You are currently viewing 5 façons de dire « non » à son chef

Dans notre société d’infobésité, nous sommes bombardés en permanence de demandes et de requêtes extérieures, qui en veulent à notre attention, notre temps ou notre argent (je pense par exemple au temps que je passe à traiter les spams reçus dans ma boîte mail !).

Faire toujours plus avec toujours moins

En entreprise, nous sommes également soumis à des demandes émanant de nos supérieurs, de nos pairs ou de nos clients.

Donner toujours plus de résultats avec de moins en moins de temps ou de moyens matériels est devenu très tendance, au nom de la sacro-sainte productivité, et l’on peut trouver cela injuste.

Mais lorsque la demande émane de notre boss, il semble difficile de dire non.

Alors souvent, nous disons « oui » à une tâche pour « faire plaisir », ou pour se faire bien voir, alors que nous sommes conscients qu’entre les ressources dont nous disposons (ne serait-ce que le temps) et cet objectif à atteindre, il existe un gap…et ça, ça nous créé du stress.

On dit « oui » à Pierre, Paul, Jacques, et plus on dit « oui », plus ils viennent nous en redemander. Car ils nous identifient comme la personne qui dit « oui », qui ne réchigne pas, (et en plus qui fait bien le boulot, parce qu’elle a un haut niveau de compétences, et de conscience professionnelle…)

Les conséquences de ne pas savoir dire « non »

As-tu pensé aux conséquences de cette situation sur le long terme ?

Agir à contre-courant de ce que l’on souhaite va créer de la frustration, de la gêne, un sentiment d’injustice à court terme.

On va s’entendre dire « Là, c’est la dernière fois que j’accepte, c’est sûr ».

Et le lendemain rebelote.

Le problème, c’est qu’on finit par enchaîner les bonnes raisons de se dire « ça y’est, j’ai encore dit « oui », je suis nul… ». Cette situation, répétée sur le long terme, finit carrément par abîmer notre estime de soi.

Apprendre à dire « non » : L’affirmation de soi

Apprendre à dire « non » de manière ferme mais respectueuse est une réelle compétence qui se travaille, au prix d’efforts continus.

Surtout si depuis petit, tu as eu l’habitude de « faire plaisir » pour des raisons X ou Y (parents, famille, maître d’école ou autre).

L’idée est de se demander si le fait de dire « non » va réellement et objectivement pouvoir nuire à la relation qui te lie avec la personne en question.

Tu verras que dans la plupart des cas, la réponse est ? « Non ».

Savoir dire « non » demande des efforts.

Mais apprendre à s’affirmer, car c’est bien d’affirmation de soi dont il s’agit, va rebooster ta confiance en tes capacités à le faire, ce qui va arroser les fleurs de ton estime de soi.

Les différentes façons de dire non

Pas de panique, commence avec un tout petit « non », et concentre-toi sur ce que tu ressens ensuite. Un « non » sincère, simple, élégant et respectueux fera très bien l’affaire. Que remarques-tu ?

Ton équipe ne t’aime plus ? NON. Elle te respecte davantage.

Ton patron t’a mis dans son collimateur ? NON plus. Il ira effectuer sa demande à quelqu’un d’autre, pendant que tu continueras à lui fournir un travail de qualité sur tes tâches déjà existantes.

Comment "trouver sa voie" en 3 étapes ? - spécial maman -

La réponse dans ma conférence-phare, enregistrée pour toi

  tes informations restent confidentielles.

Par contre, toi, tu te sens léger et fier.

Comment dire « non » ?

Savoir dire : “Non”, ou « non merci »

On peut aller au plus simple, en l’exprimant avec respect et considération, dans la politesse. Accompagne le « non » d’un sourire ou choisis le « non merci » pour exprimer un refus poli, l’idée étant d’y mettre la forme pour garantir que la relation soit préservée.

Savoir dire : “Non, j’ai une politique”

Cela marche aussi pour la famille, ou un commercial qui ne te lâche pas la grappe : « j’ai pour politique de ne jamais prêter d’argent à la famille ou aux amis » ou encore « j’ai pour principe de ne jamais effectuer un gros achat sans en parler d’abord à ma femme »

Savoir dire : “Non, j’ai déjà autre chose de prévu”

Te permet d’émettre un refus tout en exprimant ton intérêt.

À n’utiliser que si ton intérêt est vraiment existant. On ne crée pas de faux espoirs.

« J’ai déjà une tâche importante de planifiée”, ou “nous avons déjà quelque chose de prévu ce week-end là”. Attention, ne tombe pas dans le piège de la justification qui signifierait “aujourd’hui c’est non, mais ça n’est pas définitif”. En gros, un faux « non », quoi.

Affirme-toi.

Savoir dire : “Non, pas maintenant”

Si effectivement, ça n’est pas un « non » définitif, car en soi tu n’as rien contre la tâche mais c’est juste une question de timing, utilise un « peut-être une autre fois ».

Tu laisses la porte ouverte. Idem, à utiliser uniquement si la porte est réellement entre-ouverte.

Savoir dire : “Je préfère refuser plutôt que de mal faire le boulot”

Ici, tu affirmes ton intérêt pour la tâche à accomplir, mais tu constates simplement et sincèrement un manque de moyens (temps, budget, matériel, compétences), tout en prenant soin de la relation.

Tout est bien qui finit bien, puisque tu as évité le pire : Imagines avoir accepté la tâche, alors que tu ne disposais pas des compétences pour la réaliser ?

Quelles en auraient été les conséquences sur la relation ?

Avant toute chose, questionne-toi sur la place de tes limites.

Quelles sont-elles ?

Où sont-elles ?

Que serais-tu prêt à accepter en termes de charge de travail ?

Que se passe-t-il en toi quand tu dis « oui » alors que tu as envie de dire « non » ?

Parfois, le manque d’affirmation de soi nous met en posture inconfortable en entreprise. On a du mal à trouver sa place. Cela peut faire partie d’un ensemble de raisons qui te donne envie de changer radicalement de job.

Il est intéressant d’explorer les raisons de cette envie de changement.

Tu es maman, et tu veux "trouver ta voie" ?

Découvre LE programme 100% dédiée aux mères, pour trouver et mettre en œuvre ton prochain projet pro’, sans y perdre ton équilibre

Cet article a 2 commentaires

  1. Startisanat

    Merci pour cet article. Souvent difficile de dire non et de ne pas culpabiliser. Cependant ça fait du bien de trancher, de faire un choix et l’assumer !

    1. Merci pour votre commentaire. Oui, ça n’est pas simple. L’idée est d’être bien conscient de ce que sont nos propres intérêts et nos besoins, d’en comprendre le sens, et de s’y accrocher pour que « dire non » devienne une évidence.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Quiz en ligne

 

« Trouver ta voie », tu en rêves… mais 

« Es-tu (réellement) prête à changer de vie professionnelle ? »

Fais le test pour découvrir ton profil-type et recevoir gratuitement mes conseils personnalisés

Submission received, thank you!

Close Window

Quiz en ligne

 

« Trouver ta voie », tu en rêves… mais 

« Es-tu (réellement) prête à changer de vie professionnelle ? »

Fais le test pour découvrir ton profil-type et recevoir gratuitement mes conseils personnalisés

Submission received, thank you!

Close Window