Que faire quand le recruteur veut te déstabiliser ?

Préparer un entretien d’embauche c’est aussi se préparer à l’éventualité de tomber sur un recruteur-persécuteur !

Oui oui, parmi nos collaborateurs, nos managers ou encore nos pairs, les persécuteurs-« gratteurs de pouvoir sur l’autre » existent en entreprise.

Et parfois, ben…pas de bol, c’est sur nous que ça tombe…et justement quand on cherche un boulot. Alors que les entretiens d’embauche ne courent déjà pas les rues…GRRR.

Le recruteur-persécuteur

Donc il est là, en face de toi et enchaîne les remarques limites, voire vexantes, sur ton CV et ton parcours dont tu étais plutôt fier en arrivant.

Ou bien il te regarde à peine, comme s’il ne prêtait que peu d’attention à toi.

Ou encore il te coupe sans arrêt la parole et réfute chacune de tes phrases. Il ne focalise que sur tes loupés, tes trous sur le CV, et pose des questions-à-la-con qui ne peuvent par définition pas obtenir de réponse intelligente, du genre « quel est votre principal défaut ? » ou « vendez-moi ce stylo »…

J’ai même vu un recruteur dire à un candidat qui avait fait 400 kilomètres pour venir à l’entretien « Pourquoi vous postulez ici, alors que vous avez déjà un boulot ? ».

Sérieusement…

Le rapport de force en entretien de recrutement

C’est une caricature, mais ça existe.

Dans un entretien de recrutement, la relation peut souvent être perçue comme inégale par le candidat.

Si tu suis régulièrement ce blog, tu sais qu’ici, je pense plutôt que le rapport en entretien doit être d’égal à égal : « Le recruteur bienveillant a besoin d’un profil adapté pour une union sur le long terme, et rencontre le candidat sincère et motivé qui a besoin de s’épanouir dans son travail en échange d’une rémunération juste »…Point.

Alors pourquoi parfois, a-t-on l’impression que le recruteur dérape ?

Alors que pour certains, se mettre dans la peau du bourreau est un véritable plaisir (Ceux là sont vraiment tordus je vous l’accorde) pour d’autres, c’est du bluff, et il y a un véritable objectif derrière cette manière de te « traiter ». (Et il y a aussi juste les mauvais recruteurs, ça existe aussi).

L’objectif : Tester ton savoir-être

Exemple : Tu postules à un poste de manager, où la gestion des conflits mais aussi la gestion de situations stressantes sont deux compétences importantes pour le poste.

Si tu commences à gesticuler sur ta chaise et à bégayer devant un interlocuteur qui te provoque, tu montres que tu n’as pas la sérénité et la posture nécessaires pour occuper un poste qui par essence est « stressant ».

De même que si tu ne supportes pas son attitude et que tu commences à laisser percevoir de l’agacement, voire même une certaine forme d’agressivité, tu en dis déjà suffisamment sur toi.

Alors reste calme !

Bon. Dis-toi que tes compétences et ta formation figuraient sur ton CV, et c’est d’ailleurs parce que le recruteur en a pris connaissance qu’il t’a proposé un entretien. Donc tu es là, et tu es légitime.

Cependant, en entretien, on cherche davantage à en savoir plus sur la personnalité du candidat. Ton caractère, tes réactions sont passées au scanner, histoire de voir si tout cela colle avec l’entreprise, et avec le poste à pourvoir. On peut, sur le papier, avoir une excellente formation et de l’expérience, mais si les soft skills  attendues ne ressortent pas de l’entretien, le process de recrutement peut s’arrêter là.

Une p’tite provoc, c’est bon signe

Si tu es là, c’est que toutes tes compétences sont en adéquation avec le poste. Donc si le recruteur commence à les remettre en cause, pense que cela fait partie du « jeu ». À quoi bon chercher à « tester » un candidat qui ne nous intéresse pas…

J’ai déjà accompagné un client qui voulait changer de job pour se diriger vers le domaine de l’action sociale, dans un métier en contact direct avec un public dit « difficile ».

Il devait passer des concours et entretiens extrêmement sélectifs. Lorsqu’il est sorti de l’oral, il était vraiment dépité, car il pensait avoir échoué tant le jury avait été « sévère » et « cassant » pendant son entretien.

Envie de trouver ton nouveau projet professionnel, pour plus de sens au travail et d'équilibre au quotidien ?
Reçois mes 5 pistes pour une reconversion réussie
«Spécial working-mamans»

Pourtant il l’a eu, et haut la main, figurant même dans le top 5 national, a contrario, certains de ses amis qui étaient rentrés chez eux confiants, tant l’entretien avait été fluide et rapide, se sont retrouvés ajournés.

L’idée, c’est que si le recruteur semble s’acharner avec des questions pièges et déstabilisantes, c’est peut être qu’il veut creuser et aller plus loin pour se conforter dans son choix…de te prendre.

Quelle attitude adopter face à une question déstabilisante ?

Alors ok c’est bon signe, mais point trop n’en faut : Le poste à pourvoir implique-t-il ce genre de situation à gérer ?

Car si ce n’est pas le cas, tu n’as pas de chance et tu es tombés sur la minorité de « persécuteurs » qui existe dans le monde du recrutement.

Si les questions deviennent trop personnelles, discriminantes, agressives, voire interdites, c’est à toi d’en juger mais tu peux tout à fait décider de ne pas répondre, ou même de mettre fin à l’entretien, car tu n’as probablement pas envie de travailler avec des gens qui ont cette mentalité là. N’est-ce pas ?

Si tu perçois que nous sommes bien dans un jeu de « test », alors prends le ainsi et :

Ne joue pas le jeu du persécuteur en adoptant le rôle attendu et « complémentaire » de victime. Branche-le sur un mode de communication rationnel, et fais-le préciser et rationaliser sa question : « Qu’entendez-vous exactement par cette question ? »

Réponds à l’agressivité par un sourire et une posture positive, toujours.

Si on te coupe la parole sans arrêt, reste concentré pour ne pas perdre la chronologie et la logique de ce que tu expliques. Tu peux prendre des notes et écrire des mots-repères sur ton bloc-note pour ne pas te perdre.

Si les silences s’éternisent, tente la reformulation, par exemple.

Si son attitude montre qu’il est « distant » ou « pas intéressé », ne te démonte pas, et continue à t’investir.

S’il te dévalorise et trouve que tu n’es pas à la hauteur, exprime-lui ton désaccord en affirmant ton point de vue. Tu as des choses à apporter à cette entreprise sinon tu ne serais pas là. Sans être arrogant, sois fier de ce que tu es, de ce que tu sais et de la manière avec laquelle tu l’as appris.

Dans tout type de relation, ton interlocuteur (ou vous-même !) peut mettre en place un déséquilibre.

Tu veux trouver ton nouveau projet professionnel ?

  • Celui qui conviendra à ta vie de professionnelle active ET à ta vie de maman ?
  • Pour plus de sens, d'équilibre, et de sérénité au quotidien ?

Mais tu manques de temps, d'inspiration, et surtout de méthode ?
Je peux t'aider !

Prenons un instant pour en parler dans le cadre d'une "Séance-déclic", que je t'offre avec plaisir (valeur 150€)
Et définissons ton premier axe de travail, pour engager ton nouveau projet.

Pour réserver ta "Séance-Déclic", c'est ici
Je réserve ma séance

Cet article a 15 commentaires

  1. version corrigée: Super article, en effet j’ai eu récemment 2 entretiens ou les recruteurs adoptait ce type de posture, mais de manière différente. Je m’explique, la première, avait une attitude à la limite du je men foutisme, elle m’expliquait « ici on s’en fiche du dress code, si vous venez bien habillée vous serez mal vue, en fixant mes ongles faits ( DRH d’une institution publique très connue). Je trouve cela très déplacé et mal opportun et effectivement je n’ai pas eu envie de me vendre à une institution ou on s’arrête à ça.
    Ensuite, 1 autre entretien dans une entreprise plus classique va t on dire, elle cherchait a me démotiver: « vous risquez de vous ennuyer à ce poste, vous serez toute seule dans le bureau, il y a beaucoup de stress, êtes vous sure que vous allez rester longtemps ici? »
    Bref, je trouve ces technique de recrutement débiles. Nous aussi on a des attentes et on veut travailler pour des entreprises qui sont fières et qui cherchent à vous séduire et non l’inverse.
    Ou peut-être ai je été victime de racisme ? Je suis une femme aux origines nord africaines, alors quand on me voit on a plus envie de me traiter ainsi? Bref c’est pathétique et dépassé. Merci pour votre article, cela me rassure de savoir que parfois il s’agit d’un test de gestion du conflit, mais ce n’est pas cool quand même. Je trouve que le jeu va trop loin.

    1. Merci pour ce commentaire. La discrimination existe, malheureusement…
      Pour votre second exemple, par contre, je vois plutôt un moyen de vérifier votre motivation pour un poste sur lequel ce DRH doit voir passer un gros turnover…c’est de bonne guerre, on va dire. Mais inconfortable, et je vous rejoins sur a notion de « jeu » qui va trop loin.

    2. Je suis d’accord
      Jouer a cela n’est pas équitable
      Les personnes en recherche d’emploi arrivent déjà en position de fragilité
      Les déstabiliser pour voir leur savoir être est erroné
      La période d’essai en principe sert a confronter les compétences du nouvel embauche qui a de ce fait retrouve toute sa confiance

  2. Bonjour et merci pour cette article,
    Je viens de passer un deuxième entretien téléphonique (même entreprise) qui m’a complètement déstabilisé , que même j’ai eu envie de pleurer en raccrochant. Premier entretien avec RH ça se passe bien, sans surprise avec les questions, très bienveillant. Deuxième entretien téléphonique avec le N+1, une heure de retard pour l’appel..et juste après un échange habituel bonjour-bonjour il enchaine direct sur mon CV ,lequel selon lui, ne correspond pas du tout à ce poste (alors que c’est bien au contraire, pour chaque mission demandée dans l’offre d’emploi j’ai des compétences et des expériences sinon je ne serai pas passé le filtre RH) , tout cela dans le ton hyper agressif , couper la parole et me pointer sur mon parcours…bref parfois on s’attend à un tel déroulement lors d’un entretien face à face, mais c’est sur que au téléphone c’est du nouveau.

    1. Bonjour Eve,
      Votre histoire ne m’étonne pas du tout, j’entends souvent parler de ce genre d’incohérences.
      C’est vrai, que parfois les RH ont des objectifs divergents de ceux des opérationnels.
      Et parfois, il a des recruteurs qui ne sont juste pas pros. Qui vous font poireauter 1h et qui sont agressifs avec vous…
      C’est une super opportunité pour vous poser la question « ai-je envie de travailler avec cette personne au quotidien ? »
      🙂

  3. Merci pour votre article tres instructif. Mon entretien telephonique a ete reporte un premiere fois, le recruteur m’appelle lors du deuxieme entretien telephonique pour me dire qu’il n’a pas lu ou entraint de lire mon CV et qu’il veut reporter une deuxieme fois l’entretien au lendemain meme heure et et cela en 30 secondes. Que feriez-vous de ce type de situation? merci par avance.

    1. Bonjour Sébastien,
      ce que je ferais dans ce type de situation importe peu, parce que je ne suis pas à votre place 🙂
      Apparemment ce monsieur n’est pas très pro.
      Si l’offre concernée vous motive vraiment, persévérez et prenez sur vous. Après tout, ce n’est peut-être pas avec lui que vous allez bosser en direct si vous êtres pris.
      Mais si c’est votre employeur direct et non un carnet ou un intermédiaire, demandez-vous si c’est bien le niveau de considération que vous attendez d’un employeur, et si vous vous verriez bosser dans ces conditions…

  4. Bonjour,
    que répondre quand le recruteur et un opérationnel et qu’il vous demande « pourquoi vous postulez à un poste plus stressant que votre poste actuel ? ». Et qu’il se sers de vos derniers résultats pour vous accabler avec des reflexions trés dures.?

    1. Bonjour Florence,
      S’il vous a posé cette question, c’est qu’il veut peut-être vous mettre en garde sur le caractère stressant du poste, et veut être sûr que vous allez pouvoir y rester sur le long terme.
      Peut-êtreê aussi qu’il a décelé chez vous en entretien, une difficulté à gérer le stress ? (ce sont des hypothèses).
      S’ils se sert de vos derniers résultats vous vous accabler, c’est qu’il veut vous tester, savoir peut-être comment vous vous défendez, comment vous « vendez » votre dossier.
      Mais très franchement : si vous le trouvez dur, et que le feeling n’est pas passé avec lui…n’insistez pas…vous vous voyez, franchement, travailler au quotidien sur ces bases-là de communication ?

  5. Bonjour
    J’ai eu un entretien physique aujourd’hui sur Paris
    J’ai fais l’aller retour j’habite près de Marseille
    L’entretien se passe en 3 étapes :
    La première : présentation du CV sur laquelle on m’a coupée car les autres expériences ( plus récentes) ne les intéressaient pas : ok pour moi
    La seconde : présentation d’un cas d’affaires préparé en avance . Des questions techniques de la part des recruteurs : ok pour moi
    La troisième : mes questions sur l’entreprise
    Ensuite on m’a fait sortir en me disant que j’allais avoir la réponse après une concertation entre eux ( 3 personnes)
    Ils me refont rentrer dans la pièce pour me dire que finalement ils ne me prennent pas car je manque de dynamisme et de charisme ( mes proches ont été très étonnés car cela ne me correspond pas vraiment)
    Et on me coupe plusieurs fois la parole lorsque je demande des explications ( qui n’en sont pas d’ailleurs)

    Est ce un jeu de leur part ? une tentative de déstabilisation ou simplement un manque de bienveillance ?
    Après avoir essayé d’avoir plus d’informations en vain je suis restée polie ai remercié de l’accueil et je suis partie poliment
    Me suis trompée ?
    Merci de m’eclairer
    Bien à vous

    1. Bonjour Audrey,
      Bon, à ce que je comprends, ils vous ont dit que ça n’allait pas le faire.
      La raison qu’ils évoquent est toute relative et subjective, d’après moi > peut-être que « manque de charisme et de dynamisme », c’est tout relatif : par rapport à leurs attentes qui sont élevées, par rapport au candidat qu’il y a eu juste avant…
      D’ailleurs ils n’ont pas été capable de vous donner des éléments factuels pour justifier cet avis, à ce que je comprends.

      Alors jeu de stabilisation ou manque de bienveillance ? Je n’en sais rien, je n’y étais pas, et je ne connais pas leur recherche et le contenu de leur délibération.
      En tous cas manque de méthode et de professionnalisme dans la restitution/le feed back au candidat, ça c’est sûr.

      Donc ne remettez pas en cause votre valeur, votre charisme ou votre dynamisme, ok ?

      1. Merci pour votre réponse
        C’est vrai que depuis j’ai perdu le peu de confiance que j’avais encore

        1. Oh, Audrey !
          Surtout, ne perdez pas confiance.
          Vous n’êtes pas responsable du manque de compétences des autres.
          Si vous avez besoin de tuyaux pour garder confiance, il y a cette vidéo >> https://www.coachingdecarriere.com/coaching-emploi-comment-garder-confiance-en-soi-quand-on-cherche-un-job/

          Et si vous voulez aller plus loin à l’aide d’exercices, j’ai monté cette formation (je vous livre un code promo de 100€ sur demande, si elle vous intéresse 😉 >> https://www.coachingdecarriere.com/bilan-de-confiance/

          Tenez-moi au courant de vos avancées !

  6. Bonjour, c’est presque en larmes que je lis votre sujet, car sans emploi depuis quelques mois j’ai enfin obtenu un entretien pour un poste de merchandiser qui m’allait comme un gant. Après un premier rendez-vous avec la responsable et son adjointe, qui s’était très bien passé, on me rappelle à midi une semaine après, pour un deuxième entretien à 14H….Je me suis rendue disponible, j’ai accouru, très excitée, et pleine d’espoir, mais je n’ai pas été prévenue qu’il s’agissait d’un entretien avec une responsable régionale, qui elle m’a déstabilisé dès mon arrivée. j’ai immédiatement perdu pied car je ne m’attendais pas du tout ça, j’y ai vu une sorte de piège, cet entretien s’est très mal passé, je n’ai pas réussi à reprendre mon calme, la personne ne m’écoutait pas, me coupait la parole, se jouait de mon malaise, et a fini l’entretien par un « y’a pas mort d’homme » que j’ai trouvé mal placé et très ironique. Depuis un mois après cet échec cuisant, je me sens nulle, pathétique, et je me suis sentie écrasée, dominée, alors qu’effectivement en période d’essai j’aurai pu montrer le meilleur de moi-même.Je n’arrive plus à me dire que je vaux quelque chose, elle a annulé ma faible confiance en moi et je continue de lui en vouloir….Effectivement lors de cet entretien je me suis sentie fébrile car pour moi l’enjeu était énorme tant j’y avais mis d’espoir et d’attente. Et surtout je me sentais tout à fait capable pour ce poste. Depuis je doute et je suis vraiment meurtrie au point d’avoir tenté une séance d’hypnose pour digérer l’évènement que j’ai trouvé traumatisant. J’aurai du tomber sur votre post avant d’y aller. n’ayant jamais été confronté a ce genre de personne mal intentionnée, j’ai été choquée par ce monde de requin perfide. J’ai vraiment énormément de mal à m’en remettre. Je ne crois plus du tout en moi. Je ne sais plus ce que je vaux. Visiblement pas grand chose, puisque face à une personnalité agressive, je perds mes moyens et devient très émotionnelle, mais je ne peux pas devenir une dur à cuire pour correspondre à ce monde pourri. Merci pour votre site. je vais l’éplucher minutieusement. Cordialement, Julie.

    1. Bonjour Julie,
      Malheureusement, vous ne pouvez pas changer le comportement de ces personnes.
      Par contre, vous avez la main sur ce que vous voulez en faire, de cette situation.
      PS : J’ai bien reçu votre mail, j’y réponds de suite pour en parler plus avant 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu