Orientation professionnelle : Quand ce sont les autres qui décident pour nous

Qui n’a pas encore lu « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une » de Raphaëlle Giordano ?

Vous ? C’est pas grave, je vais t’en faire le pitch.

Quand la vie est victime de la routine

C’est l’histoire de cette femme, Camille qui a un boulot, une famille, un quotidien « classique » mais qui souffre, sans s’en rendre compte d’une forme de « Routinite aigue ».

Jusqu’à ce que la vie mette sur son chemin un routinologue… En d’autres termes un coach, qui va l’accompagner à travers des expérimentations et des exercices, à retrouver goût et passion dans la vie.

À la fin de la lecture de ce livre, mon analyse est la suivante : on a la vie que l’on se crée ! (Ou comme dirait ma mère : « on fait son lit comme on se couche !)

Ça veut donc dire que chacun a le pouvoir de la changer et de la modeler comme il le désire.

On est responsable de notre vie.

Bonne nouvelle non ?

Remarque, si je n’y croyais pas à fond, je me chercherais un autre boulot…;)

Mais oui, je sais : ça peut mettre la pression à ceux et celles qui préfèrent dire qu’ils sont portés par le destin et les hasards de la vie. Qu’ils n’ont pas de chance, ou pas le pouvoir d’agir.

OK, OK je t’entends déjà me dire « Ici on parle de vie professionnelle, donc ou veux tu en venir ? »

Et bien je voudrais te faire réfléchir ici, à ces moments de ta vie où tu as peut être laissé les autres ou le hasard décider pour toi… ce qui pourrait expliquer qu’aujourd’hui, tu n’es pas bien dans tes pompes au boulot.

Les choix d’orientation qui ne sont pas les tiens

  • La famille

Dans le livre, Camille explique comment sa maman s’est sacrifiée pour elle, et l’a élevée seule. Donc au moment de choisir sa voie professionnelle, elle ne s’est pas donné d’autre choix que de suivre la voie que sa mère aurait voulue pour elle, ce qui a étouffé sa profonde envie de dessiner.

Là, on est typiquement dans le driver « fais plaisir », ou dans le poids(-lourd !) de la valeur  « loyauté ». Malheureusement ce genre de mauvaise raison risque de créer un.e adulte frustré.e et pas heureux au travail. Et même de finir par alimenter une certaine rancœur, vis à vis de ses parents. N’oublie pas que tes parents ont vécu leur propre vie, et qu’aujourd’hui, tes choix t’appartiennent.

Une cliente un jour m’a dit : « Nous sommes avocats depuis 3 générations et mes frères aussi le sont, je ne me suis pas posée la question ». Justement, l’erreur est là, beaucoup ne savent pas se poser la question, mais rassure-toi il n’est pas trop tard 😉

  • Les professeurs et le système scolaire

Tu rêvais de devenir menuisier ? Malheureusement tes profs t’ont convaincu.e, toi et ta famille, que ce n’était pas un « bon » choix, au vu de tes bons résultats scolaires. « Ce serait du gâchis de choisir une orientation en parcours professionnel »

Ce genre de réflexion me rend folle, car le gâchis réside bien plus dans le fait de ne pas encourager les appétences. Dans le fait de censurer les rêves…

Beaucoup trop d’élèves n’ont pas la possibilité d’emprunter la voie dont ils rêvent, car justement, personne ne leur apprend à aller explorer leurs talents, leurs centres d’intérêts. À s’écouter, tout simplement…

Sans oublier la bonne excuse du manque de débouchés !

On a longtemps dit à ma soeur de ne pas s’engager dans un cursus en sciences de l’Éducation, car il n’y avait pas de débouchés, à part prof. Elle, elle a toujours interprété ça comme « tu ne pourras pas y arriver, seuls les meilleurs trouveront quelque chose ».

Résultat, encore une fois on ne s’écoute pas, et on se laisse guider par les raisons des autres. Par leurs peurs et leurs représentations. Sans parler des conséquences pour l’estime de soi.

Quiz spécial maman

« Es-tu (réellement) prête à changer de vie professionnelle ? »

Je fais le test
  •  L’opportunité professionnelle qui se présente

Tu démarres dans ta vie professionnelle, mais il n’est pas toujours simple de signer un CDI, de trouver la sacro-sainte stabilité dans sa carrière, et les années passent quand un job d’été se transforme en opportunité de CDI… donc on accepte et on y reste par confort et par peur.

Ou alors c’est tonton René qui ouvre sa boîte, et qui cherche justement quelqu’un de confiance… Tu te lances même si le secteur ne te passionne pas, et puis les années filent, jusqu’au fameux passage de la quarantaine, où un matin, tu te leves, et tu te dis que tu es passé.e à côté de quelque chose.

Voilà juste un petit panel des situations que tu as peut être rencontrées, et qui t’ont mené là où tu n’avais pas vraiment prévu d’aller.

N’aie pas de regrets, car les expériences sont nourrissantes quoiqu’il arrive. Mais il est dommage de ne pas se bouger quand la frustration se pointe.

Et toi, as-tu eu à un moment de ta vie le sentiment d’avoir du mettre ton rêve, ton envie, ou l’attirance forte pour un métier ou un poste de côté ?

Tu es maman, et tu cherches un accompagnement pour t'aider à choisir ton prochain projet professionnel ?

Nous t'offrons une séance-déclic de 20/30 minutes pour :

  1. Faire le point sur ta situation actuelle
  2. Définir ensemble si le "Bilan de Confiance ®", notre méthode d'accompagnement, peut être ta solution.

Pour réserver c'est ici :

Je réserve ma séance déclic

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.