement.

Dommage, parce que c’est juste essentiel à explorer pour savoir ce qui nous a amené à être ce qu’on est.

Et aussi à connaître ce qui nous empêche de changer.

D’ailleurs, vous connaissez forcément des déçus du bilan de compétences autour de vous : Des gens qui ont fait une belle photo du passé avec un consultant, mais qui ne se sont absolument pas mis en action pour leur changement ensuite. CQFD.

Un bilan de compétences ne vous engage pas financièrement

Dernier point : À mon avis, le bilan de compétences n’engage pas toujours le changement, parce qu’il ne vous engage pas financièrement. Il est souvent sponsorisé/pris en charge par votre organisme paritaire, votre entreprise, ou votre CPF. Donc nécessite moins d’effort de la part de celui qui en bénéficie.

Et à mon avis, engager vos propres deniers sur ce type d’investigation…vous engagera davantage à bouger, et sera plus efficace. Dans une logique de retour sur investissement. D’ailleurs certaines entreprises le font : Elles demandent une participation symbolique au bénéficiaire, dans sa démarche de bilan de compétences. Ce qui est, d’après moi, plutôt bien.

Comment faire pour commencer à réfléchir seul ?

Commencez par vous acheter un beau gros cahier à spirales, pour consigner les premiers fruits de votre réflexion, (ou ouvrez un nouveau classeur Excel si vous préférez).

Vous allez y consigner votre parcours, étape après étape, date après date, de votre naissance à aujourd’hui. En mixant les éléments pros et les éléments perso : École, déménagements, études, premiers jobs, vie associative, sport, passions, expériences professionnelles senior, déception amoureuse, promotion professionnelle, mutation, mariage, divorce, TOUT.

Votre chemin de vie jusqu’à présent.

Puis ensuite, sur un second onglet ou en suivant, vous allez presser comme un citron chacune de ces étapes pour en faire ressortir :

  • ce qu’elle vous a appris,
  • ce qui vous a particulièrement plu là-dedans et pour quelle raison,
  • ce que vous avez détesté dans cette période de votre vie
  • et comment ça vous a fait changer, pour être la personne que vous êtes, là maintenant.

Oui, je sais, c’est long. Mais c’est indispensable.

La reconversion, c’est avant tout une affaire de connaissance de soi, et de votre propre construction. Donc, chaussez vos bottes, mettez votre lampe frontale, et partez en exploration 🙂

Après ça, vous avez une vision ce qui a été important pour vous, de ce qui vous a construit, de ce que vous savez faire, et bien.

Et le cadeau bonus, si l’exercice est fait sérieusement, c’est une marche de montée sur l’escalier de la confiance en soi.

Puisque finalement, vous vous rendez compte que vous avez déjà pas mal accompli pas mal de choses, mine de rien 🙂

Néanmoins, ATTENTION.

Souvent, on veut changer radicalement de métier parce qu’on ne supporte plus son job actuel. Cet inconfort nous met dans une situation d’urgence, et la décision la plus radicale du changement de métier nous semble forcément la bonne.

Sauf que ce n’est pas toujours le cas. Tout le monde n’est pas fait pour une reconversion, même si celle-ci peut promettre un dépaysement alléchant.

Il existe plusieurs nuances, dans le changement professionnel.

Pour choisir celui qui vous correspond le mieux, vous devez vous poser un certain nombre de questions de paramétrage.

J’ai créé une méthode en 10 étapes pour réussir sa reconversion professionnelle. Elle accompagne autant la partie technique de cette démarche (faire émerger des pistes + faire un choix), que la partie émotionnelle qui vous empêche de changer (freins liés aux émotions, à la confiance en soi…) 

Vous voulez la découvrir ? C’est en cliquant sur ce bouton >>

Je change ma vie professionnelle !

8 réflexions au sujet de « Reconversion professionnelle : Tout ne commence pas par un bilan de compétences!! »

  1. Bonjour Bérangère, je suis actuellement en reconversion professionnelle. J’étais informaticien depuis 3 ans et je veux devenir plombier et monter ma propre boite. Je sais bricoler, je connais la plomberie mais je souhaiterais quand même suivre une formation courte dans ce domaine et dans le domaine de la compta aussi pour gérer mon entreprise. Je cherche ainsi des plateformes web qui regroupent ce type de formation. J’ai déjà cherché sur http://evalformation.fr. Connaissez-vous d’autres plateformes de ce type où je pourrais chercher la formation qui me convient. j’aimerais avant de me décider avoir le choix le plus large possible. Merci d’avance pour aide

    1. Bonjour Fabrice, bravo pour cette décision, entreprendre dans l’artisanat est une belle aventure 🙂
      Alors les ressources sont multiples, et tout dépendra de vos critères de choix. Mais en vrac, vous trouverez pas mal d’infos sur le site du Carif Oref de votre région, au sein des centres Greta et Afpa de votre ville, et de manière générale et depuis peu, un bon paquet de ressources sont centralisées sur la plate-forme emploi-store du Pôle Emploi. Une mine (avec un peu de tri à faire je vous l’accorde, mais il me semble que cela pourrait répondre à votre recherche). J’espère vous avoir aidé, très bonne continuation à vous.

  2. Bonjour, je suis actuellement salariée et responsable dans un magasin, je souhaite faire une reconversion professionnelle en esthétique pour me mettre amon compte ensuite je me sent prête maintenant reste juste à savoir par où commencer: dois je quitter mon travail pour suivre une formation avec pôle emploi ou dois faire une formation en plus de mon travail avec mon compte de formation j’ai en cumul 120h ce qui n’est pas assez pour un cap esthétique alors je vais devoir payer ma formation ? Merci pour les informations.

    1. Bonjour, vous posez une question qui m’est souvent posée par mes clients, qui n’osent pas forcément se lancer sans filet de sécurité, et c’est pourquoi ils gardent leur emploi jusqu’au bout de leur démarche de reconversion. Je crois que chaque cas est différent, et que c’est vous qui savez ce qu’il est plus confortable pour vous de faire : Rester en poste et suivre cette formation à côté pour vous sentir plus en sécurité ? Quitter votre job pour pouvoir vous consacrer à 100% à ce projet de reconversion ? Ou chercher une solution intermédiaire qui vous permettrait un consensus entre les deux ? Voici une information sur le CIF, trouvée sur le site de Pôle Emploi http://www.pole-emploi.fr/actualites/le-conge-individuel-de-formation-cif-pour-les-salaries-en-cdi-@/article.jspz?id=60936 , j’espère qu’elle pourra vous aider 🙂 Très bonne journée

  3. Bonjour Bérangère, je découvre avec intérêt votre blog et je vous félicite pour vos articles. Par contre je suis sincèrement surprise par votre vision du bilan de compétences. Je suis consultante en RH et coach et propose, entre autre accompagnement des bilans de compétences. Au cours de cette démarche, nous prenons en compte la personne dans sa globalité, de (presque) sa naissance au jour du bilan. Et si nous inventorions ses compétences, nous nous intéressons aussi beaucoup à tout ce qui fait sens pour elle, ce qui l’anime profondément, ses valeurs, ce qu’elle a aimé ou détesté, ce qui l’intéresse, …car je suis bien d’accord avec vous un projet de reconversion, cela commence par une bonne connaissance de soi …
    De la même manière qu’un coaching ne fait pas l’autre, un bilan de compétences ne fait pas l’autre non plus … 😉
    Je vous souhaite plein de chouettes rencontres et de beaux accompagnements 🙂
    Nathalie

    1. Bonjour Nathalie, merci de me lire !
      C’est super, si dans votre pratique, vous prenez en charge la globalité de la personne qui vous consulte. Ça n’a malheureusement pas été le cas du consultant qui m’a fait passé le mien en 2010. C’est ce goût de « trop peu » et cette frustration quant à son inefficacité qui m’ont donné l’envie de concevoir aujourd’hui un accompagnement différent, et que j’estime plus riche et plus complet. Bonne continuation à vous également 🙂

  4. Bonjour B,

    Un cas d’école …
    Comment envisager une reconversion, ou simplement un virage, en situation d’épuisement professionnel (diagnostiqué), et dont la disparition résiderait – entre autre – dans une reconversion ?
    Il manque une étape ‘tampon’ de Renaissance, non ?
    Quelle pourrait être la forme concrète de celle ci ??

    Merci de votre retour.

    ND

    1. Bonjour N 🙂
      Pour moi reconversion ou virage s’envisagent dans les meilleures conditions sur un terrain prêt à laisser pousser les fleurs, et non sur des cendres. Je crois qu’il y’a un temps pour tout. Si il y a épuisement, l’ordre des choses c’est de se reposer. Parce qu’aujourd’hui, les décisions que vous prendrez seront prises par le N épuisé. Donc pour parler concrètement : Prenez le temps. Faites une activité physique qui vous plait, pour faire redescendre le mental en pression. Mangez des choses bonnes pour vous, et puisez-y la vitalité dont vous avez besoin. Apaisez-vous l’esprit par le vide (méditation ? sophro ?lecture ? films ?Peu importe. L’essentiel étant de retrouver le plaisir dans des activités non liées à la « prod »). OK ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.