Rouler à 50km/h quand on a une Ferrari : Votre job est-il assez bien pour vous ?

Aujourd’hui je veux vous parler d’un monsieur ou d’une dame qui est peut-être vous, et qui dispose d’une belle voiture de course. Une Ferrari.

…Et qui roule à 50km/h sur la route.

Ça vous parle ?

Ça, c’est quand vous avez de super compétences, de super qualités professionnelles et personnelles, et que vous bossez dans un boulot qui n’est pas à votre niveau, pas à votre hauteur.

Comment savoir si on se gâche dans son boulot ?

Se gâcher dans un boulot, c’est ne pas se sentir en adéquation, ne pas avoir de plaisir, et que ça dure depuis trop longtemps.

Souvent, ces personnes ont des jobs qui ne sont pas à la hauteur de ce qu’elles seraient capables de faire, et de ce niveau de travail, de présence, de compétences, qu’elles seraient capables de donner, et pour lesquels elles pourraient avoir du plaisir au travail.

Le problème ?

C’est que plus elles restent longtemps avec leur Ferrari à 50km/h, et moins elles vont croire en elles.

Parce qu’elles n’auront pas eu, pendant trop longtemps, l’occasion de s’exprimer ! D’exprimer leurs qualités, leurs compétences, leur valeur professionnelle.

Ça arrive quand on est dans une entreprise qui ne nous écoute pas, ne nous donne pas la parole par exemple.

Alors qu’on connait notre métier, et qu’on aurait plein de choses à dire, à apporter, des améliorations à proposer.

Et bien au fur et à mesure qu’on ne nous écoute pas, qu’on ne nous donne pas la parole, qu’on nous ignore ou nous regarde tout juste…quelque chose s’éteint, et on ne croit plus en soi.

Alors on garde un boulot qu’on n’aime pas.

Et le cercle vicieux s’enclenche…

Moins on nous écoute, moins on nous reconnaît, moins on a la possibilité d’exprimer nos compétences dans un travail, moins on a confiance, et plus on reste dans ce job qu’on n’aime pas.

C’est un cercle vicieux.

Pourquoi roule ton à 50 km/h ?

Par peur de faire trop de bruit peut-être ?

Certaines personnes s’empêchent de briller professionnellement car elles ont par exemple des valeurs (humilité ou loyauté au hasard…), qui peuvent les maintenir dans une situation où rien ne dépasse, et qui ne fait pas de bruit.

C’est pas cool, parce qu’on reste dans un job qui n’est pas digne de nos intérêts, et on est en décalé avec ce qu’on est.

Le problème quand ça dure, c’est qu’on perd en compétences et en estime de soi. On perd la conscience de nos compétences, on s’éloigne de ce qu’on est.

C’est terrible, c’est vivre à vôté de ses pompes, c’est vraiment pas cool.

Ça peut être super souffrant, même.

La menace du bore-out

Je pense aux gens qui font des bore-out (quand on s’ennuie tellement dans un travail, que l’on finit par s’épuiser d’ennui). Une situation qui peut même finir en dépression !

Pourquoi j’ai voulu vous parler de ça aujourd’hui ?

Parce que j’ai eu souvent des client.es, dont deux très récemment, qui vraiment, sont des « avions de chasse » qui s’ignorent.

Ça se voit dans leur manière de communiquer, de fonctionner, de réfléchir, d’interagir avec moi quand nous travaillons sur notre espace de travail en ligne. Je vois la capacité de travail qu’elles ont, la qualité du raisonnement qu’elles ont, leur vivacité d’esprit, leur énergie…clairement ce sont des avions de chasse : si j’avais une boite qui avait de place, j’embaucherais ;))

Et ça, c’est trop dommage pour elles.

Ça me frustre même, en tant que coach, d’accompagner des gens qui ne sont pas conscient de la valeur qu’ils ont.

Alors bien sûr, je m’éclate à révéler ça, et les amener à cette prise de conscience par nos échanges, mais c’est sûr que ça peut être super souffrant pour le gens.

Et moi ça me gêne et ça m’embête, que des gens qui aient tellement de qualités et de compétences ne soient pas conscients de ça.

Alors j’ai vraiment envie de les aider.

Comment faire pour faire gronder le moteur ?

  • Renouer avec la qualité de son parcours

Déjà, il faut renouer avec la qualité de son parcours, que l’on soit en poste ou pas. On peut être à la recherche d’un boulot, se dire qu’on va toujours rechercher le même boulot même qui ça ne nous plaisait pas des masses, mais qu’on a l’impression de n’être capable de faire QUE ça, et rien d’autre.

  • Prendre conscience de ses réalisations

Se rendre compte, actuellement, de tout ce qu’on a déjà fait, réalisé, ça c’est important aussi.

Reprendre conscience de ses qualités et de ses compétences, on peut le faire seul à l’aide d’exercices simples.

  • Chercher des signes de reconnaissance chez les autres

On peut aussi aller chercher de la reconnaissance chez les autres. Car souvent, quand on roule avec une Ferrari à 50km/h, c’est aussi parce que parfois les gens ne nous disent pas que ce qu’on fait c’est bien. Donc on ne sait même plus qu’on sait aller plus vite. Qu’on sait faire autre chose. Qu’on a ces capacités.

C’est donc bien d’aller solliciter des signes de reconnaissance de la qualité de notre parcours.

Donc mon message : Arrêtez de rouler trop doucement avec votre Ferrari !

OK ???

📚 Pour commencer à réfléchir à un changement méthodique et réjouissant, commencez par répondre à mes 10 questions incontournables à se poser avant tout changement professionnel ICI 📚

Et si vous avez envie de reprendre confiance en la qualité de votre parcours, et de votre valeur professionnelle, j’ai créé une formation en ligne pour vous, le « Bilan de confiance » .

 

2 réflexions au sujet de « Rouler à 50km/h quand on a une Ferrari : Votre job est-il assez bien pour vous ? »

  1. J’adore tes coachings…Rester dans un travail qui ne nous valorise pas…c’est notre estime de soi qui est affectée. Bravo! pour votre bon travail 😉 J’ai partagé vos capsules 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.