You are currently viewing “Sois parfaite!” et autres injonctions…

Ces petites voix qui vous empêchent de passer à l’action !

Sois parfaite !

Voici une injonction bien connue de nombreuses femmes ! Et qui continue de nous envahir, encore aujourd’hui. Sur les fils de nos réseaux, dans les pages des magazines, au cinéma ou dans les publicités…

Dans la vie professionnelle, la pression de la perfection peut être terrible pour certaines femmes : il faudrait réussir, être reconnue par ses pairs, gagner autant que son conjoint tout en préservant du temps pour sa famille et ses enfants.
Nous savons toutes, au fond de nous, que personne n’est parfait, que personne ne peut l’être. Intimement nous sommes convaincues que l’important c’est de faire de son mieux. Pourtant, nous sommes nombreuses à ressentir, malgré tout, cette pression dans notre quotidien : être sur tous les fronts, être « à la hauteur » partout, être au top, tout le temps…

Quand le moteur devient un frein

De la même manière, un des plus grands pièges dans lequel tombent les femmes lorsqu’elles imaginent leur reconversion, est d’envisager immédiatement le projet sous l’angle de la perfection !
Un job épanouissant, rémunérateur pour lequel elles se sentiraient rapidement compétentes et légitimes et qui leur permettraient de dégager du temps et de la flexibilité pour leurs autres domaines de vie (le couple, les enfants, les loisirs ou autre).
Rien d’anormal à cela me direz-vous : quitte à tout remettre en question et prendre le risque d’une reconversion, autant que cela en vaille vraiment la peine !

Certes, la recherche de l’épanouissement professionnel, d’une meilleure rémunération et d’un meilleur équilibre de vie sont d’excellentes raisons de vouloir changer de job ! Ce n’est certainement pas moi qui vous dirai le contraire.
Mais le problème se pose quand la quête de perfection prend tellement de place que le moteur devient un frein et empêche systématiquement le passage à l’action. Vous savez : cette marche tellement haute qu’on n’essaie même pas de la franchir…Le risque est alors de s’enfermer dans un cercle d’insatisfaction permanente, bloquée entre un job qui ne nous satisfait plus et l’incapacité d’envisager une porte de sortie !

Quand la marche parait trop haute

Lorsque j’ai commencé à me sentir vraiment insatisfaite dans ma première activité, j’ai passé plusieurs années à chercher ce fameux job idéal, celui qui cochait toutes les cases que j’ai citées plus haut. J’ai passé des heures sur des sites d’orientation, des forums de témoignages, des programmes de formation et chaque session de « surf » me laissait plus découragée que la précédente…Il y avait toujours un os : pas de débouchés dans ma région ou bien le projet nécessitait une trop longue reprise d’études (que je ne pouvais pas me permettre) ou bien encore les revenus que je pouvais espérer étaient bien trop bas.

Parmi tous les métiers que j’ai explorés, celui de coach est un de premiers que j’ai ainsi envisagé et rejeté. Pourtant il répondait à quasiment tous mes critères : du sens (la relation d’aide), du plaisir (les relations humaines), des horaires compatibles avec ma vie personnelle, une formation sérieuse, d’une durée acceptable, à un prix raisonnable. Sur le papier le projet était réalisable. Ce qui m’a arrêtée ? La peur de ne pas être à la hauteur.


C’était pour moi un virage à 180°. Je travaillais dans le tourisme et j’étais persuadée que je devrais repartir de zéro, tout apprendre à nouveau, me présenter à mes futurs clients ou employeurs comme une débutante sans expérience en n’étant donc pas « assez bonne ». Cette fois-là, le perfectionnisme qui me pousse si souvent à me dépasser, m’a complètement stoppée ! Il m’a fallu 3 ans de plus (et un travail sur moi) pour me donner cette autorisation d’être « imparfaite », et de comprendre que débutante peut tout à fait rimer avec compétente !

Un message contraignant

En Analyse Transactionnelle, cette petite voix qui nous murmure en permanence « Sois parfaite » s’appelle un Driver.
Les Drivers sont des injonctions internes qui nous poussent à agir, de manière inconsciente d’une certaine façon. Ils trouvent leur origine dans notre enfance et se construisent au travers des messages verbaux reçus de nos parents ou de notre entourage.

Par exemple, si vos parents avaient tendance à vous répéter « c’est bien mais tu aurais pu faire mieux », « recommence, ce n’est pas parfait », « si tu le fais, fais-le bien », ils vous ont transmis la croyance que quand on fait quelque chose, il faut le faire parfaitement. Inconsciemment, vous avez alors intégré que pour être digne de leur amour et de leur reconnaissance, vous deviez être parfaite. Cette croyance a continué de vous suivre et d’orienter vos comportements à l’âge adulte.

C’est le psychologue américain Taibi Khaler qui a identifié ce concept de « Drivers » et qui en a dénombré 5. Nous les portons tous en nous mais certains prennent plus de place que d’autres ! Ces messages sont :

  • Sois parfait
  • Sois fort
  • Fais plaisir
  • Fais vite
  • Fais des efforts


Les Drivers ont évidemment leur côté positif : vouloir faire plaisir ou viser l’excellence peuvent générer de belles choses ! L’aspect négatif intervient lorsque ces messages internes entrainent des comportements qui ne sont pas bons pour nous. C’est le cas par exemple lorsque le désir d’être parfait nous empêche de nous confronter à la difficulté.

Quels sont vos drivers ?

Voici un petit descriptif des 5 drivers pour vous permettre de repérer vos propres messages contraignants :

SOIS PARFAITE

Sois parfaite

Messages reçus :

« C’est bien mais tu peux mieux faire »,
« Recommence, ce n’est pas parfait »,
« j’attends mieux de toi ».

Croyance associée :

Si on fait quelque chose, il faut le faire parfaitement.

Comportement induit :

Les personnes influencées par ce driver pensent que si elles sont parfaites, on ne pourra que les aimer.
Elles sont consciencieuses, méticuleuses et aiment le travail bien fait. En général bien organisées, elles sont fiables et savent anticiper et planifier.
Elles ont besoin de tout vérifier et contrôler pour s’assurer que les résultats sont à la hauteur de leur exigence.

Risques :

Leur niveau d’exigence peut générer des conflits avec l’entourage, en particulier quand le besoin de contrôle est excessif. De plus, pour s’assurer du niveau de résultat, elles ont tendance à ne pas déléguer les tâches et à se surcharger.

À mettre toujours la barre très haut et à rechercher constamment la meilleure solution, elles peuvent laisser échapper des opportunités ou tomber dans la procrastination.

Écueils dans la reconversion :

  • Ne jamais se sentir à la hauteur
  • Craindre le jugement des autres
  • Laisser passer des opportunités
  • Ne jamais passer à l’action

SOIS FORTE

Sois fort

Messages reçus :

« Dans la vie, il faut se battre »,
« Pleurer c’est pour les faibles »,
« Sois courageuse »,
« Montre-leur qui tu es »

Croyance associée :

La vie est un combat qu’il faut gagner.

Comportement induit :

Les personnes influencées par ce driver pensent qu’elles doivent se débrouiller seules.

Faire appel aux autres ou demander de l’aide est, pour elles, une marque de faiblesse. Elles pensent que pour être reconnues, elles doivent prouver leur autonomie.
Ce sont souvent des personnes indépendantes, résistantes à la pression, capable de gérer des situations difficiles.

Risques :

Ces personnes, peuvent se montrer aussi dures avec les autres qu’avec elles-mêmes.

Estimant qu’exprimer émotions et sentiments est l’apanage des faibles, elles se laissent difficilement connaître et peuvent vite se retrouver isolées.
Justes et fermes, elles peuvent aussi se montrer rigides et implacables avec les personnes moins fortes qu’elles.

.

Les écueils dans la reconversion :

  • Ne pas demander d’aide et se priver d’informations importantes
  • Ne pas écouter ses envies
  • Voir la reconversion comme la preuve d’une erreur et s’entêter à rester dans son job

FAIS PLAISIR

Fais plaisir

Messages reçus :

« Sois gentille »,
« Penses aux autres »,
« Tu me fais de la peine »

Croyance associée :

Je dois être aimable et attentive aux autres pour mériter leur estime.

Comportement induit :

Les personnes influencées par ce driver pensent que se montrer attentive aux autres (parfois au détriment de leurs propres besoins) leur permettra d’être aimées et reconnues.
Ces personnes sont, de fait, serviables, empathiques, attentionnées et de compagnie agréable.
Elles cherchent au maximum à éviter les conflits, quitte à taire leurs opinions pour ne pas blesser.
Elles se montrent flexibles et adaptables et accordent de l’importance au bien-être de leur entourage.

Risques :

Par peur de blesser ou de décevoir, ces personnes ont souvent du mal à s’affirmer ou à dire non.
Peu à l’écoute de leurs propres besoins, elles risquent d’accepter ce dont elles n’ont pas envie et de le regretter par la suite.
Elles peuvent aussi risquer de « trop en faire », même lorsqu’on ne leur demande rien et tombent facilement dans le piège de la dépendance affective.

Les écueils dans la reconversion :

  • Prendre ses décisions en fonction de l’avis des autres (patron, conjoint, parents…)
  • Renoncer de paraître égoïste
  • Ne pas écouter ses propres besoins

FAIS VITE

Fais vite

Messages reçus :

« Dépêche-toi »,
« Tu n’as pas encore fini ? »,
« Arrête de perdre ton temps »

Croyance associée :

Il faut aller vite car le temps est précieux.

Comportements induits :

Les personnes influencées par ce driver pensent qu’il est important d’aller vite et qu’on pourrait leur reprocher une perte de temps.
Ce sont souvent des personnes agitées, qui ne tiennent pas en place.
L’importance qu’elles accordent au facteur temps en fait des personnes réactives, qui tiennent leur délais et capables de gérer les urgences.

Risques :

Leur injonction à « gagner du temps » peuvent les rendre impatientes, avec le risque de « parer au plus pressé » sans aller au fond des choses.
Elles peuvent vite s’agacer lorsqu’elles sont confrontées à des personnalités plus posées, ayant besoin de temps pour décider ou pour agir.
Leur tendance à commencer plusieurs choses en même temps les laisse vite débordées et surchargées.

Les écueils dans la reconversion :

  • Mettre la charrue avant les bœufs et bâcler son projet
  • Se décourager si le projet s’inscrit dans le temps (formation longue par exemple)

FAIS DES EFFORTS

Fais des efforts

Messages reçus :

« Donne-toi du mal »,
« On n’a rien sans rien »,
« Tu n’as plus rien à faire ? »

Croyance associée :

La réussite se mérite et s’obtient par l’effort et la persévérance.

Comportements induits :

Les personnes influencées par ce driver se sentent davantage valorisées par le fait d’essayer et de faire des efforts que par le résultat.
Elles savent déployer beaucoup d’énergie devant les nouveautés et se montrer volontaires même si elles ont tendance à se lasser rapidement.
Elles n’aiment ni la facilité ni les évidences. Elles sont à l’aise dans les « combats » et aiment également aider les autres à se dépasser.

Risques :

Ces personnes ont parfois du mal à aller au bout de leurs projets, car ce qui les intéresse c’est moins le fait de réussir que d’essayer.
Ayant tendance à minimiser les résultats obtenus sans efforts, elles peuvent rapidement avoir tendance à compliquer les choses pour pouvoir se sentir méritantes.
Elles ont également du mal à profiter des plaisirs simples de la vie.

Les écueils dans la reconversion :

  • Se complaire dans la difficulté présente et ne pas chercher à changer
  • Se lancer dans un projet irréaliste ou hors de portée et se décourager

Vous reconnaissez-vous dans un ou plusieurs de ces drivers ? Si l’autodiagnostic vous est difficile, je vous propose de réaliser ce petit test pour déterminer vos drivers dominants.


Assouplir les drivers

Nous l’avons vu, les drivers peuvent être une aide comme un obstacle dans la réalisation de nos objectifs et de nos projets. Mais alors, comment peut-on faire en sorte de s’affranchir de leur pouvoir de nuisance pour ne garder que leurs aspects positifs ?


La première étape consiste évidemment à repérer les effets négatifs. Analysez la situation et demandez-vous si le driver est plutôt un avantage ou un inconvénient. Il peut être un peu les deux…Le but n’est pas de le faire disparaître, mais de faire en sorte d’atténuer la partie contraignante pour laisser s’exprimer la partie positive !

Pour cela, il va falloir vous construire des permissions. Vos drivers vous inculqué la manière dont vous deviez vous comporter pour être digne d’estime et de reconnaissance. Vous allez devoir à présent vous autoriser à ne pas les suivre et accepter que, malgré cela, vous êtes toujours OK.

Par exemple voici les permissions que vous pourriez vous accorder en fonction de vos drivers :

DRIVERSPERMISSIONS
Sois Parfaite Je suis humaine, je fais des erreurs et mon possible pour les corriger et c’est ok.
Il y a des choses que je connais ET des choses que j’ignore et c’est ok.
Sois ForteJ’accepte la responsabilité de mes pensées et de mes sentiments et c’est ok,
Je suis consciente de mes sentiments, je choisis la façon dont je les exprime,
Je peux exprimer mes sentiments ET agir en adulte.
Fais PlaisirJe satisfais mes propres besoins et c’est ok,
Personne ne peut me rendre heureuse malgré moi ET je ne peux rendre personne heureux malgré lui.
Fais ViteJe prends mon temps et c’est ok,
Je suis efficace ET je n’ai pas besoin de m’agiter pour cela.
Fais des EffortsJe réussis, j’obtiens des résultats et c’est ok,
Je peux dire oui ET non,
J’ai mes priorités, mes contraintes ET l’autre a les siennes.

Je sais : c’est facile à dire, moins facile à faire.

C’est tout un travail de conscience de soi et de lâcher-prise. Ces permissions se construisent pas à pas, en prenant conscience de l’impact que ces messages contraignants peuvent avoir sur vous, vos décisions, vos relations aux autres, puis en essayant petit à petit de vous accorder le droit de fonctionner autrement.

Vous savez à présent d’où viennent ces petites voix qui vous dirigent (pas toujours vers vos intérêts), et vous avez quelques éléments pour vous permettre de les faire taire si le message se révèle toxique ! Mais si, malgré vos efforts, vous avez toujours du mal à vous libérer de ces messages, votre coach pourra, sur quelques séances, vous accompagner dans cette démarche.

À la clé : plus de confiance, plus de sérénité, plus d’opportunités et plus de réussite !


Bibliographie

Les drivers, ces petites voix qui vous empêchent de passer à l’action. (2021, 11 octobre). Ma Rêv’olution pro.
https://marevolutionpro.com/podcast/drivers-petites-voix-qui-empechent-passer-action/

Perraud, J. (2015, 8 avril). Ils ne sont que 5, mais ils vous gouvernent. Hexalto Coaching.
https://hexalto.com/les-5-drivers-qui-nous-gouvernent/

Raquin, B. (2004). L’analyse transactionnelle au quotidien. Éditions Jouvence.

À propos de l'autrice de cet article

Virginie Magendie

Coach certifiée et consultante en bilans de compétences, j’accompagne les femmes qui souhaitent renouer avec le bien-être professionnel et reprendre enfin le contrôle de leur carrière !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.